#COVID-19 Les métiers d’art doivent être pris en compte dans les dispositifs d'aides !

0 a signé. Prochain objectif : 15 000 !


La crise exceptionnelle que nous vivons frappe l’équilibre économique de milliers d’ateliers d’art : salons et marchés annulés, commandes reportées ou annulées, fournisseurs fermés, ateliers-boutiques fermés…

Nous vivons cette situation de confinement depuis le 15 mars, et cette période va s’étendre jusqu’au 11 mai.

Nos ateliers dont beaucoup comptent sur le printemps et la saison estivale, au moment où les événements métiers d’art se multiplient, pour commercialiser leur production, se retrouvent brusquement pris de court, et subissent l’arrêt total d’activité commerciale et la chute de recette de leur atelier, parfois totale. Les trésoreries des ateliers d’art, souvent précaires, ne permettront pas de faire face à la chute de leur chiffre d’affaires.

Les dizaines de milliers d’ateliers d’art, mal protégés car mal identifiés socialement, sans branche professionnelle, disséminés au sein des branches industrielles dont ils ne constituent pas la priorité, se trouvent dépourvus et dans leur grande majorité en dehors des mesures de soutien prévues par les pouvoirs publics.

La recette des professionnels de métiers d’art est composée pour la plus grande part de recettes réalisées lors de salons régionaux, de marchés de métiers d’art ou de commandes réalisées sur mesure ou lors de salons internationaux, ou sur des chantiers de restauration ou de création. Cette recette n’est structurellement pas quotidienne mais à mesurer sur une saison ou sur une année.

Cela aboutit à ce qu’une large majorité de nos entreprises ne peut bénéficier, pour ces raisons structurelles, des dispositifs d’aides solidaires instaurés pour faire face aux conséquences de la situation sanitaire actuelle.

Les professionnels de métiers d’art doivent être pris en compte dans les dispositifs d’aides solidaires mis en place par les pouvoirs publics !

La stratégie portée par Ateliers d’Art de France est d’indiquer à tous les professionnels de métiers d’art la nécessité de se rendre visibles auprès des pouvoirs publics en effectuant une demande.

Ceci afin que les pouvoirs publics prennent conscience de la réalité de la situation vécue par nos ateliers. Cette prise de conscience n’existe que si nous nous manifestons à la fois individuellement (en effectuant une demande) et collectivement (Ateliers d’art de France portant cette voix collective, par un ensemble de courriers, de messages et d’échanges avec les acteurs institutionnels, auprès de la presse, et d’alerte auprès des ministères).

Vous êtes professionnel de métier d’art, ou vous souhaitez soutenir le secteur des métiers d’art ? : Signez cette pétition !

Plus nous serons nombreux à signer, à partager, plus les demandes légitimes des professionnels de métiers d’art seront entendues !

Aude Tahon
Présidente d’Ateliers d’Art de France

••••••

Revendications portées par les professionnels de métiers d’art auprès des pouvoirs publics :

Alors que des mesures sont mises en place pour tous les travailleurs, que l’ensemble des secteurs et des entreprises ont recours aux aides de l’état, nos entreprises de métiers d’art ne sont majoritairement pas prises en compte par les dispositifs d’aides mis en place.

1/ Toutes les entreprises de métiers d’art à l’arrêt depuis des semaines avec perte de revenus et des chiffres d’affaires à zéro dans la période actuelle, doivent être prises en compte et être aidés afin de surmonter la crise actuelle lorsque notre atelier fait face à :
• Des salons, marchés, événements annulés
• Un atelier boutique fermé 
• Un chantier à l’arrêt
• des commandes annulées faute de la situation sanitaire actuelle
  
2/ le mode de calcul d’une moyenne mensuelle calculée de mars 2019 à février 2020, est pris en compte par l’administration pour certaines situations, nous demandons à ce que ce mode de calcul soit pris en compte pour les entreprises de métiers d’art. 
Nos entreprises de métiers d’art bénéficient de CA réalisés à partir de la facturation issue de multiples canaux de vente complémentaires et réalisés annuellement sans régularité mensuelle.

3/ Nous demandons la prise en compte des entreprises de métiers d’art qui perçoivent une petite retraite et se voient non pris en compte par le dispositif.
L’aide apportée devrait s’établir sur la base des 1500 euros, le calcul devant prendre en compte la retraite perçue et la perte de CA afin de veiller à ce que la personne ne se retrouve pas en dessous de 1500 euros.

4/ Nous demandons le re-calcul complet des charges et contributions sociales pour toutes les entreprises de métiers d’art privées de revenus, et l’exonération des contributions sociales pour celles en grande difficulté.

5/ Perspectives et mesures envisagées pour veiller et aider le secteur de métiers d’art à la reprise d’activité.
Les événements dédiés aux métiers d’art sont culturels et économiques, ils sont vitaux pour plus de 75% de nos ateliers. Ils sont très attendus par les professionnels de métiers d’art sur tous les territoires. Les revenus des professionnels de métiers d’art étant réduits à néant actuellement, ils comptent sur la reprise d’activité et tous les événements de fin d’année. 
Les professionnels de métiers d’art demandent ainsi le report des JEMA afin qu’elles se tiennent, par exemple, en même temps que les Journées européennes du Patrimoine en septembre.

••••••

En savoir plus : cliquez ici



Camille compte sur vous aujourd'hui

Camille LEPAPE a besoin de votre aide pour sa pétition “Gouvernement français: #COVID-19 Les métiers d’art doivent être pris en compte dans les dispositifs d'aides !”. Rejoignez Camille et 11 475 signataires.