Des moyens pour l'éducation de nos enfants !

0 a signé. Prochain objectif : 2 500 !


La casse de l’éducation nationale s’accélère. Alors que l’offre éducative et le budget consacré à l’éducation par élève diminuent chaque année, le métier d’enseignant ne cesse de se dégrader, au point de perdre toute attractivité pour des non titulaires. Les effets de la politique gestionnaire sont tels, qu’il est aujourd’hui impossible au Rectorat de Paris de trouver suffisamment de candidats pour les postes d’AED et d’enseignants.  

Dans le même temps, les dotations horaires globales (DHG) subissent des coupes drastiques, 2070 heures d’enseignement de moins que l’an dernier prévues à la rentrée 2021, au nom d’un alignement sur les Académies voisines. Celles-ci luttaient déjà contre leur déficit d’heures, mais au lieu de répondre aux demandes de la communauté éducative, l’institution préfère niveler par le bas ! 

Les élèves parisiens subissent la baisse de dotation horaire la plus élevée de France ! 

Pour 80% des collèges parisiens, la dotation va rester stable ou diminuer, parfois très significativement, malgré la hausse des besoins constatés sur l’Académie !  

De plus, il est à craindre que l’Éducation nationale abandonne les lycées professionnels publics au bénéfice des lycées privés qui seront favorisés à la fois par le ministère de tutelle et la Région ! La FCPE Paris s’oppose à la privatisation de l’enseignement professionnel et exige le maintien d’une offre publique de qualité pour tous les élèves parisiens qui choisissent cette voie. 

Avec cette baisse de dotation, les lycées généraux et technologiques n’auront plus la marge de manœuvre suffisante pour accompagner leurs élèves déjà en grande difficulté depuis mars 2020, assurer les dédoublements de classe, mettre en place des options ou proposer des projets pédagogiques. Tout est mis en œuvre pour dissuader les élèves de suivre un enseignement diversifié. In fine, cela fera reposer sur les élèves et leurs parents la responsabilité de la baisse de l’offre éducative ! 

La dotation des classes préparatoires baisse, alors même que le rectorat se prépare à ne pas pouvoir recevoir tous les bacheliers à l’Université du fait des échecs probables des étudiants de L1 privés d’Université cette année.   
Aujourd'hui, les conditions d’enseignement permettant à tous les élèves de progresser ne sont pas réunies. Nous demandons qu’un plan d’urgence soit enfin mis en place pour ne pas sacrifier l’avenir de nos enfants à une rigueur budgétaire qui n’a plus cours qu’au ministère de l’Éducation nationale. 

Nous réclamons un accès équitable de tous les élèves à l’offre éducative !  

Nous exigeons une DHG 2021 réévaluée dans tous les collèges et lycées publics parisiens !