Il faut une pause immédiate dans la réforme du lycée !

Il faut une pause immédiate dans la réforme du lycée !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
collectif parents/enseignants lycéée j.Moulin Albertville a lancé cette pétition adressée à Jean Michel Blanquer Ministre de l'Education Nationale et à

Réforme du lycée : un décalage criant entre les annonces et la réalité des moyens alloués

A Monsieur le Ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer,

à Madame la Rectrice de l’Académie de Grenoble, Fabienne Blaise,

à Madame la Sénatrice, Martine Berthet,

à Monsieur le Député, Vincent Rolland,

Quand l’esprit d’une réforme n’a pas les moyens de sa mise en œuvre, il faut savoir faire une pause et prendre le temps du dialogue avec les corps intermédiaires. Quand les moyens humains ne sont pas à la mesure des besoins sur le terrain, il faut savoir poser un moratoire sur une réforme. La communauté éducative doit être invitée à prendre le temps de construire une réforme robuste.

L'esprit de la réforme du lycée consistait à supprimer les trois filières générales et à offrir aux élèves un choix de bouquets d'enseignements susceptibles de renforcer leur parcours scolaire. L’esprit de cette réforme était de permettre aux élèves de pouvoir choisir des spécialités en fonction de leurs envies et de leurs compétences mais aussi de donner davantage de moyens en direction des élèves qui ont le plus de besoins d’accompagnement. L’esprit de cette réforme était d’agir contre les inégalités et de permettre l’accès sans distinction à un large panel de spécialités afin que chaque jeune puisse choisir son avenir.

Aujourd’hui nous ne pouvons que constater que :

  •  Les dotations horaires globales ne reflètent pas le discours ministériel. Ainsi, déjà en juillet 2018, le Lycée général et technologique Jean-Moulin (Albertville) perdait une trentaine d’heures poste et la dotation horaire globale annonce une baisse de 43 heures poste au moins pour la rentrée 2019.
  •  Les 54 heures d'orientation annoncées ne sont pas prévues dans les dotations horaires globales.
  •  Certains enseignements nouveaux et fondamentaux comme l’enseignement de Sciences numériques et technologie (SNT) n’ont pas d’enseignants dédiés ni formés.
  •  Les Mathématiques sortent du tronc commun en classe de première ce qui va obliger les élèves, pour préserver leur orientation postbac, à prendre un enseignement de spécialité Mathématiques d’un niveau qu’ils ne sont pas assurés de pouvoir suivre. Cela risquera également de nuire à leur orientation et, dans le même temps, les empêchera de prendre une autre spécialité qui aurait pu les intéresser davantage et leur être beaucoup plus profitable.
  •  Les bouquets de spécialités proposés sont en nombre insuffisant.
  •  Les enseignements rares ne sont pas assurés ou le sont dans un autre établissement et dans les cas exceptionnels de possibilité, la gratuité des transports ou le rajout de personnel vie scolaire pour encadrer les déplacements ne sont pas acquis.

Cette réforme permet officiellement une plus grande diversité de parcours, ainsi qu’un plus grand « droit à l’erreur » pour les élèves. Or, telle qu’elle est mise en œuvre, la réforme du lycée force au contraire les élèves à savoir précisément, dès la fin de la seconde, quelles études ils veulent poursuivre après le bac. Cette réforme aboutit finalement à une pré-orientation très précoce, restrictive et définitive des élèves de 15 ans.

Nous demandons aujourd’hui une pause afin que cette réforme soit construite collectivement, mise en œuvre dans l’intérêt de nos enfants et ainsi mieux acceptée par tous.

Des enseignants et des parents d’élèves du LGT Jean-Moulin d’Albertville

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !