Collège Paul Langevin d'Elne. Stop au silence, stop au harcèlement, stop à la violence.

Collège Paul Langevin d'Elne. Stop au silence, stop au harcèlement, stop à la violence.

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !
Aicha ZELLAL a lancé cette pétition adressée à Jean Michel Blanquer

Je souhaite faire retentir la sonnette d'alarme au collège d'Elne. 

Mon vécu et peut-être celui de plusieurs autres parents :

Mon fils vient de rentrer au collège, il est en 6°, quelle joie pour lui de passer chez les grands, malheureusement sa gaieté est vite rattrapée par la déception. Deuxième semaine suivant la rentrée, il est victime d'un passage à tabac.

C'est dur de vivre une chose pareille !!!

Cela se déroule au moment de la récréation, il est bousculé puis violemment agressé par plusieurs élèves qui l'ont jeté au sol ensuite battu au milieu de la cour. Face à cette violence, pour se protéger, mon fils s'est mis en boule. Il est relevé par un camarade puis il retourne en cour. Choqué et souffrant terriblement, il demande à son professeur s'il peut se rendre à l'infirmerie.

L’infirmière qui travaille à mi-temps, pose des questions sur les agresseurs, mais mon fils qui a eu peur des récidives, lui dit que tout va bien et qu'il n'a plus mal. Alors, il est envoyé pour remplir des documents administratifs.

La CPE m'appelle pour me signaler qu'il s'est fait bousculer, que tout va bien, pas besoin de venir le chercher. La CPE me demande cependant de le questionner pour savoir qui sont les agresseurs dès qu'il rentre à la maison car ni enfants, ni adultes n'ont vu la scène qui s'est produite au milieu de la cour.

Aberrant !!! 

Je viens le chercher devant le collège et dès qu'il me voit, il se met à pleurer et il m’avoue la vérité. Il me parle d'un élève de 4° qui lui aurait fait une balayette pour qu'il tombe puis il lui aurait donné des coups dans la poitrine.

Je rentre dans le collège pour signaler le nom de l'agresseur, mais la CPE ne peut pas me recevoir. Je veux des explications, mais elle me dit "vous savez, il y à 980 élèves dans la cour".  

Sur le chemin mon fils a le teint pâle, alors je décide de l'amener aux urgences où après examen, on m'annonce qu'il a deux côtes cassées. (plus tard l'UMJ m'en annonce trois).

En gros cela faisait 3 heures qu'il souffrait  !!!

En ce même jour, se déroule, la rencontre parents/professeurs de rentrée. Je m'y rends après avoir déposé mon fils chez moi.

Le professeur nous explique le fonctionnement, puis il parle un peu de la violence mais rien de méchant à part une petite bousculade le matin même.

Evidemment, j'interviens et l'auditoire a été médusé de cette infortune. Puis les camarades de sa classe présent.es, déclarent que mon fils s'est fait battre gratuitement par plusieurs élèves. On a pu ainsi découvrir et connaitre le dénouement de ce qu'il s'est réellement passé. Il n'y avait pas qu'un seul agresseur mais un groupe !!!

A la suite de cela, 16 jours d'arrêt de scolarité puis, à son retour au collège, mon fils ne doit plus rester dans la cour pour ne pas se refaire bousculer encore, car les agresseurs l'ont interpellé et les surveillants m'ont pas l'effectif pour patrouiller dans toute la cour. J'entends de nouveau "vous comprenez Madame, il y a 1000 élèves dans la cour". 

Non je ne comprends pas...

Il doit rester dans le bureau des CPE durant les récréations. Ça tombe bien, mon fils a le moral à zéro, l'isolement va lui faire du bien après tout c'est lui la victime !!!

Après avoir vécu une situation alarmante, après avoir reçu des messages de plusieurs parents sur des faits semblables, je pense qu'il existe une réelle tension entre les élèves qu'il faut réduire et temporiser. 

Je souhaite que nous agissions tous ensemble contre le harcèlement et les violences faites à nos enfants. 

L'équipe pédagogique est écrasée par les tâches multiples de gestion de ce collège au détriment de la sécurité de nos enfants (pas question de cibler les employé.es du collège).

Nous voulons plus de moyens humains pour l’éducation des risques aux violences et aux harcèlements, la protection, les soins et la surveillance de nos mineurs dans la cour et devant l’enceinte du collège Paul Langevin. 

Pour moi l'école publique ne doit pas être laissée à l’abandon. Je ne mettrai pas mon fils dans le privé, je ne le mettrai pas non plus à la boxe pour qu'il se défende. Je souhaite qu'il aille au collège pour apprendre et être solidaire avec ses camarades. C'est un travail des parents aussi.

Merci de signer cette pétition.

Aicha ZELLAL 

Une simple mère qui ne veut plus qu'un enfant subisse des violences et du harcèlement au collège PAUL LANGEVIN à Elne

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !