La justice sur les exactions basées sur l’ethnie dont des Peuls ont été victimes au Mali

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000 !


Depuis 2013, des civils Peuls sont victimes d’exactions au Mali du simple fait de leur appartenance communautaire.


Des soldats de l’armée malienne, des milices communautaires, des groupes armés reconnus par la communauté internationale, ont été identifiés comme coupables de: meurtres, torture, vol de bétail et de biens matériels, détentions abusives, destruction d’habitations et de localités, embargos commerciaux, limitation de mouvements,  humiliations diverses.

 
Des associations maliennes de droits humains, comme l’Observatoire Kisal, enregistrent fréquemment de nouveaux faits accablants.

 
Les Peuls sont une communauté culturelle et lignagère d’Afrique de l’Ouest et du Sahel. Autrefois  mobiles et vivant d'élevage, beaucoup sont de nos jours  sédentarisés, mais de très nombreux peuls restent des bergers. Les plans de développement de l’époque contemporaine ont eu tendance à détériorer les relations entre éleveurs et agriculteurs, pour l’accès aux terres et leur possession. Ainsi, les Peuls sont souvent impliqués dans des conflits avec leurs voisins. Cependant, jusqu’à l’effondrement de l’Etat malien en 2012, il existait des mécanismes locaux de résolution de ces conflits.

 
Aujourd’hui, avec l’affaiblissement de l’Etat malien, la prolifération des armes, et la multiplication des groupes armés, toutes les communautés du Mali sont quotidiennement victimes de violence.

 
Avec le contexte de « guerre contre le djihadisme », des civils Peuls ont été instrumentalisés par des mouvements extrémistes violents armés se targuant de défendre leurs causes sociales. Ceci a créé une importante confusion dans une certaine frange de l’opinion publique malienne et internationale soupçonnant les peuls d’accointances, avec le prétexte que ces mouvements seraient leurs avocats. Pourtant, les Peuls sont les premières victimes, avec des assassinats, l’interdiction d’activités commerciales pour les bergères peules traditionnellement très autonomes, les injonctions de silence, les menaces. 

 
La situation fragile des Peuls donne lieu à des règlements de compte, à des faits de vengeance aveugle de la part de milices ou de soldats de l’armée nationale.

 
Dans le centre du Mali, encore aux mois de mai et juin 2018, des milices ont brûlé des villages, comme Bombou, ces milices ont imposé des embargos commerciaux sur les bergers peuls comme à Birga, des soldats de l’armée malienne ont exécuté sommairement des civils peuls, comme à Nantaka, des groupes armés reconnus par la communauté internationale ont propagé des discours provoquant des collusions malheureuses entre civils Peuls et mouvements djihadistes, partout dans le centre du pays.

 
Pourtant, malgré des rapports clairs de Human Rights Watch, Kisal, ou Tabital Pulaaku Mali, les conséquences judiciaires ont été faibles. Les enquêtes sont rares. Les exactions continuent. Rien n’est fait pour affronter la réalité effective d’un nettoyage ethnique dans de nombreuses localités du centre du Mali. 


Il est inacceptable que des éléments des forces armées puissent s’adonner aux mêmes traitements que des groupes terroristes. Voilà pourquoi nous demandons aux autorités maliennes de s’exprimer sur le sort des Peuls maliens, de manière décisive.

 
La communauté internationale est engagée pour la paix au Mali, avec de très grands moyens juridiques et financiers, comme l’existence de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) en atteste, avec les nombreuses résolutions encadrant son fonctionnement.

 
Pourtant, le caractère ethnique préoccupant des attaques contre les Peuls demeure. La justice n’est pas servie. Il n’y a pas de moyens systématisés d’interposition face aux bourreaux.


Nous demandons, avec cette pétition, un mouvement solidaire et populaire, pour exhorter le gouvernement Malien et la MINUSMA à :

•Considérer qu’il y’a une mise en danger des Peuls au Mali.
•Prendre des mesures de protection, de réparation, et de sanction, dont ils doivent se donner les moyens, avec l’aide des sociétés civiles locales , disposées à collaborer à tout cadre légal et bienveillant.

 



Dougoukolo Alpha Oumar compte sur vous aujourd'hui

Dougoukolo Alpha Oumar BA-KONARÉ a besoin de votre aide pour sa pétition “Gouvernement malien : Une enquête sur les exactions basées sur l’ethnie dont des Peuls ont été victimes au Mali”. Rejoignez Dougoukolo Alpha Oumar et 3 704 signataires.