Justice pour qu’Alexandre retrouve son fils qui a été vendu

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Je me permets de créer cette pétition car en tant que mère je trouve cela horrible.

Chaque être humain mérite d’être parent et jamais cela ne devrait arriver.

Alexandre, ce père, mon ami ne mérite pas cela alors je vous demande de signer afin qu’il puisse connaître son fils, que son fils puisse le connaître et grandir dans l’amour et la vérité.

 

merci pour vos signatures car cela me tient à cœur.

 Voici son histoire : 

Je m’appelle Alexandre, je suis en couple avec Antony depuis maintenant plus de huit ans.

Je vous demande simplement de lire cette histoire, pas de juger les fautes commises, afin que je puisse voir et élever mon fils, qu’il porte mon nom et que je sois reconnu.

 

Un désir d’enfant étant présent depuis quasiment le début de notre relation, et après avoir réfléchi sur de multiples possibilités sur le « comment avoir un enfant » en étant deux hommes, nous avons décidé d’avoir recours à une mère porteuse en France, sachant que la GPA est interdite en France, et connaissant les risques encourus.

L’envie de concrétiser notre Amour, et le désir d’un enfant étaient tellement forts que nous étions prêts à courir ce risque.

 

Courant 2012, nous avons établi un contact par internet avec une femme, qui avait déjà fait des enfants pour des couples à deux reprises, qui nous a paru remplie de compassion et de générosité. Nous lui avons fait confiance et convenu qu’elle porterait notre enfant, et que la compensation pour son geste si précieux à nos yeux serait de 15000€, car elle s’arrêtait de travailler, et par conséquent, cette somme lui servait pour continuer à vivre.

Après insémination artisanale, cette femme se retrouve enceinte de moi en juin 2012.

Bien évidemment, nous tenons parole et faisons les versements promis tous les mois.

 

J’étais, nous étions très heureux de cette nouvelle, nous avons suivi toute la grossesse avec joie et impatience. Tous les suivis médicaux étaient plus que bons, la chambre de mon fils prête à l’accueillir, les habits, les jouets, tout était en place, nous n’attendions plus que lui, notre bébé chéri. Le terme était prévu le 21 mars 2013.

 

Notre joie a été ternie quelque peu, car le comportement de la mère avait changé au fil des mois, mais je mettais cela sur le compte de la grossesse et de la fatigue engendrée.

Il faut savoir que tout le long de la grossesse, elle venait passer quelques jours chez nous, tous les mois. C’est ce qui était prévu, pour que nous puissions passer du temps avec notre bébé, faire les examens médicaux avec elle, et elle viendrait quelques jours avant le terme qui était prévu le 21 mars 2013. Nous nous parlions tous les jours au téléphone, jusqu’au 6 mars, ou silence radio, plus de nouvelles. Impossible de la joindre, que ce soit sur le téléphone portable ou fixe….

 

Le 8 mars 2013, mon bébé naît sans que nous en soyons avertis.

Étrangement, ce jour là, je me sentais mal, déprimé. Quelque chose n’allait pas.

 

Le 9 mars, suivant mon intuition, j’appelle la maternité proche du lieu de résidence de la mère, qui me confirme que Madame untel a bien accouché, et que donc mon fils est né.

Le jour même, et après de multiples appels de ma part, dont un où je lui indiquais que je venais à la maternité la rejoindre, la mère me rappelle enfin, pour me dire que mon fils est mort-né.Toujours aussi convaincante, je la crois….

Le monde s’est écroulé. En un instant, tout s’arrête autour de moi. Elle s’excuse et me dit qu’il me ressemblait comme deux gouttes d’eau et que ses yeux étaient magnifiques. L’envie de vivre ne m’intéresse plus, faire le deuil d’un enfant est très compliqué.

