Pour un référendum sur la sortie du néolibéralisme

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Depuis plus d’une trentaine d’année, sous l’impulsion de Margaret Thatcher, ex-Première ministre britannique et de Ronald Reagan, ex-Président des États-Unis d’Amérique, le système économique est celui du néolibéralisme. Ce néolibéralisme est basé sur le libre-échange (la suppression de droits de douane pour développer le commerce international) et la libéralisation des marchés (l’État élargit le droit des entreprises de manière à ce qu’elles soient compétitives à l’international). Le bilan de ce système économique est, de mon point de vue, franchement mauvais. Il est d’abord mitigé sur le plan économique. En effet, le travail se précarise (le nombre de CDD augmente tandis que le nombre de CDI diminue, privant les salarié d’une couverture sociale convenable) et les entreprises sont invitées par certains États à payer le minimum d’impôts (laissant le soin aux salariés de financer le fonctionnement de l’État au travers des leurs). Ce système est aussi une catastrophe écologique. Les entreprises réduisent leurs coûts même si c’est au détriment de l’environnement faisant des entreprises une source de pollution majeure. Mais le bilan est surtout catastrophique sur le plan social. Les salariés sont forcés, à cause de la précarité de leur emploi, à travailler dans des conditions inhumaines et à suivre des cadences infernales. Ils sont de plus soumis à des techniques de management brutales voire humiliantes dans un contexte de compétition permanente avec leurs collègues. Le développement du commerce dans ce système néolibéral se fait grâce aux délocalisations dans des pays où les Droits de l’Homme sont constamment foulés de manière à pouvoir légalement réduire leurs employés en esclavage faisant des consommateurs des complices de meurtre, d’exploitation d’enfants et adultes et entraînant les États à avoir des relations diplomatiques normales avec des dictatures (référence à la Chine). Les salarié, non protégés par l’État face à leur employeur et craignant de se retrouver au chômage acceptent de travailler dans des conditions dégradantes rendant leur travail et leur lieu de travail inhospitalier. Je pense même que ce sont ces conditions de vie qui poussent les gens à se tourner vers les extrêmes malgré les avertissements de tout le paysage politique qui depuis 2002 à appelé à la méfiance face au Front National mais n’a rien fait pour enrayer voire analyser le phénomène. Et pourtant, grâce à son attachement historique au syndicalisme et sa lutte de tous moments pour ses droits sociaux, la France ne suit pas complètement la logique du néolibéralisme. Mais les États-Unis et, dans une moindre mesure, le Royaume-Uni font aussi face à une protestation conduisant leurs électeurs a faire des choix de rupture pour afficher leur mécontentement. C’est pourquoi j’appelle le prochain gouvernement et le ou la Président(e) qui le nommera à organiser un consultation pour décider si oui ou non un plan progressif devrait être conçu et mis en place pour sortir le pays de ce système inhumain et absurde sans pour autant endommager outre mesure le tissu d’entreprises françaises.



Yanis compte sur vous aujourd'hui

Yanis EL MALKI a besoin de votre aide pour sa pétition “Il faut replacer l'humain au centre de notre économie.”. Rejoignez Yanis et 9 signataires.