Non à la suppression de la qualification par le CNU

0 a signé. Prochain objectif : 15 000 !


Dans la nuit du 28 au 29 octobre, le Sénat, dans le cadre de l’examen du projet loi de programmation de la recherche a adopté un amendement soutenu par la Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation supprimant la qualification par le Conseil National des Universités (CNU) pour les candidat·e·s aux fonctions de Professeur déjà Maître de conférences (MCF) et ouvrant aux établissements la possibilité de déroger à la qualification par le CNU pour les candidats aux fonctions de MCF ou Professeurs. Cette qualification est la première étape dans le recrutement des enseignants-chercheurs. Cette étape jusqu’à présent nationale est suivie par une seconde étape, qui consiste en un classement des candidat·e·s par un comité de sélection spécifique à chaque poste ouvert au recrutement dont la composition est arrêtée par l’établissement propose le poste.

La remise en cause du rôle d’une instance nationale dans le recrutement des enseignants-chercheurs ouvre la voie à la suppression de leur statut de fonctionnaire d’État. Le CNU a pourtant démontré sa capacité à assurer une régulation nationale efficace. En effet, étant donné la rareté des postes par rapport au nombre de candidat·e·s, chaque candidat·e postule en général dans un grand nombre d’établissements en même temps. Il est ainsi plus efficace en termes de temps de travail mobilisé, de demander à une instance nationale d’examiner une fois pour toute l’ensemble des dossiers plutôt que de demander à chaque établissement d’examiner le même dossier que d’autres établissements auront examiné. Le vivier des qualifié·e·s par le CNU reste suffisamment large pour que chaque établissement puisse avoir un réel choix dans la deuxième étape du recrutement.

À travers la qualification, nous défendons l’existence d’un statut national d’enseignant-chercheur, indispensable à la garantie d’un service public d’enseignement supérieur d’égale qualité sur l’ensemble du territoire. Les signataires appellent instamment la Commission mixte paritaire du Sénat et de l’Assemblée nationale à supprimer cet amendement et à revenir d’urgence sur une décision inconsidérée, prise sans concertation aucune avec les instances représentatives telles que le CNU et le CNESER, qui met gravement en péril le statut national et le caractère équitable de la gestion des carrières des enseignants-chercheurs.

Premiers signataires :

Sylvie Bauer, Professeure de Littérature des Etats-Unis, Présidente de la CP-CNU

Christine Chojnacki, Professeure de Langues et cultures indiennes, VP de la CP-CNU

Damien Sauze, Maître de Conférences, Economie, VP CP-CNU

Arnaud Martinon,  Professeur de Droit privé, VP CP-CNU

Fabrice Planchon, Professeur de Mathématiques, VP CP-CNU

Thierry Divoux, Professeur en Génie informatique, VP CP-CNU

Sylvain Ferez, Maître de Conférences, Sciences et techniques des activités physiques et sportives, VP CP-CNU

René Guinebretière, Professeur de Physique de la matière condensée, VP CP-CNU

Alexandre Fernandez, Professeur d’histoire moderne et contemporaine, VP CP-CNU

Dany Chevalier, Maître de Conférences, Toxicologie, VP CP-CNU