NON A L’APPLICATION DE LA REFORME DU LYCEE A LA RENTREE 2019.

NON A L’APPLICATION DE LA REFORME DU LYCEE A LA RENTREE 2019.

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

En tant que parents d’élèves élus au lycée Rosa Parks; APEI, FCPE, PEEP,  nous considérons que la réforme du lycée va dégrader les conditions d’enseignement pour nos enfants. Cette réforme n’est pas prête. Il faut du temps et des échanges avec tous les acteurs pour la finaliser correctement.

Une réforme non aboutie.


  • Le contenu des matières est délivré au compte-goutte.
  •  
    A ce jour nous n’avons quasiment aucune information sur l’organisation des épreuves qui commencent en décembre 2019.
  • Des nouvelles matières (géopolitique, enseignement scientifique, humanité …)  pourraient être enseignées par des personnes non formées : pas nécessairement des professeurs en adéquation avec la matière enseignée.
  • Si un élève choisi une spécialité qui n’existe pas dans son lycée, pourra-t-il aller la préparer dans un autre lycée ? Ou devra-t-il en changer ?

La Loi prévoit

  • BAC en contrôle continu sur 2 ans
  • Les élèves sous pression et évalués en permanence.
  • Le bac n’aura plus une valeur nationale mais territoriale et le lycée d’origine aura un poids plus important dans le parcours post-bac.
  • Inégalités territoriales : l’offre des spécialités sera variable en fonction des lycées.
  • Les spécialités enseignées dans un lycée ne sont pas pérennes, tous les ans la carte des spécialités sera revue et certaines ne seront plus proposées.
  • Toutes les spécialités ne sont pas présentes dans le lycée.
  • Toutes les combinaisons de spécialités ne seront pas possibles (selon les emplois du temps, ou la demande)
  • La cohérence des choix réalisés n’est pas toujours vérifiée pour une orientation post bac (enseignements scientifiques sans prendre les mathématiques qui ne feront plus partie du tronc commun à partir de la 1ère).
  • La spécialisation des élèves dès la seconde a une incidence sur les possibilités d’études supérieures et implique d'avoir une idée précise de leur avenir professionnel.
  • Suppression des options facultatives sauf dans les lycées qui auront les moyens de les assurer.
  • Réduction du volume horaire des élèves.
  • Des classes surchargées.
    • Toujours 35 élèves par classe. 
    • Moins de travail en groupes réduits, même pour les TP.
  • Suppression de l’accompagnement personnalisé.

Nous dénonçons vivement cette réforme et nous nous y opposons. Nous interpellons les élèves et leurs familles, ainsi que Monsieur Blanquer, Ministre de l’éducation, sur la nécessité de revoir cette réforme pour que nos enfants puissent évoluer et apprendre dans de bonnes conditions et devenir des adultes qui pourront participer à la vie de la cité.

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !