NON À LA SELECTION DANS LES UNIVERSITÉS LIEUX DE SAVOIR ET DE CULTURE

0 a signé. Allez jusqu'à 500 !


 Parcoursup risque d’être pire qu’APB 

Enseignant.e.s, étudiant.e.s et membres du personnel de plusieurs universités se mobilisent contre la loi O.R.E. et la mise en place de la plateforme ParcourSup.

Aujourd'hui, nous avons un attachement au libre accès des bachelier.e.s et étudiants à l’enseignement supérieur public.

Avec la mise en place de "ParcourSup" les personnels des universités devront une nouvelle fois porter, sans aucun moyen humains et financier et dans des contradictions totale, la mise en place d’une loi qui s’oppose aux valeurs et aux missions de l’Université publique. Cette réforme, doit permettre un classement des futurs étudiants. 890.000 lycéens sont concernés.

Les universités ont besoin de moyen, des financements. Pour accompagner les étudiants en difficultés qui ont envie d'apprendre des choses, s'enrichir intellectuellement et culturellement. 

Tous les bachelier.e.s doivent avoir la possibilité d’accéder aux études supérieures de leur choix. Cette réforme, plutôt cette sélection va engendrer, une pression considérable sur les familles, les étudiants,  en renforçant les injustices sociales ; ou vont partir les étudiants refusés ?

"Aujourd'hui on me dit qu'une partie de mon jury d'examen se mobilise à son tour. Ce sont mes profs qui se mobilisent, ceux-là même qui nous ont parlé des revendications de Nanterre en 68. Ces soixante-huitards qui réclamaient un enseignement plus proche des étudiants, aujourd'hui j'ai l'impression que je l'ai : ceux qui m'ont fait bouffer de la théorie se retrouvent sur le parvis ! Je décide de me mobiliser." Deux étudiant de l'université de Lille 

Nous refusons l'omniprésent de vos CRS dans et devant les université qui ne permettent pas le bon déroulement des examens et de la vie universitaire. 

"Le gouvernement caricature le mouvement. Il envoie les CRS a Nanterre hier pour dégager une bande de jeunes qui occupent un amphi de manière pacifique et mettent sept jeunes en garde à vue. C’est inacceptable" Une représentante de l'UNEF 

« Cette loi veut transformer les profs en chasseurs de têtes » Souligne un enseignant chercheur 

Nous exprimons ensemble par cette pétition, notre refus de la loi O.R.E et de la plateforme ParcourSup et participerons aux journées nationales de mobilisation, aux AG organisées par les universités à travers le pays. 

L’Université doit être ouverte à tou.te.s, libre et gratuite, lieu de savoir, d’émancipation individuelle et collective, de solidarité et d’organisation !

Etudiant-e-s et enseignants des universités de France  

 

 



Collectif non à la selection universitaire compte sur vous aujourd'hui

Collectif non à la selection universitaire a besoin de votre aide pour sa pétition “Frédérique Vidal: NON À LA SELECTION DANS LES UNIVERSITÉS LIEUX DE SAVOIR ET DE CULTURE”. Rejoignez Collectif non à la selection universitaire et 450 signataires.