Pour que les adolescents aient accès à l'école en direct cet automne.

0 a signé. Prochain objectif : 25 000 !

Édith LAPERLE
Édith LAPERLE a signé la pétition

Nous demandons au gouvernement du Québec : d’exclure la possibilité de priver les adolescents d’accès à des cours en personne cet automne; et de mettre en place un modèle hybride de fréquentation scolaire (sur place et à distance).

La décision d’exclure les adolescents des lieux physiques de l’école serait discriminatoire et mettrait en péril la scolarité des adolescents.

Le ministre de l’Éducation a indiqué qu’il réfléchissait à la possibilité que les élèves du secondaire n’aient pas accès à leur école pour ainsi faire de la place aux enfants du primaire.

Cette décision cache un biais économique grave. Les enfants d’âge primaire sont privilégiés au détriment des adolescents parce que les premiers ne peuvent rester seuls à la maison pendant que les parents travaillent.

Les élèves qui vivent dans des milieux défavorisés sont nettement désavantagés lorsqu’ils n’ont pas accès aux technologies d’enseignement à distance.

Les élèves ne bénéficiant pas d’un espace à la maison pour se concentrer, étudier et produire les travaux sont nettement désavantagés par rapport aux mieux nantis.

Les adolescents ont besoin d’un contact avec leurs enseignants afin de demeurer motivés et d’avancer dans leurs travaux.

Les systèmes de cours à distance et de cahiers à télécharger connaissent plusieurs ratés. Leur fiabilité est incertaine.

Les adolescents ont déjà été laissés pour compte depuis le 13 mars. Aucune mesure concrète n’a été mise en place pour les soutenir. Les initiatives pour les scolariser à la maison sont rares et leur manque de motivation est généralisé.

Le risque de décrochage est élevé pour les adolescents qui n’ont pas accès à des cours en personne.

La privation de lieux d’enseignement nie le besoin de socialisation des adolescents, qui est primordial dans leur développement, et envoie le message que l’école n’est pas importante.

Le personnel enseignant, professionnel et de soutien fait de son mieux pour offrir un soutien à distance, mais nous constatons que cela ne fonctionne pas pleinement et que les élèves du niveau secondaire ne sont pas scolarisés actuellement.

Finalement, l’article 1 de la Loi sur l’instruction publique prévoit que «  toute personne a droit au service de l’éducation préscolaire et aux services d’enseignement primaire et secondaire prévus par la présente loi et le régime pédagogique établi par le gouvernement en vertu de l’article 447, à compter du premier jour du calendrier scolaire de l’année scolaire où elle a atteint l’âge d’admissibilité jusqu’au dernier jour du calendrier scolaire de l’année scolaire où elle atteint l’âge de 18 ans, ou 21 ans dans le cas d’une personne handicapée au sens de la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale (chapitre E-20.1). »

 

*en autant que l'état de la pandémie permette une reprise des cours en direct de façon sécuritaire