NON aux euthanasies de convenance en France !

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !

Nala Bournezeau
Nala Bournezeau a signé la pétition

No to mass killing of dogs and cats in France !! Please find the translation into English below

"L'euthanasie ne peut intervenir que si l'animal est considéré par un vétérinaire comme non adoptable, dangereux ou trop malade." Alim'Agri 

en plus 

"Les animaux malades, accidentés ou blessés doivent recevoir dans les meilleurs délais des soins appropriés, si nécessaire par un vétérinaire." 

et

"Le gestionnaire de la fourrière décrit dans un court document sa gestion du devenir des animaux mettant en évidence les actions qu’il conduit pour placer les animaux et éviter leur séjour prolongé en fourrière ou leur euthanasie." ANNEXE de l’arrêté du 3 avril 2014, CHAPITRE V Dispositions spécifiques aux fourrières

Les statistiques publiées par le ministère de l'Agriculture pour 2015 en 2016 dans le cadre des inspections des fourrières et refuges (OPAV opération protection animale vacances) sont alarmantes. En 2015, plus de 45% des chats ont été euthanasiés en fourrière et 17% dans les refuges, et pour les chiens, le pourcentage était d'environ 6,5% euthanasiés en fourrière et 11% dans les refuges. Les chiffres pour les îles françaises était encore pire: 87,5% des chats ont été euthanasiés dans les fourrières et 84% dans les refuges, 76,5% des chiens ont été euthanasiés en fourrières et 74% dans les refuges. En  2016 le ministère a de nouveau inclus les statistiques de l’euthanasie de chiens et de chats dans les rapports d'inspection. Les chiffres paraissent moins alarmants. Nous soupçonnons que d'autres fourrières et refuges ont été étudiés. Mais ces chiffres sont encore trop élevés. En France métropolitaine, 36% des chats ont été tués dans les fourrières, et 11% dans les refuges, 7,3% des chiens ont été tués en fourrière et 6% dans les refuges. Sur les îles, près de 91% des chats ont été tués en fourrière, et 16% dans les refuges. Plus de 66% des chiens ont été tués dans les fourrières et 10% dans les refuges.

La décision de vie ou de mort ne doit pas être prise à la légère!

Aujourd’hui, les coûts des fourrières privées, qui n’assurent pas la mission de mise à l’adoption des animaux trouvés, captent quasiment la totalité des fonds publics, de telle sorte que le nombre d’associations capables de mettre à l’adoption des animaux diminue dangereusement.

Les signataires de cette pétition ne veulent plus que leurs impôts servent à payer les factures de sociétés de fourrière où les animaux sont négligés et euthanasiés et demandent le gouvernement de prendre des mesures efficaces en long terme.

Nous insistons sur la nécessité d’une meilleure sensibilisation des propriétaires en ce qui concerne leurs responsabilités envers leurs animaux de compagnie et en particulier l’obligation de les faire identifier et les avantages de la stérilisation. Nous pensons que l'état français ne prend pas suffisamment au sérieux ce problème et ne se sert pas comme il faut des médias pour faire passer le message. Si cette sensibilisation ne porte pas ses fruits, la seule solution qui reste est l'obligation légale de faire stériliser les animaux, comme c'est déjà le cas en Belgique pour les chats. 

Un changement des mentalités au niveau du grand public ne se fera pas sans une vraie volonté et un effort concerté de la part de l’Etat français.

________________________________________________________

"Euthanasia can only take place if the animal is considered by a veterinarian as not adoptable, dangerous or too sick. " Quote from  Alim'Agri 

in addition

"Sick, injured or injured animals should receive appropriate care as soon as possible, if necessary by a veterinarian."

and

"The manager of the animal pound describes in a short document his management of the fate of the animals, highlighting the actions he takes to place the animals and avoid their prolonged stay in the pound or their euthanasia." ANNEX to the order of 3 April 2014, CHAPTER V Provisions specific to animal pounds

The statistics published by the French Ministry of Agriculture for 2015 in 2016 as part of inspections of the animal pounds and shelters (OPAV opération protection animale vacances) are alarming. In 2015, more than 45% of cats were euthanised in pounds and 17% in shelters, and for dogs, the percentage was about 6.5% euthanised in pounds and 11% in shelters. The figures for the French islands were even worse: 87.5% of cats were euthanised in pounds and 84% in shelters, 76.5% of dogs were euthanised in pounds and 74% in shelters. In 2016 the Ministry again included the statistics of euthanasia of dogs and cats in the inspection reports. The numbers seem less alarming. We suspect that other pounds and refuges have been studied. But these numbers are still too high. In metropolitan France, 36% of cats were killed in pounds, and 11% in shelters, 7.3% of dogs were killed in pounds and 6% in shelters. On the islands, nearly 91% of cats were killed in pounds, and 16% in shelters. More than 66% of the dogs were killed in the pounds and 10% in the shelters.

The decision of life and death should not be taken lightly!

Today, the cost of the private pounds, which do not carry out the mission of getting animals that are found adopted, recieve almost all public funds, so that the number of associations able to put animals up for adoption is falling dangerously low.

The signers of this petition no longer want their taxes to pay the fees of animal pound where animals are neglected and euthanised and ask the government to take long term effective measures.

We insist on the need for a better awareness of the owners regarding their responsibilities to their pets and in particular the obligation to have them identified and the benefits of sterilisation. We believe that the French state does not take this problem seriously enough and does not use the media properly to get the message across. If this awareness does not bear fruit, the only solution that remains is the legal obligation to sterilise animals, as is already the case in Belgium for cats.

A change of mentality at the level of the general public will not happen without a real will and a concerted effort on the part of the French State.

Photo: Breeding Ignorance/l’Ignorance des Reproducteurs des Animaux http://www.shannonjohnstone.com/proj/breeding_ignorance/