NON à l'extinction des cloches de La Garnache !

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


À La Garnache en Vendée, un citoyen est venu en mairie pour demander à arrêter les cloches de l'église en mettant en avant la gêne occasionnée.

Le sujet sera débattu au prochain conseil municipal.

Qu’il fasse beau, froid, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, le clocher de l’église de La Garnache fait sonner les cloches qu’il abrite. Depuis plusieurs siècles (l’église actuelle date de 1901, la précédente avait été construite en 1770 et une chapelle avait été construite près du château au XIIIème siècle), les cloches de l’église de La Garnache rythment la vie de la commune et de ses habitants. Avec cette demande farfelue de faire taire les cloches, cela me fait penser aux néo-ruraux de Dordogne qui ont condamné leurs voisins à combler une mare car les coassements des grenouilles troublaient leur tranquillité, j’ai aussi repensé à ces 11 résidents secondaires de Haute-Savoie qui ont porté plainte contre les cloches des vaches qui divaguaient dans les alpages ou bien encore à ce couple qui avait sectionné les câbles d’alimentation des cloches en 2016 dans le Calvados ou plus récemment les estivants qui se plaignaient du bruit des cigales. On a peut-être aussi à faire face à un combat d’arrière-garde sur la laïcité, mais il se dit que nos campagnes sont parsemées de villages car cela permettait à tout le monde d’être « à portée de cloches ».

En suivant ce raisonnement, vouloir stopper le tintement des cloches, c’est également vouloir stopper l’ensemble des bruits qui peuvent émaner des lieux publics : arrêter les matchs de foot le dimanche à cause des cris de supporters et des coups de sifflets, arrêter les matchs au complexe sportifs à cause des sonneries de temps mort et autres mi-temps, interdire aux chiens d’aboyer, interdire aux coqs de chanter le matin, supprimer la fête de la musique, effacer les terrasses de café en plein air (STOP aux discussions, aux rires, aux chants), annuler l’organisation d’un festival ou de tout autre manifestation culturelle en plein air… c’est donc supprimer tous les « bruits » qui font la vie et l’âme d’un village et c’est donc supprimer toutes les occasions données aux habitants d’une village ou d’un bourg de se retrouver pour discuter et créer du lien social. 

Vivre « en campagne », malgré le côté péjoratif que cette expression comprend, ce n’est pas s’installer sur un territoire « aseptisé », fade ou sans saveurs et encore moins sans âme, sans culture et sans traditions. La Garnache n’est pas une simple cité dortoir. 

Pour preuve, pas un week-end à La Garnache sans qu’un événement ne soit organisé par une association ! Ici, les habitants s’impliquent et s’engagent dans la vie locale, que ce soit dans les associations sportives ou culturelles, ils s’engagent dans les écoles, auprès de nos aînés à l’EHPAD ou pour le maintien à domicile, ils s’investissent auprès des personnes en difficulté d’insertion. 

Alors, certes, cette vie locale a « un bruit », et heureusement, ce n’est pas le bruit du périph parisien. Mais c’est le prix à payer pour la vitalité et le dynamisme de nos campagnes et du besoin de lien social de ses habitants. 

Sans aller à cette extrémité, j’ai vu qu’à Guyans-Vennes, dans le département du Doubs, le Maire a fait signer une charte aux futurs propriétaires venus de grande ville « qu’à la campagne, il est normal d’entendre un tracteur qui laboure, un coq qui chante ou des cloches qui sonnent ». 

La vie en communauté ne suppose pas l’apothéose de l’individualisme et de l’égocentrisme.

Bref, l’affaire ne se résume pas aux cloches, mais bien à la vie que l’on veut donner à nos petites communes en milieu rural. 

À vous de faire connaître cette pétition 

Merci 



Frédéric compte sur vous aujourd'hui

Frédéric DE MASCUREAU a besoin de votre aide pour sa pétition “Frédéric de Mascureau: NON à l'extinction des cloches de La Garnache !”. Rejoignez Frédéric et 631 signataires.