Stop au non remplacement ! On veut des adultes formés, payés et en nombre !

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !

Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Stop au non remplacement des enseignants et des personnels !
Nous exigeons : Une absence = un(e) remplaçant(e).
Nous voulons des adultes formés, payés et en nombre !
Accompagnant(e)s des Elèves en Situation de Handicap / Assistant(e)s d’EDucation / Médecins/Infimiers(ières) / Psychologues scolaires / Maitres E et G pour les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté
Non aux fermetures de classes dans les écoles !
Non aux baisses de Dotation Horaires Globales dans les collèges et lycées !
Pour notre santé et notre sécurité, nous exigeons tous les moyens nécessaires

Malgré les demandes incessantes, le ministre Blanquer s’est refusé jusqu’à présent à recruter en urgence les personnels nécessaires, et en particulier la totalité des candidats aux concours de professeur des écoles inscrits sur les listes complémentaires qui n’attendent qu’à devenir enseignants !
Résultat : partout les remplaçants manquent et le non-remplacement d’un enseignant en arrêt maladie ou en congé maternité est devenu la norme. Chaque jour, des centaines d’élèves sont privés de cours. Ce sont au moins 60 classes par jour qui se sont retrouvées sans enseignant dans les écoles maternelles et élémentaires de Saint-Denis ces derniers jours. Des directrices et directeurs d’écoles sont contraints de prendre des classes sur leur temps de décharge. Des remplaçants se voient attribuer plusieurs classes d’un coup en remplacement. Partout les élèves sans enseignants sont répartis dans les autres classes au mépris des conditions de travail des personnels et des conditions d’apprentissage des élèves ...
Et ces répartitions ne semblent d’ailleurs pas déranger le ministre dont le protocole préconise pourtant le non-brassage des élèves ! Alors que nos organisations exigent depuis plus d'un an (et continuent de revendiquer) les moyens de protection sanitaire nécessaires (dépistage, masques FFP2 pour les personnels etc...), le ministre a refusé d’y répondre. Dans le même temps, le gouvernement a continué de fermer des lits dans les hôpitaux. Pour ces raisons, le gouvernement a contribué à la dégradation de la situation sanitaire actuelle.
Alors que les écoles, les personnels, les élèves et les parents sont confrontés à des conditions chaotiques, le ministre utilise ce moment de crise pour amplifier sa politique, ses réformes, et aggraver la situation.
Rien que sur Saint-Denis, 16 classes devraient fermer à la rentrée prochaine et 187 sur le département. Nationalement, il décide de réduire le nombre de places au prochain concours de recrutement d’enseignants. Il poursuit ses réformes contre les directeurs, contre les RASED, contre le bac et les lycées…
Alors que les AESH manquent… le ministre refuse non seulement leur demande d’augmentation de salaire, refuse de leur garantir un statut mais engage la mutualisation des personnels AESH et donc la diminution du nombre d’heures de présence auprès de chaque élève par la mise en place du dispositif PIAL (Pôle Inclusif d’Accompagnement Localisé).

Ça suffit ! Il est indispensable que ce chaos s’arrête !
Les enfants ont le droit à l’école ! Le droit à une école publique qui fonctionne, pour tous !
Les personnels ont le droit à des conditions de travail dignes !