#DontForgetStudents 2​.​0 | #NOubliezPasLesÉtudiants 2​.​0 - Students Need Income Support Now!

#DontForgetStudents 2​.​0 | #NOubliezPasLesÉtudiants 2​.​0 - Students Need Income Support Now!

0 have signed. Let’s get to 2,500!


#DontForgetStudents and the Canadian Federation of Students joined forces in April to achieve a simple goal: to make sure that the federal  government did not forget Canada’s millions of students and recent graduates left behind during this crisis. Students and recent graduates are tired of waiting for Canada’s political leaders to take action while our ongoing financial insecurity leaves our education, livelihoods, and futures in question. Half of all students studying in Canada fear being unable to afford to return to school in September. The Canadian youth unemployment rate reached an all-time high of 29.4% in May, in addition to the thousands of international students who have also faced unprecedented levels of unemployment. From the beginning, students on the CESB should have received $2000 per month - the bare minimum given to every other struggling person.

The $912-million Canada Student Service Grant (CSSG) was flawed from the start. The CSSG violates provincial minimum wage laws, blurs the line between paid and volunteer labour, and has become the centre of a national ethics investigation. The time has come to face reality: with August only weeks away, it is too late to re-implement the failed CSSG Program. The government must re-allocate these funds to an enhanced CESB that pays $2000 per month and extends to December 2020 to account for disruptions to student summer employment. 35% of students with a job placement have had it delayed or cancelled due to COVID-19. Over a quarter of students report having no employment prospects at all. With just 6 weeks until the start of the Fall term, students need action to ensure that they will be able to continue their studies. The government needs to get money in the hands of students now so they can submit tuition deposits, pay rent, put food on the table, and travel back to school. 

The federal government also needs to fill the many gaps in the student relief package. Whole populations of vulnerable young people have been left without any assistance. Despite months of pressure to broaden the eligibility requirements to make sure those in need are not left behind, the federal government continues to exclude international students, who represent a quarter of all students, and Fall 2019 graduates from the CESB. This exclusion has had devastating impacts on tens of thousands of recent graduates who were starting their careers when the pandemic hit, and on hundreds of thousands of international students who are starting their lives in Canada. These students need a lifeline and must be made eligible for the CESB immediately. 

We are calling on the federal government to redistribute the $912 million allocated to the Canada Student Service Grant, by injecting additional funding to:

  1. Extend the CESB by three eligibility periods and increase monthly CESB support to $2000.
  2. Expand CESB eligibility to all international students.
  3. Expand CESB eligibility to all Fall 2019 graduates who graduated on, or after,  September 1, 2019.
  4. Work with provincial and territorial governments to provide significant tuition relief to students who are living in a decimated job market, and who should not be expected nor responsible for the full cost of post-secondary education.

Students can’t afford to keep waiting. Governments must act now so that we #DontForgetStudents any longer.

__________________________________

En avril, #DontForgetStudents et la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants ont conjugué leurs efforts pour atteindre un simple objectif : s’assurer que le gouvernement fédéral n’a pas oublié les millions d’étudiantes et d’étudiants et les récents diplômés et diplômées du Canada qui ont été laissés pour compte pendant cette crise.Les étudiantes et étudiants ainsi que les récents diplômés et diplômées en ont assez d’attendre que les chefs politiques du Canada passent à l’action alors que notre insécurité financière permanente remet en question notre éducation, nos moyens de subsistance et notre avenir. La moitié de tous les étudiants et étudiantes qui étudient au Canada craignent de ne pas avoir les moyens de retourner à l'école en septembre. Le taux de chômage parmi les jeunes Canadiennes et Canadiens a atteint un niveau record de 29,4 pour cent en mai, sans compter les milliers d'étudiantes et d’étudiants internationaux qui font également face à des taux de chômage sans précédent. Dès le début, les étudiantes et étudiants bénéficiant de la PCUE auraient dû recevoir 2 000 $ par mois, soit le strict minimum accordé à toute autre personne en difficulté. 

La Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant (BCBE) d’un montant de 912 millions de dollars était médiocre au départ. La BCBE viole les lois provinciales sur le salaire minimum, brouille la ligne entre le travail rémunéré et le travail bénévole, et est devenue le centre d'une enquête nationale sur l’éthique. Le moment est venu de faire face à la réalité : comme le mois d’août arrive dans quelques semaines à peine, il est trop tard pour remettre en vigueur la BCBE. Le gouvernement doit réaffecter ces fonds à une PCUE amélioré qui versera 2 000 $ par mois, et ce, jusqu’en décembre 2020, afin de prendre en compte des perturbations aux emplois d’été pour la population étudiante.35 pour cent des stagiaires ont vu leur stage reporté ou annulé en raison de la COVID‑19. Plus d’un quart d’entre eux ont signalé n’avoir absolument aucune perspective d’emploi. Puisqu’il ne reste que six semaines avant le début du trimestre d’automne, les étudiantes et étudiants requièrent des mesures afin de s’assurer qu’ils pourront poursuivre leurs études. Le gouvernement doit mettre les fonds entre les mains des étudiantes et étudiants dès maintenant pour qu’ils puissent faire le premier versement de leurs frais de scolarité, payer leur loyer, mettre de la nourriture sur la table et retourner aux études.

Le gouvernement fédéral doit également combler les nombreuses lacunes du soutien financier aux étudiantes et étudiants. Des populations entières de jeunes vulnérables n’ont reçu aucune aide financière. Malgré des mois de pressions en vue d’élargir les exigences d’admissibilité afin de veiller à ce que les personnes dans le besoin ne soient pas écartées, le gouvernement fédéral continue d’exclure de la PCUE les étudiantes et étudiants internationaux, qui représentent le quart de la population étudiante totale, et les diplômées et diplômés de l’automne 2019. Cette exclusion a eu des effets dévastateurs pour des dizaines de milliers de diplômées et diplômés récents dont la carrière commençait au moment où la pandémie frappait, et pour des centaines de milliers d’étudiantes et d’étudiants internationaux dont la vie au Canada commençait. Ces étudiantes et étudiants ont besoin d’une bouée de sauvetage et doivent être immédiatement admissibles à la PCUE. 

Nous demandons au gouvernement fédéral de redistribuer les 912 millions de dollars affectés à la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, en injectant des fonds additionnels pour atteindre les objectifs suivants:

  1. Élargir la PCUE de trois périodes d’admissibilité et augmenter le soutien mensuel de la PCUE à 2 000 $.
  2. Élargir l’admissibilité à la PCUE à l’ensemble des étudiantes et étudiants internationaux.
  3. Élargir l’admissibilité à la PCUE à l’ensemble des diplômées et diplômés de l’automne 2019 qui ont obtenu leur diplôme le 1er septembre 2019 ou avant cette date.
  4. Collaborer avec les gouvernements provinciaux et territoriaux pour fournir une aide financière importante en matière de frais de scolarité aux étudiantes et étudiants qui vivent dans un marché du travail décimé et ne devraient pas être tenus responsables du coût complet de l’éducation postsecondaire.

Les étudiantes et étudiants n’ont pas les moyens de continuer d’attendre. Les gouvernements doivent agir maintenant pour ne plus négliger les étudiantes et étudiants #DontForgetStudents.