Pétition pour la défense du statut SOUS-PREFECTORAL de Gouro au Tchad.

0 a signé. Allez jusqu'à 200 !


IL est bien vrai que l’organisation territoriale d’un État relève du pouvoir exécutif mais une nouvelle organisation  doit être soumise à une étude préalable qui devrait prendre en compte tous les aspects : démographiques, stratégiques, sociologiques et culturels. Un découpage administratif digne du nom devrait prendre en compte aussi tous les facteurs les plus importants à savoir les facteurs économiques, historiques, traditionnels ainsi que les facteurs socioculturels car aucun peuple n’admettra la rétrogradation de ses villes et surtout sa ville natale rétrogradée et rattachée à une autre ville qui, jadis a même statut qu’elle.  

 Après la tentative de rétrogradation échouée de la ville de Fada à la faveur d’Amdjaras lors du nouveau découpage administratif non pris en compte aujourd’hui, c’est le tour de la Sous-Préfecture Gouro vient d’annoncer, cette ville historique du Tchad, est menacée à être rétrogradée et érigée en une simple commune rattachée à des nouvelles villes qui ne valent même pas à l’un de ses quartiers, en terme de la superficie et de peuplement, Gouro ne mérite pas à être ériger en une simple commune. On se demande pourquoi la fameuse 4eme République a des problèmes avec les villes dès le début ? Les villes du Tchad sont-elles nombreuses ? Si c’était le cas, il y a des villages qui ne figurent même pas sur la carte géographique du Tchad et ne comptent pas 10 cages, ont été érigée à un département puis érigée en un chef de lieu de la région avec des investissements publics gigantesque sans un seul intérêt national en feed-back.

 Gouro, une ville ancienne, frontalière de la Libye, historiquement connue, ville des hommes intègres, économiquement rentable, existante depuis l’époque coloniale, ne devrait pas être rétrogradée. Elle mérite d’être érigée à un département car elle a été la base stratégique pour combattre le colon, elle a joué un rôle prépondérant lors de la libération du Tchad  contre à l’annexion libyenne.  Gouro produit plusieurs milliers de tonnes des dattes et des natrons par an (plus de 100 camions/an), ses dattes de qualités incontestables ravitaillent presque tous les villages et villes du Tchad.

Gouro a été Longtemps délaissée par le gouvernement tchadien, preuve est qu’aucune infrastructure n’a été construite par Etat, pas des enseignants d’état ni personnels sanitaires qualifiés, pas des médicaments et pas d’ambulances depuis plus de quinzaines d’années, en dépit de tous ces délaissement, les paisibles et patriotes citoyens se battent bec et ongles pour assurer l’éducation de leurs enfants et préserver la santé de leurs progénitures en créant successivement des associations but non lucratifs afin de cotiser mensuellement et annuellement pour payer les salaires des enseignants et des infirmiers. Cette population nationaliste et courageuse n’acceptera en aucun cas la rétrogradation en une simple commune sa ville natale tant investi en corps et âme. Si le Tchad  était un état de droit et de reconnaissance du travail bien faite, la population de Gouro serait félicitée et encouragée mais malheureusement cette population a été déçue et découragée par cette décision probable de la fameuse 4eme République pleine des surprises.

Suite à cette annonce concomitante de retour au découpage administratif de 24 régions anciennes et de la rétrogradation de la SOUS-PREFECTURE de GOURO ainsi que d’autres villes du Tchad en des simples communes, nous, la jeunesse de Gouro et étudiants de Gouro en diaspora et ainsi que d’autres étudiants tchadiens en diaspora n’acceptons pas que les villes du Tchad soient érigées en des simples communes et nous demandons à l’état tchadien de respecter intégralement l’ancien découpage administratif avec les statuts de toutes les villes et de tous les villages du Tchad en générale et celui de Gouro en particulier afin d’éviter tout problème social et politique. Notre pays le Tchad a d’autres problèmes très sérieux qui nécessitent une réflexion patriotique mûre que de Diviser pour bien Reigner.

Par Mr Issa Tchou Alimi, président des étudiants de Gouro en diaspora et secrétaire générale de la jeunesse de Gouro.

Fait à Paris/France  le 01/08/2018.    



Issa compte sur vous aujourd'hui

Issa TCHOU ALIMI a besoin de votre aide pour sa pétition “Gouro en danger: Pétition pour la défense du statut SOUS-PREFECTORAL de Gouro au Tchad.”. Rejoignez Issa et 99 signataires.