 

 

Mais quelques jours plus tard, la maternité m’appelle pour me poser des questions et m’annonce qu’un homme a assisté à l’accouchement et qu’il n’est sûrement pas le père puisque j’avais prétendu l’être. De plus, on me dit que mon fils va bien, qu’il est né en parfaite santé, mais que la mère a pris la fuite de la maternité seulement 24h après sa naissance, en signant une décharge, et contre avis médical, à la demande d’un homme dont on ne connaît rien.

Pourtant la mère de mon fils continue de m’appeler tous les jours pour me soutenir qu’il est mort, pour me raconter comment s’est passée la crémation de mon petit bébé. Elle me raconte qu’elle a même choisi une urne pour y mettre les cendres, qu’elle m’enverra car elle ne souhaite rien en faire. Elle m’appelle tous les jours, me disant qu’elle est désolée que mon fils soit mort. Tous les jours, elle me rappelle que j’ai perdu ma raison de vivre… une horreur lorsque j’y repense, comment ai-je fait pour tenir et surtout le croire ?

Quand je lui ai annoncé que je ne la croyais plus, que je connaissais la vérité, que je me battrai pour mon fils, sa réponse a été : « si je tombe, tout le monde tombe, je me gênerai pas ».

Je dépose plainte contre elle en 5 jours après la naissance, la gendarmerie enregistre ma plainte et fait un prélèvement ADN.

Après plusieurs mois sans nouvelles, je suis convoqué au tribunal de Blois où le juge d’instruction m’annonce que l’enfant né le 8 mars 2013 est bien mon fils biologique, et ….. qu’il a été vendu sur un parking 24h après sa naissance !!! 

Il s’est avéré qu’en cours de grossesse, cette femme avait décidé qu’elle ne souhaitait plus me confier mon enfant pour X raisons. Elle avait ainsi établi un contact par le biais d’Internet avec un couple stérile, dès le mois d’août 2012, soit deux mois de grossesse, et elle avait convenu avec eux que l’enfant qu’elle portait serait reconnu par l’homme et qu’elle le lui confierait dès sa naissance, tout cela moyennant une rémunération de 15 000 €.

Nous ne l’avions vue que deux fois, et avait déjà tout planifié, au final. Je tiens à préciser que lorsque j’ai porté plainte, elle a été condamnée à un an d’emprisonnement dont 3 mois fermes, pour escroquerie et fraude aux prestations sociales. D’une part pour mon fils, et les deux enfants qu’elle avait déjà vendus (dont un où elle avait aussi fait croire à un des couples que leur enfant était décédé), et d’autre part parce qu’elle était déjà en contact avec trois couples différents pour faire des inséminations, avec une compensation de 20000€ par couple.

Bien évidemment, un seul couple aurait eu l’enfant. Chez elle, tout est prémédité, tout est affaire d’argent. L’enfant, lui…. Ce n’est qu’un moyen de se faire de l’argent.

Le couple qui a acheté mon fils était au courant de la situation, savait que mon bébé avait un papa qui arrivait le chercher, car une sage-femme était venue prévenir la mère à la maternité que j’arrivais, mais ils ont décidé de continuer a rentrer chez eux avec le bébé comme si de rien n’était, sans penser au mal qu’ils pouvaient faire.

De là une bataille juridique compliquée s’engage, mon fils vit chez le couple qui l’a acheté et l’a reconnu illégalement. Démuni, je fais confiance en la justice, chose aujourd’hui que je regrette amèrement.

Après 4 ans de bataille juridique, en rappelant que le test ADN a prouvé que j’étais bien le père biologique de mon fils en juillet 2013, une assignation au Tribunal de Grande Instance de Dieppe a lieu. Le 23 mars 2017 ce Tribunal reconnait enfin ma paternité, me donne l’autorité parentale, et stipule que mon fils devra regagner mon domicile, moi qui suis son père biologique, le 9 décembre 2017. Il est également décidé que sous l’égide d’une association, à Dieppe, je pourrais rendre visite à mon fils pour qu’il puisse s’habituer.

Je fais donc les 15 heures de route aller/retour toutes les deux semaines le cœur battant, plein d’espoir d’enfin rencontrer mon fils, mon bébé chéri et attendu. Le couple n’a jamais emmené mon fils à ces rendez-vous, malgré l’obligation d’exécution du jugement.

J’avais tellement foi en la justice, j’étais tellement sûr que là, ça y était, le juge avait reconnu mes droits, je ne pouvais qu’enfin le voir, le toucher, lui parler, lui dire combien je l’aime et à quel point on l’a attendu !!!

Mais non. J’y ai cru jusqu’en juillet, et quand le couple a fait appel, et que le juge de la cour d’appel a suspendu le jugement car d’après lui, me rencontrer causerait des dommages psychologiques graves à mon fils, j’ai cru qu’on me volait encore une fois mon fils. Cette expression vous savez, « on m’a tué »… elle a été, et est toujours mienne depuis ce 9 mars 2013. Mais ils n’ont jamais réussi à tuer l’Amour que j’ai pour mon fils, ni mon envie de le retrouver.

Le 26 octobre 2017, le président de la chambre de la famille chargé de la mise en état a désigné M. Le bâtonnier de Rouen en qualité d’administrateur ad hoc pour représenter mon fils. Le 31 mai 2018, la décision du Tribunal d’Instance de Dieppe a été annulée.

Pour être clair, je ne suis rien, je n’ai aucun droit, pas même celui de voir mon fils.

Celui ci, Mon fils dont il est prouvé qu’il a mon ADN, ne peut porter mon nom, et ne saura jamais que je suis son père.

Tous mes droits ont été déboutés, au profit de ces gens qui l’ont acheté, alors que même l’adoption leur avait été refusée.

Durant les 5 ans de procédure, ce couple n’a fait que mentir sans jamais montrer la moindre compassion pour moi, le père de cet enfant qu’ils élèvent, hormis me regarder de haut et dire que c’est leur enfant et que c’est dans son intérêt de ne rien lui révéler de son histoire, et  l’enfermer dans un mensonge. 

Ce couple ne se rend pas compte qu’ils détruisent mon fils en l’enfermant dans un terrible secret qui leur explosera un jour au visage. 

Imaginez-le lorsqu’il apprendra qu’il a été acheté sur un parking, que son papa se bat pour lui mais que la justice ne fait rien et qu’un juge a estimé que tout est normal. 

Ce secret qui, lorsqu’il découvrira la vérité, va le détruire psychologiquement et ce couple s’en moque. Ils se moquent de cela, si c’est ça aimer son enfant et bien je ne suis pas un père.

Cet enfant, mon fils, mon bébé qui n’a rien demandé, ce couple qui ment à mon fils et ment à la justice sans aucun scrupule, je le dis haut et fort, je ne demande qu’une chose, que mon fils soit heureux, mais il est en droit de savoir qui est son père.

Je l’ai désiré tellement, sa naissance était tellement attendue, sa chambre était prête avec tout ce qu’il fallait dans notre maison…. Avec Antony, nous avons mis plusieurs années avant de ranger toute ses affaires, tellement la douleur était présente et l’espoir de le retrouver aussi. 

Je ne suis pas du genre à étaler ma vie mais 5 ans sont passés sans que je n’ébruite quoi que ce soit pour protéger cet enfant, 5 ans qui n’ont servi à rien. 5 longues années d’espoirs brisés.

 

Je me bats seul contre des montagnes et je vous demande de l’aide en partageant mon histoire, afin d’essayer de faire bouger les choses, et que je puisse serrer un jour mon fils dans mes bras. Je veux juste être son père….même si la justice en a décidé autrement

 Maintenant j’ai besoin de vous, alors merci du fond du coeurpour votre aide, votre attention et vos partages.

 

 

 



Martin compte sur vous aujourd'hui

Martin NATHALIE a besoin de votre aide pour sa pétition “Justice pour qu’Alexandre retrouve son fils qui a été vendu”. Rejoignez Martin et 3 553 signataires.