Adressée à Francetélé

Pour le départ de "Christine Ragot(s)" !

0

0 a signé. Allez jusqu'à 5 000.

Par une magnifique pièce de théâtre en 3 actes, Christine Ragot(s) (Christine Angot) a su en moins de 4 semaines nous faire regretter Vanessa Burgraf qui pourtant n'était pas non plus le paroxysme du journalisme. Très engagée auprès du père de la Révolution française, Manuel Valls, nous lui proposons simplement de retourner à ses côtés siroter un verre de vin blanc.

Acte 1 : "Hystérie et calomnie" :                                                                              "On n'est pas couché" s'offre son buzz de rentrée sur le dos de la France insoumise". (source)

Outre la calomnie Christine Angot prouve bien son inculture en politique:

""Désister", le terme laisse entendre un ralliement. Dieudonné avait pourtant été automatiquement éliminé en ne récoltant que quelques pourcentages des voix au premier tour." 

Acte 2 :  "Perspicacité" :                                                                                            Folle de haine, notamment envers la France insoumise :                          

"Je ne voulais pas que La France insoumise passe. Je ne les aime pas. Mélenchon, soi-disant un tribun, qui appelle son auditoire 'les gens', c’est insupportable. Et je n’aime pas ce qu’ils ont dans le crâne, quand ils soutiennent des manifestations propalestiniennes comme celle de Barbès. (...) Il y a un mec que j’aime bien, mais il ne faut pas le dire, car personne ne l’aime : Valls. Je l’aime bien." (source),

Christine Angot la militante et non plus la journaliste a tenté de vendre en vain l'amalgame Mélenchon-FN ! (source). Cela est grave car les motivations de Christine Ragot(s) ne semblent pas être la "rigueur journalistique" mais bien l'adoration aveugle pour Manuel Valls. Elle qui "aime la politique" nous lui conseillons de prendre quelques cours de rattrapage pour éviter les inepties aussi grosses que son ego ! 

Acte 3 : "Hystérie le retour"                                                                                      "Christine Angot a violemment quitté le plateau d'On n'est pas couché, jeudi soir, lors de l'enregistrement de l'émission de samedi, balançant rageusement au passage ses feuilles et son verre. Selon nos informations, la chroniqueuse s'est ensuite réfugiée dans sa loge, hurlant et pleurant."                                                 

En plus d’être émotionnellement fragile Christine Angot prouve bien qu'elle est aussi une hystérique en puissance. Incapable de se tenir émotionnellement Christine Angot n'est donc pas à la hauteur du rôle qu'elle incarne !                                         

"L'interview avait pourtant commencé plutôt calmement, Laurent Ruquier évoquant les violences faites aux femmes et l'association créée par Sandrine Rousseau. "J'ai envie de donner aux femmes des outils pour se faire entendre", a-t-elle notamment expliqué. Soudain, Christine Angot a pris la parole et violemment pris à partie l'invitée: "Je vous interdis de dire ce que vous dites!" a commencé l'auteur de L'Inceste. "Vous ne pouvez pas parler au nom de toutes les femmes, vous auriez dû dire 'je'. On ne peut parler que de son viol." Devant la violence du propos, le public a bruyamment hué Christine Angot. C'est alors que celle-ci a bazardé tout ce qui se trouvait devant elle et annoncé: "Je quitte le plateau !" Ce qu'elle a fait, malgré un "Reviens !" désespéré lancé par Laurent Ruquier, qui a ensuite déploré les huées du public." (source).

Pour tout cela nous lui demandons de partir sans bruit car nous refusons l'utilisation de nos impôts dans son hystérie constante ! Ni plus, ni moins !

Cette pétition sera remise à:
  • Francetélé


    Mehdi AIT BAHOU a lancé cette pétition avec seulement une signature au départ et il y a maintenant 3 543 signataires. Lancez votre pétition pour créer le changement que vous souhaitez voir.




    Mehdi compte sur vous aujourd'hui

    Mehdi AIT BAHOU a besoin de votre aide pour sa pétition “Francetélé: Pour le départ de "Christine Ragot(s)" !”. Rejoignez Mehdi et 3 542 signataires.