Contre l'aménagement des sauts du Maroni et du Lawa en Guyane.

Contre l'aménagement des sauts du Maroni et du Lawa en Guyane.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Ce projet de la DEAL qui consiste à modifier les passages des sauts des fleuves, aura selon nous, pour conséquence un impact très lourd pour l'environnement fluvial et terrestre ainsi que sur la biodiversité de la région Guyane.

Le Maroni (néerlandais : Marowijne) est un fleuve d'Amérique du Sud. Sous le nom d'Itany il prend sa source près du massif du Mitaraka, et devient le Lawa lors de sa confluence avec l'Inini et enfin Maroni lors de sa réunion à Grand-Santi avec la rivière Tapanahoni.

D'une longueur de 611,7 km[1], le fleuve et ses îlots étant partagés entre la France et le Suriname, la ligne médiane de son cours fait office de frontière entre la Guyane et le Suriname jusqu'à son embouchure commune avec le fleuve Mana. 

Le Maroni est une voie de communication essentielle vers les communes de l' intérieures de la Guyane. La pirogue reste donc le principal moyen de transport sur le Maroni. Tout au long de son cours se succèdent villages Bushinengué (Boni, Djukas, Paramacans, Saramacas) et Amérindiens (Lokonos, Kali'nas, Wayanas).

Plusieurs îles et de nombreux rapides appelés « sauts » en Guyane jalonnent son cours. On dénombre environ quatre-vingt-dix (90) sauts.

La surface du bassin versant du Maroni est de 60 930 km2 à Langa Tabiki. Son module y est de 1 682 m3/s et son débit spécifique de 27,6 l/s/km2.La lame d'eau écoulée dans son bassin versant annuellement s'élève de ce fait à 870 mm, une valeur élevée très supérieure à celle des fleuves de France métropolitaine mais inférieure à celle des fleuves tropicaux sud-américains que sont l'Amazone(1 197 mm) et l'Orénoque (1 031 mm). En effet la zone drainée par le fleuve bénéficie d'un climat équatorial caractérisé par des précipitations abondantes (2 594 mm/an à Saint-Laurent-du-Maroni).

Les sauts s’appellent des soula en langue locale. : Hermina Soula, Goodou Kampou Soula, Makou Soula, Toou Soula, etc.

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !