Education : Surnoter les élèves issus de l'immigration pour une meilleure intégration.

Education : Surnoter les élèves issus de l'immigration pour une meilleure intégration.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Les chiffres parlent d'eux même : Les deux tiers, soit 66% des jeunes issus de l'immigration sont en échec scolaire.

Des travaux récents, inspirés de la célèbre "Méthode Coué" et menés sur 100 élèves durant une année, ont permis d'augmenter de manière spectaculaire les résultats qu'obtenaient les enfants en classe.

"La confiance en soi, facteur déterminant de réussite."

Le groupe A était composé de 50 élèves dont la note (en milieu scolaire classique) de la moyenne générale était supérieure à 16 sur 20.
Le second groupe, le groupe B, était lui composé de 50 élèves dont la note de la moyenne générale était inférieure à 8 sur 20.


Durant toute l'année les élèves ont eu droit à un enseignement classique de chaque matière, mais les professeurs en charge de noter les élèves, avaient pour consigne de sous-noter le groupe A et de surnoter le groupe B.


Mois après mois, les élèves du groupe B, habitués à avoir en temps normal des notes bien en dessous de la moyenne, ont commencé à prendre confiance en eux. Leur comportement, leur concentration, leur investissement, leur envie de faire mieux et de réussir en classe ont progressé d'une manière fulgurante !


Les élèves du groupe A eux, habitués à avoir les meilleures notes en temps normal, ont au fil des mois commencé à douter d'eux. Leurs notes réelles étaient en chute libre toutes matières confondues. Au bout du 8ème mois, ceux-là étaient davantage enclins au bavardage et à l'agitation. Il a même été noté que certains d'entre eux ont commencé à montrer des signes d'agressivité.


Les professeurs ont alors décidé d'arrêter le sous et surnotage des élèves des deux groupes. Les résultats sont alors restés inchangés jusqu'à la fin de l'expérience. Le groupe A a fini l'année avec une moyenne générale de 10,4 sur 20, tandis que le groupe B a fini l'année avec la moyenne de 14,8 sur 20.

Le professeur Jean Marc Royer initiateur de cette étude en a conclu : "Cette étude démontre  clairement que les élèves en difficulté scolaire vivent dans une prison psychologique et qu'en faisant sortir l'enfant de cette prison, il prend alors pleinement confiance en lui, laissant jaillir un potentiel jusqu'alors inexploité."

Nous en sommes convaincus, cette méthode peut et doit servir l'intégration de la jeunesse issue de l'immigration. Parce que cette jeunesse est l'avenir du pays, nous devons enfin lui donner toutes les armes nécessaires pour bâtir la France de demain. Une France rayonnante de par son exemplarité sur la question de l'intégration des nouvelles populations, une France forte et compétitive économiquement grâce à des hommes et des femmes qualifiés.
Ce n'est pas du favoritisme, mais un investissement pour la réussite et l'avenir de notre pays.

C'est pour toutes ses raisons que l'association I&L demande à notre ministre de l'Education national Jean-Michel Blanquer de revoir les standards de l'éducation Française proposant des réformes allant dans le sens de cette méthode révolutionnaire.

Voici pour vous Monsieur le ministre, l'occasion de réussir là où vos prédécesseurs politiques échouent depuis tant d'années.

Citons Isaac Newton qui disait : "Si j'ai pu voir aussi loin, c'est que j'étais monté sur les épaules de géants."

Si vous aussi citoyens, vous êtes pour de meilleures conditions d'intégration et ainsi maximiser les chances de réussite de la jeunesse issue de l'immigration, alors merci de signer cette pétition et de la partager  avec le plus grand nombre.

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !