Petition Closed

Suppression de l'arrêté anti-prostitution actuellement en vigueur à Toulouse

Le 7 juillet 2014, la Mairie de Toulouse a mis en place un arrêté anti-prostitution qui pénalise la prostitution de rue dans quatre des principaux secteurs où celle-ci s'exerçait jusqu'à présent. Les personnes qui continuent à se prostituer dans les zones concernées sont passibles d'une amende de 38 euros. Une fois de plus, les plus marginalisé-e-s d’entre nous sont chassés au péril de leur santé et de leur sécurité.

 

Depuis l'application de cette mesure, les prostitué-e-s toulousain-e-s se sont en grande majorité déplacé-e-s vers des lieux reculés, peu habités et peu fréquentés. Cet isolement les rend plus vulnérables aux violences : elles et ils sont dans l'impossibilité d'appeler à l'aide en cas de danger, et deviennent une cible idéale pour les agresseurs. Ce déplacement engendre des conflits de territoire, entre les prostitué-e-s, et avec les habitant-e-s. Il complique aussi le travail des associations de terrain, pour qui il est plus difficile de rester en contact avec leur public et de mener des actions de solidarité et de prévention.

 

Cet arrêté, faisant suite à une série de mesures similaires prises dans d'autres villes de France (Lyon, Albi, Béziers, Bordeaux, Limoges...), s'inscrit dans la continuité des politiques locales qui, depuis de nombreuses années, tentent d'éloigner les prostitué-e-s des centre-villes, alors même qu’elles et ils sont déjà pénalisé-e-s (délit de racolage passif) et privé-e-s de droits sociaux et humains, en particulier les personnes migrantes et les minorités sexuelles. Plus largement, cet arrêté rappelle l'ensemble des mesures répressives prises dans notre pays à l'encontre des plus exclu-e-s : expulsion des squats, démantèlement des camps de Rroms et de migrant-e-s, multiplication des arrêtés anti-mendicité, pénalisation des usager-e-s de drogues, renforcement de politiques migratoires inhumaines, désengagement de l'Etat vis-à-vis des précaires et des structures qui les accompagnent...

Mobilisons-nous  contre la répression, l’exclusion et la discrimination qui visent les plus précaires d’entre nous.

Je m'oppose à l'arrêté anti-prostitution actuellement en vigueur à Toulouse et demande sa suppression.

 

 

This petition was delivered to:


    Association Griselidis started this petition with a single signature, and now has 815 supporters. Start a petition today to change something you care about.