Du Japon, nouvel appel à la Trȇve olympique

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


En vue des Jeux Olympiques et Paralympiques de PyeongChang qui se dérouleront en Corée du Sud en février 2018, la scène politique internationale monte en tension de par la répétition des tests de lancement de missiles et du renforcement du développement nucléaire de la Corée du Nord. En outre, le comportement provocateur du président américain Trump et du dirigeant nord-coréen Kim attise encore plus les tensions dans la péninsule coréenne ; la crainte se renforce quant au bon déroulement en toute sécurité du futur « Festival de la Paix » que sont les Jeux. En réponse à une telle situation politique, le ministre français des Sports a également déclaré que « les athlètes de son pays ne peuvent ȇtre exposés à ce risque », et de fait, il est prévisible de voir l’annulation de la paritcipation des athlètes à PyeongChang.


L’année suivante les Jeux Olympiques modernes de Barcelone 1992, le CIO a agi pour la première fois en faveur de la Trȇve olympique. Lors de son Assemblée générale l’année précédant les Jeux, les Nations Unies ont coopéré avec le CIO pour adopter la « Résolution de la Tréve olympique » : au moins, lors du déroulement des Jeux, les conflits et les guerres devront ȇtre suspendus, et le « Festival de la Paix » célébré et respecté. Lors des olympiades de la Grèce antique, suivant le système « ekekheiria »(trȇve sacrée), la guerre était suspendue pendant la période, afin de garantir un voyage sûr pour les athlètes, les officiels et les spectateurs. Pour les Jeux d’hiver de Nagano, Mme Mikako Kotani a lancé un appel à la trȇve lors de l’Assemblée générale des Nations Unies l’année précédente.


Compte tenu de la situation internationale actuelle dans la péninsule coréenne, en Europe et au Moyen-Orient, non seulement les joueurs et les officiels, mais aussi les gens du monde entier craignent que les Jeux olympiques et paralympiques ne puissent se dérouler dans une période pacifique.


Lors des Jeux de Munich en 1972, 11 personnes ont été victimes d’un incident tragique, Pour les Jeux de Moscou en 1980, ainsi que les Jeux suivants de Los Angeles en 1984, un boycott a été observé par l’Est et l’Ouest. Nous prions que jamais une telle tragédie ne se reproduise, de mȇme que le boycott des Jeux, en interpellant la scène politique internationale. Et surtout, nous voulons porter au plus haut le message « Pas de sport sans la paix ».

 

Du Japon, nous avions appelé à nouveau à la Trȇve olympique dans la situation mondiale instable de 2004 pour le bon déroulement des Jeux d’Athènes. Le Japon, La Chine et la Corée du Sud ont entamé des pourparlers en présence du président du CIO. M. Thomas Bach, entre les ministres des Sports à PyeongChang en septembre 2016, et ont adopté la Déclaration de PyeongChang, visant à « renforcer la compréhension mutuelle et la confiance entre les trois pays à travers les échanges sportifs, et sur cette base, un effort pour la coexistence pacifique dans l’Asie de l’Est ». Afin de la rendre efficace et de faire des Jeux de Tokyo 2020 une réussite en tant que fȇte de la paix, il est nécessaire que le monde du sport fasse des efforts pour que les Jeux de PyeongChang en 2018 puissent se dérouler dans une ère de la paix.


Par convention, le CIO et les Nations Unies vise pour l’adoption à l’Assemblée générale des Nations Unies en novembre 2017 de la résolution de la Trȇve olympique lors de Jeux de PyeongChang. En réponse à cela, et en raison de la situation internationale, nous allons y appeler à nouveau.


Nouvel Appel à la Trȇve olympique


Nous enverrons aux sportifs et aux organisations sportives du monde entier la résolution de cette Trȇve olympique. Nous souhaitons le succès de la réalisation de l’Idéal olympique pour les Jeux de PyeongChang 2018 sous le couvert de « la paix dans le monde par le sport »

Que tous ceux qui souhaitent « sport et paix », travaillent ensemble à la réalisation et au renforcement de « la contribution à la construction d’un monde meilleur et pacifique »  définie dans le Mouvement olympique de la Charte.

