STOP À L’INVASION TURC A AFRIN!

0 a signé. Allez jusqu'à 1 000 !


Erdoğan aurait obtenu le feu vert de Poutine pour attaquer Afrin et sommerait les Américains, qui soutiennent jusqu’à lors les Forces démocratiques syriennes (FDS) de se retirer immédiatement de Minbej, une ville située à une centaine de kilomètres à l’est de la région d’Afrin. Les Kurdes, ces combattants de premières lignes, fantassins indispensables pour faire reculer l’Etat islamique (E.I.) seraient-ils lâchés par ceux qui les ont si largement utilisés? Tout joueur d’échec un peu expérimenté sait qu’il ne peut impunément sacrifier sa première ligne de pions. Il sait que la victoire est souvent gagnée grâce à ces pions apparemment fragiles qui peuvent, en fin de partie, mettre le roi adverse en “échec et mat”. Certains même atteignent la ligne qui les fait “reine”.

La situation est évidemment plus complexe sur le grand échiquier que constitue le Moyen-Orient : il ne s’agit plus d’un jeu de stratégie mais de la paix dans le monde. D’aucun parle déjà de prémices d’une troisième guerre mondiale. La partie requiert donc de la part de nos gouvernants beaucoup de lucidité et un brin de courage politique.

Inqualifiable, insupportable, et inadmissible est l’invasion des troupes turques en territoire étranger, en l’occurrence le Rojava, région du Nord de la Syrie, libérée des djihadistes de l’Etat Islamique (E.I.) par les combattants kurdes et arabes issus de la population elle-même, avec l’appui logistique de la coalition internationale. Cette population, à majorité kurde, qui, tout en gagnant la guerre, a réussi à mettre en place une gouvernance, appelée confédéralisme démocratique, associant toutes les composantes ethniques, religieuses, sociales, culturelles, au point de devenir un laboratoire pour tout le Moyen-Orient.

L’invasion turque rappellera à certains d’entre nous l’Anschluss : Erdoğan veut annexer Rojava comme Hitler a annexé l’Autriche en 1938 avant d’envahir le pays des Sudètes, en Tchécoslovaquie et déclencher la deuxième guerre mondiale. La réprobation des pays européens fut faible et le résultat fut les honteux accords de Munich, sensés “sauver la Paix”. On prête au négociateur français, Edouard Daladier, ovationné par la foule parisienne à son retour d’Allemagne, des mots marmonnés loin des micros : “Ah les cons, s’ils savaient“.

La différence est qu’aujourd’hui, nul peut avoir l’excuse de ne pas savoir. Nous ne pouvons plus nous contenter de déclarations lénifiantes de nos gouvernants faisant état de leurs “préoccupations”. Nous demandons que leurs analyses objectives de la situation qui leur inspirent de “vives inquiétudes” se doublent d’un courage politique qui leur a jusqu’à présent fait défaut. Comment peut-on encore, demander à Erdoğan de “faire preuve de retenue” ? On nous susurre qu’il s’agit là d’une formule de réprobation, en langage diplomatique ! Mais quelle formule humiliante pour les victimes! Un peu de courage politique morbleu !

Nous ne pouvons plus nous taire et des milliers de personnes sont descendues dans les rues le 27 janvier pour soutenir les Kurdes et condamner l’offensive turque, à Paris mais aussi à Marseille, à Lyon, à Strasbourg et ailleurs, partout en Europe. A Rennes aussi où on pouvait lire sur les pancartes : ” La paix au Moyen Orient passe par rojava.

LES PREMIERS TOUCHER PAR LES ROQUETTES DE L’ARMÉE TURC DANS LA VILLE D’AFRIN SONT LES CIVILS!

AGISSONS! VOUS AUSSI DITES STOP À ERDOGAN ET À SON INVASION À AFRIN! PARTAGEONS LA PÉTITIONS LES AMIS! QUE LA PAIX RÈGNE DANS LE MONDE❤️��

 

 

 



Diyar compte sur vous aujourd'hui

Diyar AZADI a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: STOP À L’INVASION TURC A AFRIN!”. Rejoignez Diyar et 599 signataires.