Pétition fermée

Stop the Creative Crisis in music and culture!

Cette pétition avait 51 signataires


Stop the Creative Crisis in music and culture. Internet Providers must pay!

Over the last fifteen years, the record and film industries have been experiencing an unprecedented crisis.

The primary cause is the dematerialisation of these works and permanent access to them made possible through the internet, most particularly through streaming.

And yet we have never listened to so much music nor watched so many films. The money is going somewhere, but where?

 In truth, who profits the most by this? Who ensures your access to culture? Who provides you with access to television, the internet, landlines, mobile networks, and generates enough cash to now buy newspapers and other publications?

In whose interest is it that you listen to music via streaming or that you store a film in the Cloud?

Who would prefer you to consume gigabytes of bandwidth rather than to own outright a private copy of a film or piece of music ?

Reply : Internet Service Providers (ISPs) and other communications operators now transformed into multinational organisations, who merge with one another to avoid competition and increase their lobbying leverage.

But culture is part of this chain. Consumers need internet access, and the internet needs cultural content (producers,  record companies etc) to satisfy the cultural appetite of these same consumers. Radio stations and television channels already contribute to the cosr of the creation of the works that they broadcast. Why would ISPs be any different? Why should they continue to be the sole profiteers of an ecosystem that they continue to destroy?

It's about time that ISPs contribute to the cost of the content that they distribute to monumental profit, and that they compensate the content providers that they have largely ruined.

 

Stop à la crise de la musique et de la culture ! Les fournisseurs d'accès doivent passer à la caisse !

Depuis une dizaine d'années, l'industrie du disque et du film subissent une crise sans précédent.   

La cause première en est la dématérialisation des œuvres et l’accès permanent à celles-ci rendu possible par Internet, avec en particulier le développement d’un nouveau mode de consommation : le streaming.

Pourtant, on n'a jamais écouté autant de musique, ni regardé autant de films ! L'argent est bien quelque part. Oui, mais où ?

En vérité, à qui la situation profite-t-elle ? Qui donc s'occupe de vous procurer cet accès à la culture ? Qui vous fournit l’Internet, la télévision, votre téléphone de maison, votre réseau mobile, et génère suffisamment de cash sur ces activités pour investir dans les secteurs connexes ?

Qui a intérêt à ce que vous écoutiez un album en streaming ? À ce que vous regardiez un film via un cloud ?

Qui préfère vous voir consommer à n’en plus finir des gigas d’Internet plutôt que posséder une bonne fois pour toutes une copie permanente et privée des fichiers que vous consultez ?

Réponse : Les Fournisseurs d'Accès Internet (FAI) et autres opérateurs de téléphonie transformés en multinationales, qui se rachètent les uns les autres pour échapper au jeu de la concurrence et accroître encore leur pouvoir de négociation.

Mais il en va de la culture comme d’une longue chaîne alimentaire : les particuliers ont besoin d’Internet tandis qu’Internet a besoin des fournisseurs de contenu –artistes, producteurs, maisons de disques indépendantes…– pour satisfaire l’appétit culturel de ces mêmes particuliers. Les radios et les chaînes télé notamment, chacune à leur manière participent au financement de la création audiovisuelle qu’elles diffusent. Pourquoi les Fournisseurs d’Accès Internet feraient-ils exception ? Pourquoi les laisser tirer, seuls, les avantages d’un écosystème qu’ils contribuent pourtant à ruiner ?

Il est temps aujourd’hui que les FAI  payent pour le financement des fournisseurs de contenus qu'ils ont largement appauvris en refusant de redistribuer leurs gains monumentaux.



ISP compte sur vous aujourd'hui

ISP FOR CULTURE a besoin de votre aide pour sa pétition “European Commission: Stop à la crise de la musique et de la culture”. Rejoignez ISP et 50 signataires.