Pétition fermée

Soutien aux étudiants sans dominante 3A AgroParisTech

Cette pétition avait 584 signataires


Bonjour à tous,

Nous sommes le collectif d’étudiants sans dominante 3A, luttant depuis plusieurs semaines pour pouvoir poursuivre nos projets professionnels au sein d’AgroParisTech. Nous rencontrons de grandes difficultés pour obtenir de l’école des enseignements en adéquation avec nos projets, et nous voulons alerter tous ceux liés de près ou de loin à l’école, et qui se soucient de la qualité de l’enseignement proposé par cette Grande Ecole.

Nous sommes 22 étudiants à qui l’enseignement de sciences économiques et de gestion d’AgroParisTech au titre de la 3ème année, les dominantes Economie et Gestion d’Entreprise (EGE) et Gestion Innovation et Performances des Entreprises du vivant (GIPE) a été refusé. Ce refus est justifié par un sureffectif dans ces dominantes. Ce sureffectif est lui-même expliqué par une forte affluence vers ces dominantes, accentuée cette année par la fermeture de la dominante Management des Entreprises Agro-Alimentaires (MEAL). La décision de fermeture de cette dominante a été prise il y a 2 ans et ce malgré les signaux d’alerte émanant des étudiants, qui étaient une trentaine à souhaiter suivre cette formation et se sont naturellement reportés vers les dominantes similaires, EGE et GIPE.

Nous avons été informés de la situation par un mail laconique nous expliquant que les formations que nous avions choisies nous étaient refusées. Un mail de l’administration a très rapidement suivi, nous demandant de rédiger sous 48H une lettre de motivation pour notre deuxième, ou pour beaucoup troisième ou même quatrième choix, sans rapport avec ce que nous avions construit durant les 2 ou 3 années précédentes. C’est devant cette pression et cette nouvelle « compétition » qui s’annonçait pour les places restantes que nous avons décidé de nous rassembler au sein de ce collectif et de nous battre.

Nous avons d’abord envoyé un mail commun expliquant qu’il nous était impossible de rédiger une lettre de motivation pour des dominantes ne correspondant pas à nos projets professionnels. Nous avons également engagé des dialogues avec l’administration et les enseignants pour trouver une solution plus en accord avec nos projets professionnels. Les seules solutions alternatives apportées par l’administration sont des formations extérieures (au sein de l’Université Paris-Saclay ou même dans des autres écoles d’agro de France !!).

Devant l’absence de recherche de solutions au sein de notre propre école, nous nous sentons rejetés par AgroParisTech, les promesses de formations qui nous ont été faites semblent abandonnées, et nous croyons déceler un manque de compétence lorsqu’il s’agit de mettre en place des formations répondant aux parcours des étudiants.

Nous avons par ailleurs été sélectionnés sur des critères qui ne nous ont pas été communiqués. Toutefois, il semblerait que les sélections se soient effectuées en majorité sur les notes de partiels de Sciences Economiques et de Gestion de deuxième année (soit 4 notes remontant pour la majorité d’entre nous à 1 an et demi) et non sur notre motivation et nos projets comme nous l’avaient affirmé de nombreux professeurs.

L’administration essaie de nous forcer à céder et accepter nos troisièmes choix, ou des formations extérieures à l’école, à grands renforts de mails désabusés. Ils ont choisi de ne pas communiquer la liste et le nombre exact d’étudiants impliqués, de ne pas passer par notre porte-parole pour communiquer, et ont été jusqu’à appeler nos parents pour faire pression.

Pour nous convaincre, ils affirment aujourd’hui qu’il sera permis aux étudiants de réaliser leurs stages de fin d’étude dans un domaine les intéressant et sans rapport avec leur dominante de formation imposée. Ils expliquent maintenant que les places vacantes dans les dominantes correspondant à nos choix secondaires ou tertiaires vont être ouvertes aux étudiants d’établissements extérieurs.

Nous sommes très surpris et scandalisés d’être la cible de ce genre de pratiques sans aucune compassion ni humanité et nous avons la sensation qu’aucune solution pérenne n’est cherchée pour résoudre cette situation absurde. Certains d’entre nous ont plié, signe que ces méthodes de pression fonctionnent car nous avons l’impression que ne pas accepter nous empêchera de terminer nos études au sein d’AgroParisTech.

La situation est d’autant plus grave que des étudiants étrangers ont été refusés et jugés sur le même pied d’égalité que les étudiants Français alors qu’ils étaient en plein apprentissage de la langue lors des partiels ayant apparemment servi à la sélection. Nous ne pouvons nous empêcher de voir là le point de départ d’une très mauvaise réputation pour l’école dans les établissements partenaires à l’étranger, ou futurs partenaires. Ces échanges sont un réel enrichissement pour les étudiants et pour l’école, et la situation est d’une injustice criante envers des étudiants dont la motivation et l’investissement ne sont pas à prouver.

Nous voulons aujourd’hui mettre en garde les futurs étudiants d’AgroParisTech, en particulier ceux travaillant aujourd’hui à leur réussite aux différents concours d’entrée : l’école ne garantit aucune formation, être étudiant AgroParisTech n’assure qu’un diplôme. Par ailleurs, des formations ont été fermées par l’établissement, mais sont toujours affichées comme étant d’actualité sur le site et les outils de communication de l’école.


Nous exigeons que ces élèves puissent suivre la spécialisation qu’ils ont placée en premier choix.
Nous exigeons qu’une solution temporaire soit trouvée pour cette année 2017-2018 dans les dominantes EGE et GIPE.
Nous exigeons qu’une solution durable soit mise en place l’année prochaine pour prévenir un futur sureffectif.
Nous exigeons que l’école fasse preuve de transparence notamment sur la sélection des élèves et les formations assurées, plutôt que de mentir aussi ouvertement.
 

Qu’est-ce qu’une école ne pouvant pas former ses étudiants ?
Qu’est-ce qu’une école renvoyant à ses étudiants la responsabilité d’assurer leur propre formation ?
Qu’est-ce qu’une école promettant des formations n’existant même plus ?

Nous souhaitons faire émerger un dialogue, pour aider AgroParisTech, et ses futurs étudiants.

Signez la pétition pour nous soutenir



Mélanie compte sur vous aujourd'hui

Mélanie TOUZET a besoin de votre aide pour sa pétition “Equipe dirigeante et pédagogique d'AgroParisTech: Soutien aux étudiants sans dominante 3A AgroParisTech”. Rejoignez Mélanie et 583 signataires.