Pour la réintégration immédiate de Sonya !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


STOP À L'acharnement ! Soutenez Sonya en signant la pétition et en envoyant un mail à gilles.poux@ville-la-courneuve.fr et jean-paul.garnier@ville-la-courneuve.fr 

 

Il y a quasiment un an, Sonya s'insurgeait contre l'indulgence médiatique envers les meurtriers conjugaux, qui tuent chaque année 130 femmes. Au vu de l'ampleur du nombre de victimes, elle les a qualifiés de terroristes patriarcaux, sur son compte Facebook privé, depuis son ordinateur privé, en dehors de ses heures de travail.

 

S'ensuit une campagne de harcèlement et de diffamation contre Sonya, instiguée par des personnes qui ne se cachent pas d'être racistes et fascistes. Son employeur, le maire de la Courneuve, est interpellé sur les réseaux sociaux. Contre tout attente pour un homme qui se dit communiste et donc pour la défense des droits des salariés, des femmes, et antiraciste, a décidé de la mettre à pied sans traitement. Décision d'autant plus incompréhensible qu'elle n'a rien fait de répréhensible et qu'il sait qu'elle est enceinte ! 

 

S'ensuit donc pour elle de longues batailles juridiques. Elle obtient sa réintégration au tribunal et peut donc se concentrer sur sa santé et son bébé. Elle organise son retour au travail la semaine dernière, et reçoit un courrier de convocation devant la direction de la mairie. Ils lui indiquent qu'elle doit rentrer chez elle et qu'elle recevra un courrier lui notifiant une exclusion temporaire de 5 mois avec suspension de salaire de nouveau. 

 

L'inhumanité de cet acharnement est indigne ! Laisser une jeune femme 5 mois sans salaire, avec un nourrisson à sa charge ! Exigeons sa réintégration sans délai ! Et l'engagement de la part de la mairie de cesser de s'en prendre à Sonya et de la laisser travailler !

 

 

 

 

 



Mathilde compte sur vous aujourd'hui

Mathilde BEUSCHER a besoin de votre aide pour sa pétition “Gilles Poux, maire de la Courneuve: Pour la réintégration immédiate de Sonya !”. Rejoignez Mathilde et 880 signataires.