STOP aux CAMIONS en centre de RENESCURE trop d'enfants tués. Collectif "Colline d'ACTIONS"

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Colline 8 ans, a été tuée le 8 février 2019, écrasée par un camion  alors qu'elle traversait aux côtés de sa maman et de ses deux sœurs. Nombreux sont les enfants à avoir perdu la vie sur ce petit tronçon de RD642 située en agglomération de RENESCURE (59), pourtant rien n'a jamais vraiment bougé.

Avec actuellement 16000 véhicules/j dont 2000 camions, la situation n'a jamais été aussi dangereuse, le risque est permanent. Si les pouvoirs publics sont bien conscients de l'utilité d'un contournement (si tant est qu'il aboutisse un jour, de nombreuses années se seront écoulées avec son lot de nouvelles familles endeuillées) , aucun signe tangible venant de leur part ne semble indiquer qu’ils aient réellement pris conscience de la gravité de la situation. En d'autres termes il est urgent d’attendre !

Cet immobilisme de la part des pouvoirs publics est HONTEUX et IRRESPECTUEUX ! Colline est morte et d'autres suivront si rien est fait en profondeur !

Nous savons tous que les aménagements "de fortune" programmés suite à la mort de Colline (qualifiés de "mesurettes" par le maire lui-même) ne parviendront pas à résoudre le problème, lié à l'inadaptation des lieux à un tel trafic et aux comportements dangereux des nombreux chauffards. Dans ce contexte, la seule réponse envisageable et décente à apporter ne passera que par une réduction drastique du trafic dans cette zone mortelle. Il est urgent de désengorger le centre-ville du flux incessant de véhicules, dont la plupart ne font que traverser la commune pour rejoindre les rocades et grands axes. La prise d’un arrêté de circulation en agglomération relève des compétences du maire après avis consultatif du préfet. Si tant est qu'une voie de délestage non contraignante en distance et en temps aux transporteurs doit être proposée pour justifier de la vie de nos enfants, il existe d’ores et déjà un axe large, peu sinueux, peu emprunté par les piétons et moins densément peuplé au regard du centre-ville (quelques camions y circulent d'ailleurs déjà).

Conformément aux articles L.2212-2.1e et L.2213-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, le maire dispose en effet des pouvoirs de police dans sa commune qui lui permettent d’agir concrètement dans le cadre :

                 -de la lutte contre l'insécurité, la pollution, le bruit et les dégradations causées par une circulation excessive et inadaptée,

                 -de la circulation sur les routes nationales, départementales et les voies de communication à l’intérieur des agglomérations, sous réserve des pouvoirs dévolus au préfet sur les routes à grande circulation. Dans cette dernière hypothèse, une procédure de consultation du préfet est notamment requise avant que le maire ne réglemente la circulation des poids-lourds en ville (T.A. Clermont-Ferrand, 7 mars 1995, Commune de Bellerive-sur-Allier). En aucun cas elle ne s'imposera au maire si tant est que le préfet s'y opposerait.

S’agissant plus particulièrement des poids lourds, le maire peut valablement invoquer des motifs de sécurité et de tranquillité publiques pour interdire la circulation à ces véhicules sur la RD 642 à l’intérieur de l’agglomération. Pour information, le Conseil d’Etat a admis la légalité d’un arrêté municipal motivé par le danger permanent que constitue pour les habitants d'une commune le trafic routier (étroitesse de la chaussée rendant difficile la circulation et le cas échéant l’organisation de secours minimum) et l’atteinte permanente à la tranquillité des riverains qu’occasionnait la circulation des poids lourds (C.E., 13 mai 1987, Aldebert). Vu l'accidentologie et le danger de mort que constitue cette portion de RD 642, nous sommes à Renescure à un niveau "au dessus"...

M. le maire, en qualité d'autorité "responsable de la police de la circulation pour toutes les routes de la commune situées en agglomération", agissez dans les plus brefs délais par la prise d'un ARRETE INTERDISANT LA TRAVERSEE DES POIDS-LOURDS en centre-ville.