Renault, Sanofi, Air France ... Contrôlons l'argent public versé aux entreprises !

0 a signé. Prochain objectif : 50 000 !


 

Depuis le début de la crise des milliards d’euros sont distribués aux entreprises dites « stratégiques » par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Objectif, traverser la crise.

En vérité, on s’aperçoit au fil des jours que ces sommes servent avant tout à supprimer des emplois et à gaver le portefeuille financier de leur dirigeant.

En moins de deux jours, nous venons d’apprendre que Sanofi va laisser des centaines de salariés sur le carreau, que Renault va supprimer plus de 4500 postes en France et que le PDG d’Air France s’apprête à toucher 800.000 euros de bonus !

Il est inacceptable que de l’argent public soit distribué sans qu’aucune garantie sociale et environnementales ne soient exigées !  

Le versement d’argent public doit être conditionné au maintien de l’emploi (y compris au travers de projet de reconversion/formation), au non versement de dividendes aux actionnaires, à de l’investissement dans la recherche et le développement et à la mise en place de normes environnementales ambitieuses.

Il faut exiger :

-         Un contrôle des aides publiques accordées par l’État aux entreprises

-         De nouveaux droits pour que les salariés puissent exercer un contrôle sur l’utilisation de l’argent

-         Une clause de remboursement en cas de non-respect des conditions suivantes : suppression d’emplois, versement de dividendes aux actionnaires, investissement dans la recherche et développement et évolutions environnementales