Halte au massacre à la tronçonneuse, square Sarah Bernhardt, Paris 20ème

Halte au massacre à la tronçonneuse, square Sarah Bernhardt, Paris 20ème

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Luc MEYER a lancé cette pétition adressée à Éric Pliez maire du 20eme et à

Ce charmant square enclavé dans les cités entre la rue des Pyrénées et la place de la Nation doit beaucoup de son caractère à une grande allée médiane composée d'une douzaine de grands noyers du Caucase. Ils ont aujourd'hui une bonne quinzaine de mètres et offrent une promenade couverte sur toute la longueur du square. En été, sur les bancs et les bordures des pelouses sous son couvert, on y trouve pêle-mêle les vieux, les jeunes des lycées environnants, les parents et leurs enfants.

Il manque déjà à l'appel quelques-uns de ces sujets de l'espèce Pterocarya. Hier donc ont fleuri sur chaque tronc le même placard annonçant leur abattage le 26 avril prochain. Le vieux retraité- confiné que je suis s'est tout de suite ému de cette décision. Il y a deux semaines on a déjà nettoyé la glycine centenaire de "chez Plumeau" à Montmartre ; cela fait suite à la liquidation, deux mois plus tôt, d'une cinquantaine de platanes en bord de Seine. Depuis, on a bien entendu quelques regrets, quelques grommellements embarrassés. Un peu tard.

Revenons à ce nouveau sujet de connerie potentielle, square Sarah Bernhardt : le service des Espaces Verts "pour notre information, notre sécurité et notre confort" nous avise que ces arbres sont atteints d'un parasite qui les rend dangereux : le phellin tacheté. En musardant quelques infos "grand public" sur des sites aussi divers que ceux de municipalités, d'arboriculteurs, de fondations pour la nature, le néophyte que je suis découvre que le Ptérocarya en question est un arbre très rustique, résistant aussi bien aux fortes gelées qu'aux grosses chaleurs. Je cite : "les Ptérocaryers sont relativement insensibles aux maladies et aux nuisibles". Et ailleurs : "leurs branches étalées et puissantes en font l'arbre parfait pour apprendre aux enfants à grimper". Fichtre !

Le célèbre phellin tacheté est un chancre apparent (surtout sur les fruitiers et les platanes) et dont la nuisance se remarque aussi à l'état déclinant de la cime des arbres qu'il infeste. Quand je regarde les noyers du square, à moins de prendre les contreforts noueux et les profondes cannelures qui les caractérisent pour des champignons, je trouve plutôt qu'ils pètent la santé. Ah j'oubliais encore : "Le Ptérocarya du Caucase n'est pas concerné par les attaques de parasites ni par des maladies mais la pollution atmosphérique en ville le fait souffrir." Là vraiment, on peut dire qu'il donne le mauvais exemple..

Bref, je ne sais pas quel âge ont ces arbres mais je les vois mal tomber comme un château de cartes à la première bourrasque post-élections municipales sur la première poussette venue du premier bébé post-covid qui aura eu la mauvaise idée de braver les premiers jours du dernier confinement. Bien sûr, je ne suis qu'un pauvre néophyte et comme ce satané virus invisible que certains ont la chance de voir à l'oeil nu et de pouvoir ainsi éviter au passage, je ne vois pas non plus les tares et les vices cachés de ces foutus Ptérocarya qui n'ont pu tromper la sagacité, les instruments de mesure, et autres puces électroniques de la Commission des Jardins et Espaces Publics. Eux sont des hommes de science, celle par qui le progrès triomphe parce que la Nature disparaît. Ah mais...

Alors bon ! Aujourd'hui nous sommes à une époque de compromis. Quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage : je vois qu'on n'aime pas trop les noyers du Caucase. Moi, si. Alors, admettons qu'il faille parfois qu'un vieux sujet cède la place à un jeune pour éterniser un tant soit peu la beauté des choses. Mais pourquoi si pressé de tout flinguer d'un coup, comme à l'époque des plans quinquennaux et de "L'Ere Nouvelle" ? Pourquoi tant de brutalité et toujours ces mêmes certitudes hasardeuses ? Ne saurait-on y aller mollo chez les hérauts proclamés du Monde d'après ? En un mot : différer, vérifier les examens et étaler les mesures si elles sont vraiment nécessaires.

Légende photo : 6 avril, les arbres mettent leurs feuilles dans le square.

Luc Meyer, habitant du 20ème à Paris

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !