Stop a la centrale de bitume dans Perpignan

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


Le 22 mai 2017, les élus et le président de la Communauté Urbaine de Perpignan ont validé la transformation du document d'urbanisme de Saint-Estève (Plan Local d'Urbanisme). Dans ce cadre, ils ont acté le projet d’extension d’une « gravière existante » sur une zone agricole de 7 hectares de terres maraîchères situées en bordure immédiate de la ville de Perpignan, au sud-est de la commune de Saint-Estève.

Les membres du collectif "Stop à l'usine de bitume dans Perpignan" dénoncent :

  • Un mensonge sur l’activité réelle de l’activité : Tout le monde sait très bien que le site concerné n’est pas une « gravière », mais contient surtout un site de production d’enrobés routiers exploité par un conglomérat de 3 sociétés : « Roussillon Enrobés » (filiale du groupe Colas/Bouygues), « Lafarge » et « Durand ». En effet, la première installation d’une centrale d’enrobage sur le site date du 2 janvier 1974, autorisée par arrêté préfectoral. Depuis le site a évolué en accord avec les services de la préfecture par le biais d’arrêtés préfectoraux complémentaires. Le site produit ainsi chaque année actuellement environ 200 000 tonnes d’enrobés bitumineux. Il ne s’agit évidemment pas d’une carrière d'extraction de graviers mais bien d’une activité industrielle classée ICPE. Les habitants ont donc été trompé volontairement par les maires de Perpignan et de Saint-Estève pour le développement d’activités des entreprises multinationales BOUYGUES et LAFARGE.
  • La disparition de terres agricoles fertiles : La protection des sols agricoles de grande qualité agronomique en zone périurbaine est désormais une priorité. La chambre d’agriculture a conforté cette analyse par un courrier du 21 novembre 2016 en indiquant que « la création d’un sous-secteur Agr pour le « maintien de la gravière en place » va mettre en péril la production et la pérennité d’une exploitation serriste voisine. Les nuisances déjà constatées s’en trouveraient accrues en particulier l’émission de poussières sur des cultures très sensibles… En conséquence, nous souhaitons que ces parcelles soient classées en zone A afin de préserver les meilleures terres et l’activité agricole présente ».
  • L'aggravation de la pollution de l’air pour les habitants de Perpignan : Le directeur de la clinique Saint-Pierre a ainsi saisi le directeur de l’Agence Régionale de la Santé (ARS) le 18 mai 2017 en ces termes : « … cette structure est située à moins de 600 mètres de la clinique et elle va générer une pollution supplémentaire tant au niveau de l’air que des eaux de ruissellement qui sont à proximité d’une des alimentations en eau potable de la ville… ». Évidemment, les populations résidentes à proximité dans plusieurs quartiers de la ville sont logés à la même enseigne que les personnes hospitalisées dans cet établissement. Pourtant, la pollution de l'air est devenu un critère important de santé publique. Les endroits pollués font souvent l'objet d'une dépréciation de la valeur de l'immobilier.
  • Une menace de pollution des eaux superficielles et du fleuve la Têt : La zone d’implantation de l’usine actuelle, et son projet d’extension, est située en zone inondable, classée en zones R1 et R2 dans le PPRI de 1994. Est-il sérieusement possible d’imaginer l’extension d’une zone de production et de stockage d’enrobés bitumeux à proximité d’un fleuve côtier à proximité de la méditerranée ? Comment prendre le risque d'une véritable marée noire en cas de forte crue ?
  • Un risque aggravé de pollution des eaux souterraines et de l’eau potable : Un forage d'eau potable alimentant les habitants de Perpignan se trouve au milieu du projet d'extension et à proximité directe de l'usine actuelle (forage prioritaire Els Horts, arrêté préfectoral 2012130-0016). Comment peut-on imaginer l’extension d’une usine de production et de stockage d’enrobés pétroliers sur une zone stratégique et prioritaire de captage d’eau potable ?


Pour tous ces motifs, les membres du collectif et les signataires de la présente pétition exigent :

  • L’abandon de ce projet d’extension qui n’a pas sa place en périphérie d’une zone très urbanisée,
  • La réalisation d’un audit indépendant sur les risques et nuisances de l’installation existante sur la santé publique et la qualité de l’air, de l’eau souterraine et les milieux aquatiques,
  • Le maintien et le développement d’une agriculture de qualité à proximité du centre urbain par la création d’emplois et l’installation de jeunes producteurs pour alimenter les circuits de restauration collective locale.
  • La consultation citoyenne des habitants sur les sujets qui impactent l’environnement, la santé et la qualité de vie à Perpignan.

 

A noter :  Rassemblement et journée d'action le 19 octobre 2019 sur le site de l'usine
Afin de venir en aide aux agriculteurs menacés d'expulsion nous prévoyons d'organiser une grande journée de rassemblement le samedi 19 octobre sur les terres maraichères visées par les multinationales Bouygues et Lafarge avec la complicité des maires de Saint-Estève et de Perpignan. Tous les signataires de ce référendum seront conviés.

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour nous aider à mettre en place et réussir ce rassemblement pour l'abandon de ce projet néfaste à tout point de vue.
Vos soutiens financiers à la présente pétition seront mobilisés par le collectif pour financer et réussir cet évènement citoyen à Perpignan : prises de paroles, stands associatifs, concert de soutien, occupation des terres, ... toutes les propositions sont les bienvenues :-)

Pour aider financièrement le collectif suivez le lien :-)

Pour nous rejoindre et aider le collectif :
Prochains rendez-vous de l'Assemblée Générale du collectif : le 11 septembre 2019 (18h30 à la maison des syndicats, 8 chemin de la Garrigole).

Contacts : stopbitumeperpignan@gmail.com
Facebook : collectif stop bitume Perpignan


premiers signataires :

Associations, collectifs et syndicats : Als Horts, Alternatiba 66, ANV-COP21, ASPAHR, ATTAC, Collectif AntiOGM66, Collectif Cebta, Collectif Le vent tourne, Confédération Paysanne, Conseil Citoyen du Bas-Vernet, En Commun 66, FRENE 66, Gilets Jaunes du 66, Gilets Jaunes du 34, Jeunesse écologique révolutionnaire, Jeunes pour le climat, Jeunes Agriculteurs 66, Les feuilles qui froissent, Saint-Hippolyte Environnement, Xr,  ...

Organisations politiques : EELV 66, France Insoumise, Génération-s, Nou-s Perpignan, NPA 66, PCF 66, PG 66, PS 66, ...

Habitants et citoyens de Perpignan, de Saint-Estève, des alentours :

Philippe Assens
Inès Muriot
Jacqueline Balvet
Sarah GIRAUD
Jean-Noël Clanet
Jean-Bernard MATHON
Catherine Angevin
SYLVIE FALK
Laetitia Foucaud
Danielle Benquet
Didier Hage
Amélie Marcq
Nathalie Gimenez
Blandine Margoux
gaelle griezmann
Catherine MARTY
Francis ROQUE
Céline Eco.
charnles heguiaphal
josette salgas
Florence Carly
anne pagès
Sadion chantal
didier PAGE
Jean-Marc Lopez
Evelyne ESCANE
Patrici Pojada
marie valette
Christine Lavaill
violette vicente
sors-bernard suzanne
Evelyne NAVAUD
paul hallenaut
François ALLAIGRE
Pierre Fourest
Dominique BALITRAN
Francoise Fiter
melina dufraigne
Béatrice de Mascarel
salima baaziz
yves joelle gene
DOARE Florence
Daniel Joubert
kael ataraxie
marie therese perrodon
Nicole Panché
Nicolas Carrere
Dorian Bonnet
Alain Jolivet
Respaut Cécile
SOLONOVITCH Alain-Henri
Didier Aury
Laurence Lefèvre
Gérard Vermeuil
Guy AHLSELL DE TOULZA
oceane guillemand
Jérôme Figueres
nicolas DURU
Thouvenot Edith
Mireille Libersalle
Jean Patrice Gautier
Magali Torrilles
nguyen hai
rodney gemmell
jocelyne anguille
Maguy HAVART-FALGUERAS
GUY CORBEAUX
Flore weiss
eric nicolas
Nicole WOLKONSKY
Adrien Lordemus
annette amado
michelle VALETTE
Delphine Réveillac
Fabien Candoret
Jean-François BRIZAY
Hélène Batlle
Cecile Redon
Michèle DEVAUX
dominique Guerin
Cedric MIRAMONT
alvaro mora
Benedicte Richert
gaelle grau
gérard THIVET
broydé laurence
benjamin borne
Laura Tournand
Josep Paret Pey
joan marc naville
evelyne bordet
François FERRAND
jean louis Journet-menguy
del pino juan
Sorcha C
odile poisson
BEATRICE FABRE
philippe bastide
Catherine Knuchel
Sophie FREZOUL
Christian Lebegue
Catherine Chevauché
gwenaelle fournié
lucie chillon
Marianne bayan
Valerie Carrétéro
magda gomez martinez
Kario Knapen
Joan Pere delgado
Bruce Borde
danielle cabos
Ghyslène SOY
roger hillel
NICOLE THILLARD
POUILLOT Henri
PHILIPPE DOZIO
Saïd El gharboui
Celine Merlin
Marius Morael
Guy JACQUES
Gilles Pouvreau
Madame MADINE
Charles ALLAIGRE
monique nencib
marie josephe gagneux
Charlotte Thillien
annie HESNARD
Eric Le Balier
Ane Fabette
Dominique Janin
Louis Batlle
Isabelle ARIS
michele cardonne
Marie QUILGARS
ligniert jacques
CHRISTIANE GUICHARD
Sandrine Malard
jacques huchot
Sophia Moussi
arlette simon
Laurence Barriviera
auener katherine
Jean-marc Respaut
Justine François
karoline zaidline
Isabelle Huet
alexandra louvet
Thierry Ether
Eric Casenobe
Patricia BACHKINE
Laurence GARLAN
Jérôme Escande
ALEXANDRE Isabelle
Association Corbières
Françoise Gineste
Gabriel Barba
Maria Benejam Berger
joelle foixet
Cécile Quenon
joan mas

La liste sera mise à jour régulièrement...



Philippe compte sur vous aujourd'hui

Philippe ASSENS a besoin de votre aide pour sa pétition “Jean-Marc Pujol: Stop a la centrale de bitume dans Perpignan”. Rejoignez Philippe et 396 signataires.