SANTÉ, CLIMAT, RURALITÉ... STOP A LA CASSE DES HÔPITAUX !

SANTÉ, CLIMAT, RURALITÉ... STOP A LA CASSE DES HÔPITAUX !

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
ALAIN ... a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.) et à

Depuis la loi Hôpital, Patient, Santé, Territoire, et la création des Agences Régionales de Santé, la casse programmée des hôpitaux des villes moyennes se poursuit à bon rythme, hélas quelle que soit la couleur des gouvernements au pouvoir et malgré l’avis contraire des citoyens concernés.

Le but annoncé est de faire des économies sur la santé, et les moyens mis en œuvre sont de centraliser au maximum l’offre de soin dans les grands centres urbains, et ceci malgré la volonté de promouvoir l’égal accès aux soins pour chacun sur le territoire français.

Ces actions ont lieu sur le même modèle que celles des groupes industriels qui délocalisent, ferment des sites et s’organisent avec de la logistique et des transports. Les méthodes employées pour fermer les sites industriels ou les services hospitaliers sont en tout point similaires et tout aussi contestables.

L’objet de cette pétition est de dénoncer avant tout la dégradation de notre système de santé et ses conséquences.

Nous demandons que cesse le démantèlement progressif des hôpitaux des villes moyennes et petites afin que l’offre de soin reste cohérente avec les besoins de la population, en terme de qualité des soins, de coût et de temps d’accessibilité pour les patients, de choix des médecins spécialistes à consulter, et de délais de rendez-vous compatibles avec une bonne prise en charge médicale.

Nous demandons que l’avenir de la santé ne soit pas basé sur le tout transport (transport des malades en hélicoptères et ambulances pour rejoindre les sites médicaux équipés qui se trouvent de plus en plus loin), (transport par leur propres moyens de patients pour aller à des consultations qui n’ont plus lieu que dans les CHU où sont regroupés les médecins spécialistes), pour le besoin de santé des patients, le coût que cela représente et les conséquences sur l’écologie et le réchauffement climatique que peuvent avoir de telles mesures.

Ci-dessous quelques conséquences que peuvent avoir, de façon directe et indirecte, ces fermetures d’hôpitaux :

1) Offre de soin dégradée dans les zones rurales qui représentent une partie importante de notre pays, dégradation de la prise en charge due à la raréfaction des médecins spécialistes, à leur éloignement et à la difficulté d’avoir des rendez-vous pour consulter. Moins de rapidité dans le diagnostic et le traitement de maladies mêmes graves, entraînant des coûts plus élevés et une augmentation de la morbidité et mortalité.

En effet, dans certaines villes de taille moyenne le délai pour obtenir une consultation chez un spécialiste (cardiologue, ophtalmologue, dermatologue…) dépasse un an. Étant donné la difficulté pour obtenir des rendez-vous, certains patients ne sont même plus suivis.

Dans les hôpitaux les services de spécialité ferment les uns après les autres pour rejoindre ceux des CHU les plus proches. Comment faire pour rendre visite à un parent ou un ami malade ? Comment faire lorsque son enfant est hospitalisé ? L’isolement des personnes malades augmente.

2) Coût économique important pour les patients en terme de temps et de dépenses, induits par des déplacements longs rendus incontournables. Coût pour la société de tous les taxis, ambulances et hélicoptères devant transférer les malades d’un centre à un autre. Le calcul des économies réalisées sur la santé ne prend pas en compte ces coûts supportés par les citoyens, et les risques sociétaux actuels et futurs.

3) Coût écologique important. Augmentation globale des déplacements motorisés (véhicules de patients, taxis, ambulances, hélicoptères) entraînant plus d’émissions de CO2, engorgement et pollution des métropoles, ainsi qu’une plus grande dépendance au pétrole.

4) Suppression de nombreux emplois qualifiés directs et indirects dans les villes moyennes et petites donnant moins de perspective d’avenir à la jeunesse, et entraînant un dépeuplement des zones rurales. De nombreuses personnes de la population apprécient pourtant ces villes à taille humaine et à la qualité de vie agréable ; des médecins spécialistes et soignants, souhaitent rester dans ces villes pour y exercer mais sont contraints de laisser leurs postes par manque de perspectives professionnelles.

5) Déséquilibre sociétal en concentrant les élites dont font partie les professions médicales, et les richesses que sont les hôpitaux, en terme d’emplois directs et indirects, dans les grandes métropoles au dépend des villes moyennes. Il en va de la cohésion nationale et du bien-être de tous.

6) Et enfin déséquilibre démographique entre une population habitant les grands centres urbains dont la subsistance est très dépendante d’un système économique basé sur les transports et le productivisme intensif et donc très dépendante des énergies fossiles, et de l’autre une population rurale plus facilement adaptable à un modèle qui serait sans pétrole et donc plus viable pour le futur.

Si vous vivez ces situations, si ces arguments vous interpellent, et que vous pensez qu’il faut arrêter le démantèlement des services hospitaliers des villes moyennes, alorssignez cette pétition.

Merci !

0 a signé. Prochain objectif : 1 000 !
Quand elle atteindra 1 000 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !