Petition Closed
Petitioning Consul adjoint à l'ambassade de France à Maurice Antoine Chambon and 7 others

Justice et Dignité pour Farah et Déborah


Nos enfants Farah et Déborah, deux jeunes françaises, croupissent dans une prison à l'Île Maurice. Elles ont été arrêtées à leur descente d'avion avec des cachets de subutex dans leurs valises. Détenues à tort pour trafic de stupéfiant, elles attendent leur procès depuis des mois. Elles risquent de 20 à 40 ans d'emprisonnement. 

En France, le subutex est un médicament fabriqué par le laboratoire Schering-Plough depuis 1996. Ce médicament est prescrit comme traitement substitutif aux opiacés par nos médecins et délivré sur ordonnance en pharmacie. Ce traitement est remboursé par notre caisse d'assurance maladie.

À Maurice, le subutex détourné de son usage initial est considéré comme une drogue dure par les autorités locales et fait l'objet d'un trafic prospère.

Ces jeunes filles, certes crédules, étaient totalement ignorantes de ce trafic et des risques encourus. Elles ont été approchées habilement par les membres d'un réseau mafieux Franco-Mauricien très organisé et œuvrant sur notre territoire. Elles sont devenues "passeuses" malgré elles, pensant transporter simplement des médicaments.

NON, NOS ENFANTS NE SONT PAS DES TRAFIQUANTS DE DROGUE !

Pendant ce temps, les trafiquants notoires et connus de ce trafic sur l'axe France / Maurice sont relâchés aussi vite qu'ils sont arrêtés, eux sont libres !

Comme Farah et Déborah, plusieurs ressortissants français sont actuellement emprisonnés dans les prisons mauriciennes pour les mêmes raisons.

Récemment, grâce au soutien de milliers de personnes qui ont signé une pétition sur Change.org, Katia Terminet, jeune Française de 21 ans également arrêtée à Maurice pour trafic de subutex, a pu être libérée. Après 21 mois de prison injustifiés, elle a retrouvé ses proches avec bonheur le 29 novembre dernier.

Nous lançons donc cette pétition:

POUR FARAH ET DÉBORAH,

POUR OBTENIR AU PLUS VITE UN PROCÈS ET DES CONDITIONS DE DÉTENTION DIGNES ET HUMAINES,

NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE SOUTIEN ET DE VOS NOMBREUSES SIGNATURES, MERCI !

Christiane, Rebecca, Babeth Dangla; les grand-mère, mère et tante de Deborah Dangla;

Samira Nachi-Messaadi, la mère de Farah Nachi et ses proches en France et en Tunisie;

Katia Terminet et sa famille;

Letter to
Consul adjoint à l'ambassade de France à Maurice Antoine Chambon
Ambassadeur de France à Maurice Jean-François Dobelle
Directeur de cabinet de Monsieur Laurent Fabius Denis Pietton
and 5 others
Directeur des Poursuites Publiques, Ile Maurice Satyajit Boolell
Principal State Counsel, Mauricius Sulakshna Beekarry-Sunsassee
Directeur général de la prison Jean Bruneau
Ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius
Ministre français de la Justice Christiane Taubira
Justice pour et Dignité pour Farah et Déborah

Chère Madame, Cher Monsieur,

Je vous écris pour soutenir les familles et les proches de Farah NACHI et de Déborah DANGLA, deux jeunes françaises qui croupissent dans une prison mauricienne à la place de trafiquants notoires.

Elles ont été arrêtées à leur descente d'avion, avec des cachets de subutex dans leurs valises. Pour Farah, c'était le 9 décembre 2011, elle avait 19 ans. Pour Déborah, le 23 mars 2012. Elle en avait 18.

Accusées à tort de trafic de stupéfiant, les deux jeunes filles sont détenues à la prison de femmes de Beau Bassin et sont toujours dans l'attente d'un procès.

En France, le subutex est un médicament fabriqué par le laboratoire Schering-Plough depuis 1996. Prescrit comme traitement substitutif aux opiacés par nos médecins, il est délivré sur ordonnance en pharmacie. Ce traitement est remboursé par notre caisse d'assurance maladie.

À Maurice, le subutex, détourné de son usage initial, est considéré comme une drogue dure par les autorités locales et fait l'objet d'un trafic prospère.

Farah et Déborah risquent 20 à 40 ans de prison.

Ces jeunes filles, certes crédules, étaient totalement ignorantes de ce trafic et des risques encourus. Elles ont été approchées habilement par les membres d'un réseau mafieux Franco-Mauricien très organisé et œuvrant sur notre territoire. Elles sont devenues "passeuses" malgré elles, pensant transporter simplement des médicaments. Non, ces jeunes françaises ne sont pas des trafiquants de drogue.

Pendant ce temps, des membres bien connus de ce réseau de trafic sur l'axe France / Maurice sont relâchés aussi vite qu'ils sont arrêtés et eux sont libres!

Récemment, grâce à la mobilisation initiée par la famille de Katia TERMINET sur la plateforme Change.org, Katia Terminet jeune Française de 21 ans, a pu être libérée après 21 mois de prison injustifiés et retrouver ses proches avec bonheur le 29 novembre 2012. Je soutiens donc les familles de ces deux jeunes filles dans leur combat pour la justice, via cette même plateforme.

En tant qu'autorité, en France comme à Maurice, décideuse du sort de ces deux jeunes femmes, je vous écris afin de vous demander de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour, conformément aux engagements internationaux de ces deux pays:

- Vous assurer que Farah NACHI et de Déborah DANGLA soient jugées dans un délai raisonnable eu égard à la complexité de l'affaire étant précisé que en l'espèce ce délai me semble largement dépassé;

- Vous assurer que la protection consulaire soit correctement appliquée et que les conditions de détention ne puissent pas s'apparenter à des traitements inhumains et dégradants

- En conséquence, répondre à leurs besoins les plus fondamentaux, notamment en matière médicale et de rapports familiaux.

En vous remerciant pour votre attention, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l'expression de mes salutations respectueuses,