Soutenir la recherche fondamentale

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Lettre ouverte à Emmanuel Macron sur la recherche française

Je m’adresse à vous pour vous exprimer le point de vue sur la recherche actuelle en France d’un chercheur faisant de la recherche fondamentale depuis plus de trente années sous l’égide du CNRS et de l’Université de Lyon.

La recherche fondamentale a en effet subi de nombreuses dérives et revers depuis le début de ma carrière il y a plus de trente ans et il est urgent d’agir pour lui redonner du dynamisme indispensable à la croissance de notre pays.  

Le premier problème est l’obligation qui nous a été progressivement imposée lors de demande de fonds ou de publications de mettre en avant la valorisation de nos résultats.

Ce principe va à l’encontre de l’essence même de la recherche fondamentale dont le seul but doit être de faire progresser la connaissance. C’est en fait très grave parce qu’il y a de nombreux exemples dans le passé de découvertes essentielles qui n’auraient pas été faites sans avoir laissé le choix de sa recherche au chercheur.

La première chose que je vous demande donc est de modifier les critères de recrutement et d’évaluation des chercheurs pour favoriser le développement de la recherche strictement fondamentale.

Des appels d’offre nationaux et européens sur des projets fondamentaux sans aucune valorisation évidente et le recrutement fléché de jeunes chercheurs et enseignants chercheurs me semble être un premier pas.

Le deuxième problème majeur de la recherche française en particulier fondamentale est le déclin de sa compétitivité au regard des autres pays avancés.

Ce déclin est d’abord dû à la diminution globale du financement de la recherche au cours des trente dernières années.

Je vous demande donc d’augmenter de façon urgente le niveau global de financement de la recherche fondamentale. Pour augmenter le financement de la recherche sans augmenter drastiquement le budget de l’état, je propose que les entreprises françaises participent à ce financement de façon incitative en leur faisant des remises d’impôts.

 Le déclin de la recherche française est aussi dû au manque d’attractivité du métier de la recherche. Il est donc urgent de revaloriser le salaire des chercheurs pour le rendre attractif aux meilleurs éléments et éviter qu’ils s’expatrient ou se tournent vers d’autres métiers tels que l’ingénierie ou la médecine.

Le troisième problème majeur est celui des processus d’évaluation de la recherche en France et au niveau mondial.

Ce problème est crucial pour les jeunes chercheurs qui candidatent pour un poste de chercheur. Aujourd’hui, ils sont évalués au cours d’un entretien et sur les publications qu’ils ont réalisés au cours de leur thèse et leur stages postdoctoraux sous la direction de chercheurs expérimentés. Il est urgent de changer ces méthodes d’évaluation et de réaliser une expertise beaucoup plus poussée de chaque candidature à l’image de ce qui se fait dans le privé. Il faut aussi sans doute introduire une période probatoire de cinq ans avant de valider définitivement le recrutement.

L’évaluation des chercheurs et enseignants chercheurs doit tenir compte du niveau de financement. C’est indispensable pour avoir une idée objective de la qualité d’un chercheur et de son travail. Je propose donc qu’un nouvel indice soit créé qui tienne compte du rapport publications/financements.

Il faut aussi arrêter de se baser principalement sur le facteur d’impact des journaux pour évaluer les chercheurs. La seule méthode efficace et juste reste de demander à des pairs indépendants si le travail est de qualité ou non.

Il faut également éviter au maximum que les chercheurs passent un temps énorme à la recherche de financements multiples. Le morcellement des financements en particulier en provenance de l’état doit être stoppé.

Je vous demande qu’une seule évaluation tous les cinq ans soit effectuée pour les financements provenant de l’état et des collectivités locales. Les fondations et associations françaises pourraient également financer les projets sur la base de cette évaluation unique au lieu de faire des appels d’offres spécifiques.

Enfin, il faut travailler main dans la main avec l’Europe pour reformer complètement le modèle de publications. Le modèle actuel est basé sur des journaux pour la plupart privés qui préexistaient à l’internet. L’émergence de l’internet permet de transformer ce modèle et de rendre au monde académique les clefs et les bénéfices de ses publications et d’éliminer les facteurs subjectifs et le clientélisme. Je propose qu’une base de données soit créée et gérée par la communauté européenne et que les articles publiés par les chercheurs et enseignants chercheurs européens soient mis à disposition libres de droit dans celle-ci. La mise en place de cette base de données européenne permettra à l’Europe et à la France de reprendre dans ce domaine crucial le leadership. Elle permettra également d’éliminer la perte de temps énorme consacrée aux multiples tentatives de publier dans les meilleurs journaux internationaux.



Pierre-Hervé compte sur vous aujourd'hui

Pierre-Hervé LUPPI a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Soutenir la recherche fondamentale”. Rejoignez Pierre-Hervé et 78 signataires.