PERIL SUR NOTRE ENVIRONNEMENT, EXIGEONS REPARATIONS

PERIL SUR NOTRE ENVIRONNEMENT, EXIGEONS REPARATIONS

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de réhabilitation du tronçon routier Kalong –Tonga long de 67 kilomètres, l’entreprise chinoise SINOHYDRO CORPORATION LIMITED a été retenue pour la réalisation dudit projet. Afin de s’approvisionner en granulats pour la construction de ce tronçon routier, l’entreprise a choisi d’exploiter la carrière de pierres de Makénéné, qui représentait jusqu’alors une source de revenus pour certains exploitants artisanaux.  Depuis 2017, année du début d’exploitation de cette carrière qui s’étend sur plusieurs hectares jusqu’à ce jour on note une menace grave sur l’environnement, la tranquillité des populations riveraines l’intégrité des habitations, et bien sûr les ressources naturelles.

  • Des violations flagrantes des droits des populations

Le processus conduisant au choix de cette carrière n’a pas respecté la réglementation en vigueur puisque les populations affectées par ce projet n’ont jamais été consultées dès le début des travaux à savoir l’installation sur le site par l’entreprise, pis encore les personnes dont leurs propriétés se trouvaient dans le périmètre d’exploitation de la carrière ont été marginalisées dans la phase des indemnisations. Certains exploitants artisanaux dont leurs revenus étaient issus de l’exploitation artisanale de cette carrière ont été sommés d’y quitter sans compensation, ceci n’est pas sans conséquence sur leur quotidien et celui de leur famille, car ils sont privés de leur moyen de subsistance.

  •  Atteinte à l’intégrité des habitations

Se loger fait partie intégrante des Droits de l’homme et la violation de ce droit est une atteinte grave à la dignité humaine. Des détonations issues des tirs des mines ont détruit les habitations de près de 147 personnes parmi lesquelles les personnes du troisième âge et handicapées. Aujourd’hui certaines sont à la belle étoile car aucune mesure adéquate de compensation et réparation ne leur a été proposée.

  •  La destruction de l’environnement

Depuis l’exploitation de la carrière on observe une dégradation progressive de l’atmosphère et du paysage autour du site de la carrière résultant d’une mauvaise gestion des polluants et autres substances par l’entreprise. Pendant le concassage des pierres l’atmosphère est envahie par un nuage de poussière issu des pierres car celles ne sont pas mouillées. Ces grains de poussière sont constitués d’éléments toxiques comme le calcaire qui est inhalé par les populations avec pour conséquence l’apparition des affections voies respiratoires. Les cultures sont détruites par cette substance. On observe une modification de la végétation à cause du déversement des déchets issus des bitumes dans l’environnement et aussi de la composition de l’air du fait de l’émission des fumées et de la poussière par des camions en circulation sur la route carrossable (non bitumée) qui mène à la carrière.

  •  La surexploitation du cours d’eau (rivière Mock) seule ressource en eau dans le périmètre d’exploitation de la carrière

L’entreprise s’approvisionne en eau pour divers travaux (arrosage de la route, lavage des engins, arrosage de la pierre, préparation du béton, etc.) dans la rivière Mock que les communautés utilisent pour la lessive, la consommation, l’agriculture. Ce qui entraine la baisse du volume des eaux et la diminution du lit du cours d’eau. Le déversement des hydrocarbures, d’huile usagée, de graisse et des produits bitumineux dans la nature entraine leur ruissellement vers la rivière Mock ainsi que vers la rivière Makénéné dont il est l’affluent. Ce qui a modifié la composition des eaux de surface, mais aussi la mise en péril de biodiversité aquatique. Par conséquent les communautés qui dépendent de cette rivière sont exposées à des maladies hydriques et de la peau. D’après un riverain ; « l’entreprise veut nous tuer, car l’eau c’est la vie et ils prennent même notre eau »

 

Le projet tire presque à sa fin, les populations de Makénéné n’ont rien bénéficié de l’entreprise comme infrastructures de base (forages, construction des bâtiments dans certaines écoles, mise sur pied des activités génératrices de revenus...), mais elles ont plutôt vu leur environnement se dégrader, les ressources en eau être surexploitées et polluées, les habitations être détruite

 

A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique et la protection de la biodiversité est dans tous les esprits, il semble impensable de détruire notre environnement. Notre action n’est ni politique, ni contestataire, mais nous exigeons que l’entreprise SINOHYDRO CORPORATION LIMITED restaure notre environnement, indemnise à juste valeur les sinistrés dont leurs habitations ont été détruites, compense le manque à gagner causé aux exploitants artisanaux de la carrière de pierre, aménage convenablement la route qui mène au site d’exploitation de la carrière et le Collège d’enseignement technique industriel et commercial (CETIC), construise des forages et d’autres infrastructures sociales.

Mobilisons-nous en nombre pour porter cette cause en signant cette pétition

Partageons la pétition à nos voisins, familles et amis

Sauvons notre environnement !!!

https://www.dypamak.org/kalong-tonga-la-route-de-la-misere/

https://www.youtube.com/watch?v=C1YUk1QKKqo&list=PL_FPqiZVzT46tC-l7lviKEb-gf-A4DDv4&index=4&t=125s

Rejoignez-nous sur notre page facebook

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !