Soutien pour le retrait des lois Vidal et ORE par l'UFR DSP Paris Nanterre

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Avril 2018 : les étudiants, les professeurs et le personnel de l'Université Paris Nanterre se mobilisent contre les lois Vidal et ORE. L'UFR de Droits et Sciences Politiques est restée relativement en retrait dans cette mobilisation.

Jusqu'à présent, nos cours n'ont pas été suspendus ou bloqués par les manifestations, jusqu'au point d'être maintenus lors de l'intervention des CRS le lundi 9 avril, où certains ont suivi les cours sur la pelouse. À l'instant où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas si nos partiels et oraux seront maintenus ou annulés. Toutefois, il est temps d'exercer notre devoir citoyen.
Cela ne signifie en rien un engagement politique. En effet, nous savons pertinemment que cela pourrait être préjudiciable à certaines carrières professionnelles en droit. Ainsi, par cette pétition, nous nous engageons simplement dans la lutte pour la préservation d'une Université libre et accessible à tous.

Nous nous mobilisons contre :
⦁ L'individualisation de la licence, qui permettrait de la faire en deux, trois ou quatre années, car cela crée des différences de valeurs entre les diplômes.

⦁ La compensation au cas par cas, qui remplacera la compensation de droit, car cela facilite les discriminations économiques et sociales. Nous précisons par ailleurs que le travail qu'elle implique pour les administrations, les enseignants et les étudiants est concrètement impossible à mettre en place.

⦁ L’ajout de compétences spéciales conditionnant l'accès aux licences générales, car cela crée également des discriminations inacceptables. Pour exemple, accéder à la licence STAPS exigera du bachelier des investissements associatifs.

⦁ La demande surréaliste faite aux enseignants d'examiner des milliers de dossiers de bacheliers et de choisir lesquels sont "capables" de réussir leur première année.

⦁ La sélection induite par Parcours Sup, et notamment par le poids des décisions des enseignants dans le parcours universitaires des jeunes.
- D'une part, les « fiches avenir » rédigées par les professeurs de lycée, résumant leur opinion sur les capacités des futurs bacheliers, c'est-à-dire la place dans le classement des élèves de la classe, son esprit d'initiative au sein lycée ainsi qu'extrascolaire, ses capacités à s'investir dans le travail, etc.
- D'autre part, l'avenir de chacun sera déterminé par des enseignants de l'Université, qui pourraient exiger des conditions payantes, tels que les sont des diplômes de langues, ou imposer une réorientation.

⦁ Les violences ayant lieu dans les universités, des lieux d'apprentissage et d'épanouissement collectif et personnel. Nous nous joignons à la demande des autres étudiants, enseignants et personnels de l'Université Paris Nanterre concernant la démission du doyen de notre Université.


L'Université doit restée accessible à tous, nous condamnons ces lois qui éloigneront les élèves les plus défavorisés des études supérieures. Nous apportons notre soutien aux motions votées en Assemblée général à Paris Nanterre. Nous estimons que rien dans ces lois ne soit important ni urgent, au point de la faire passer par coups de matraques.



Nanterre pas compte sur vous aujourd'hui

Nanterre pas TES AMBITIONS a besoin de votre aide pour sa pétition “Florence Bellivier: Soutient pour le retrait des lois Vidal et ORE par l'UFR DSP Paris Nanterre”. Rejoignez Nanterre pas et 1 215 signataires.