Sous le slogan « Pas de sport sans la paix », efforçons nous d’éliminer guerres, conflits et non-respect des droits de l’Homme par le monde entier.

Coopérons et offrons notre support pour que les Jeux 2018 de PyeongChang réussissent en tant que « Festival de la Paix »

A tous ceux qui appouvent cet appel, veuillez signer s'il vous plaît. L’association Japonaise du Sport remet, avec responsabilité, les signatures collectées de tout les citoyens désirant la paix mondiale au Secrétariat de Nation Unies, au Secrétariat du Commié International Olympique, au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang de la République de Corée et au Centre International pour la Trêve Olympique.
Novembre 2017


Association Japonaise du Sport, Comité de la Trêve pour les jeux olympiques et paralympiques

 改ページ

Les appelants (En date du 28 novembre 2017: dans aucun ordre particulier)

Yasushi AKASHI, Ancien Représentant Spécial de Secrétaire général des Nations Unies
Chiharu IGAYA, Membre honoraire du Comité International Olympique,
Masanori OKADA, Professeur émérite, Université de Shukutoku
Kazuo OGURA, Président du Centre de soutien paralympique de la Fondation Nippon
Nagisa OSADA, Écrivain non-fiction, Directeur du Réseau sportif Japon
Kazuya KASAHARA, Président de l'Académie Olympique Japonaise
Junichi KAWAI, Président de l'Association des Paralympiens du Japon
Koichi KIKU, Professeur de l’Université de Tsukuba
Koji GUSHIKEN, Président de l’Université de la Science du Sport Nippon
Yayoi SASADA, Représentante japonaise en Gymnastique feminine du Jeux de Moscou
Kazuo TAKAHASHI, Secrétaire représentatif des Arts libéraux 21
Tsunekazu TAKEDA, Président du Comité Olympique Japonais
Yuta TABUSE, Joueur de basket professionnel (Tochigi Brex)
Masayuki TAMAKI, Commentateur sportif et de musical
Sae TSUJI, Représentante japonaise en athlétisme de Jeux Paralympics de Rio de Janeiro
Katsura TSYUDA, Représentante japonaise en Gymnastique feminine du Jeux de Moscou
Senshi FUKASHIRO, Président de l’Association japonaise d’education Phisique de santé et de Sciences du Sport
Kenichiro FUMITA, Représentant japonais en Lutte gréco-romaine en catégorie des moins de 59 kg
Miwako HOSODA, Vice-président de l'Université Seisa
Soichi HORI, Directeur général et directeur exécutif de la Fondation du Japan Sportsman Club
Kenshiro MATSUNAMI, Président de la Fondation Educative de la Groupe de l’Université Science Sportive Nippon
Sadao MORIKAWA, Président de l'Institut du sport, de la Culture et de la Société Civile
Fumio MOROOKA, Professeur de l’Université Sophia
Kaori Yamaguchi, Professeur agrégé de l’Université de Tsukuba
Yasuhiro YAMASHITA, Vice-président de l’Université Tokai
Naoshi YAMAWAKI, Professeur émérite, l’Université de Tokyo

 

Informations de contact:
Association Japonaise du Sport, Comité de la Trêve pour les jeux olympiques et paralympiques
Email: jopta2020@gmail.com



日本スポーツ学会 オリンピック・パラリンピック休戦委員会 compte sur vous aujourd'hui

日本スポーツ学会 オリンピック・パラリンピック休戦委員会 a besoin de votre aide pour sa pétition “International Olympic Committee: Du Japon, nouvel appel à la Trȇve olympique”. Rejoignez 日本スポーツ学会 オリンピック・パラリンピック休戦委員会 et 723 signataires.