Réaction suite à la fermeture de 3 jours de la ferme du Moulin suite à un contrôle AFSCA

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Ecolo CHIÈVRES a lancé cette pétition adressée à Gouvernement Fédéral belge

Le consommateur de la ferme du Moulin de Grosage réagit à la suite
des justifications de l’AFSCA : le cadre normatif et surtout les procédures de contrôle par l’AFSCA ne sont pas adaptés aux petits producteurs locaux, ne sont pas acceptables.

                                          « PAS EN NOTRE NOM ! » 

Effectuer ses achats en circuit court est une démarche réfléchie du consommateur à la recherche d’aliments produits localement et le plus souvent par des méthodes respectueuses de l’environnement, notamment sans pesticides. C’est également un choix délibéré pour soutenir une économie locale et maintenir le lien social avec le monde agricole, l’artisan et le commerçant. C’est, par conséquent, un pari sur un futur plus juste et plus respectueux pour nous, ainsi que pour nos enfants et pour tous ces indépendants passionnés qui nous offrent le fruit de leur travail.

En plus de tous ces bénéfices sociétaux, c’est également la découverte de nombreux produits délicieux, uniques, aux saveurs diversifiées et d’une fraîcheur absolument introuvable via le circuit industriel de l’agro-alimentaire.

Nous ne sommes pas idiots. Si nous sommes fidèles à nos producteurs locaux, c’est parce que nous avons confiance en eux, en leur savoir-faire et en leur volonté de nous fournir des produits sains, aucunement dangereux pour notre santé. Un producteur qui empoisonnerait régulièrement ses clients a très peu de chance de poursuivre ses activités pendant plus de 20 ans dans sa région !

Nous ne remettons pas en cause l’importance de l’AFSCA dont le travail est de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire et à la qualité des produits.

Cependant, les normes et les procédures de contrôle actuelles suivies et réalisées par l’AFSCA ne correspondent pas à nos petits producteurs locaux mais au monde des grandes entreprises (agro)alimentaires.

Il en découle un sentiment d’insécurité, d’injustice pour les petits producteurs locaux qui ne se sentent pas reconnus pour tous leurs efforts et risquent parfois d’abandonner le projet de toute une vie. Un trop grand nombre d’entre eux vont même jusqu’à exprimer un sentiment d’abus de pouvoir, de persécution.

Il est en effet malheureux que le contrôle se focalise sur un hygiénisme à outrance ou sur la mise en place de procédures inadaptées, coûteuses en temps ainsi qu’en énergie et qui, finalement, ne garantissent pas des produits réellement sains aux consommateurs.

Le rapport de l’AFSCA concernant la Ferme du Moulin mentionne solennellement : problèmes d’hygiène, de traçabilité, etc…

Des toiles d’araignées, un sol pas assez net entre deux congélateurs, un morceau de bois marin utilisé pour rehausser un évier afin d’éviter de se faire mal au dos, une étiquette absente pour informer que le lait frais est le lait du jour, etc… Ces manquements sont, certes, des problèmes d’hygiène ou de traçabilité et l’AFSCA fait son travail en appliquant « à la lettre » les normes fixées par la loi.
Pourtant, est-ce que cela mérite une fermeture de 3 jours des ventes de cette exploitation sous prétexte d’un danger direct pour les consommateurs ? Cela semble disproportionné alors que par ailleurs les aliments offerts à la consommation issus de productions industrielles et chimiques à l’impact plus que douteux sur la santé humaine et sur l’environnement ne sont nullement inquiétés ! Quel non-sens !

Il est donc grand temps que le monde politique redéfinisse le cadre normatif afin qu’il soit en adéquation d’une part avec le type et la taille des entreprises concernées et d’autre part avec l’attente des clients (La France, pays voisin, tient déjà compte de ces différents paramètres. Pourquoi ne pas suivre cet exemple ?).

Par ailleurs, des assouplissements administratifs et un accompagnement sont aussi nécessaires pour les petits producteurs. Promouvoir une économie locale doit également impliquer que ce monde soit soutenu par des législations adaptées à la réalité de terrain. Sans changement, c’est insoutenable.

La transposition des directives européennes en droit national et leur ajustement aux petites exploitations familiales sont indispensables.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !