Réformer la démocratie dans notre pays et permettre à tous de vivre dignement !

Réformer la démocratie dans notre pays et permettre à tous de vivre dignement !

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Teddy MUNCY a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron et à

Bonjour à tous,


Je souhaitais communiquer mon opinion et mes propositions. Je tiens à préciser que, ayant créée mon entreprise il y a quelques semaines, je n’ai malheureusement pas pu m’offrir le luxe de participer activement aux gilets jaunes, pour des raisons que chacun comprendra. Pour autant, je soutiens de tout coeur les revendications du mouvement.

Avant de faire des propositions, je souhaite vous livrer mon analyse.

Nous sommes confrontés à la concomitance de plusieurs choses. Tout le monde aura pu faire ce constat : le pouvoir d’achat des français est en baisse constante depuis plus de 15 ans. Cette baisse s’explique, mais pas seulement, par une hausse constante des prix, du pétrole, du pain, des loyers, mais aussi des impôts. Nous avons appris hier que le taux global d’imposition est même de 48%. A ceci, s’ajoute une conjonction politique particulière et une tension permanente appliquée aux ménages. Tout ceci donne lieu à de nombreuse revendications, que l’on pourrait regrouper en 3 thèmes : qualité de vie, démocratie et protection de l’environnement. Pour tout ces thèmes, il est impérieux d’apporter des réponses, et à chaque fois, cela doit se faire en 2 temps : une première réponse immédiate, permettant à tous de reprendre ses esprits et “se poser”, et ensuite un travail de fond.


Voici donc le fruit de mes réflexions :

SUR LE THÈME DE LA QUALITÉ DE VIE

On l’a tous dit, il manque en moyenne entre 200 et 300 euros dans nos poches chaque mois. il faut donc mettre en place des solutions simples et immédiates pour restituer cette somme à tous les français. Il s’agirait donc de supprimer la TIPP  et de décréter la gratuité des transports en commun pour une période “moratoire” de 6 mois à un an.

Cette période moratoire permettrait d’engager une véritable réflexion de fond sur les finances publiques.

Pour ma part, je pense que le système de financement de l’oeuvre publique est beaucoup trop complexe, opaque, dispendieux et mal géré.

il me semble que nous gagnerions en efficacité en supprimant TOUS LES IMPÔTS et TOUTES LES TAXES et en les remplaçant par seulement 4 leviers :

un prélèvement commun à tous les français : une taxe sur les flux financier, de l’ordre de 4 à 6% de chaque flux. Cette taxe aurait le mérite d’être payée, comme la TVA, par tous, à la hauteur de ses actes. Cela représente environ 150 milliards annuels. soit un peu moins de la moitié des dépenses de l’état et des collectivités.
Un Impot de Solidarité sur les Grandes Fortunes : toute personne dont les revenus annuels sont supérieurs, individuellement, à 400 000 euros, ou dont le patrimoine cumulé (actions, placements, immobilier…) est supérieur à 2 Millions d’euros doit apporter une contribution supplémentaire à la collectivité. Son assiette et son taux sont à déterminer
Une taxe carbone, payée par TOUS LES POLLUEURS, incluant les affréteurs routiers, maritimes, et aériens.
Et enfin, une taxe Sociale, de 5% sur les revenus individuels supérieurs à 7000€ mensuels
Il me paraît aussi intelligent de sortir du système du SMIC qui paupérise les travailleurs et mettre en place un système incitatif : plus je paie mon salarié, moins je (et lui aussi) paie de charges, moins je paie mon salarié, plus je paie de charges. Cela passe par la création d’un observatoire, à même de constater les salaires médians par profession. Cet observatoire serait animé par des élus salariés et employeurs de manière paritaire.

Il faut aussi rappeler que certains droits sont INALIÉNABLES et ne peuvent faire l’objet d’une marchandisation, je pense entre autres à la santé qui ne doit JAMAIS coûté un centime à charge, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Mais je pense aussi qu’il faut interdire la marchandisation de certaines tâches régalienne de l’Etat, comme la répression. Il est anormal et inadmissible que la loi ne détermine pas les critères de positionnement des radars automatiques (par exemple).


SUR LE THÈME DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

Notre monde se délite, en cause la surconsommation de toutes ses ressources : pétrole, surculture, surpêche, élevage intensif… Mais aussi les rejets : gaz polluants, charbon, boues rouges, yellow cake, … Il appartient à chaque de faire à sa mesure, mais aussi  aux Etats, dont le nôtre, de prendre de véritables mesures visant à rétablir, autant que faire se peut, l’équilibre.

Parmi les mesures qui pourraient être prises : interdiction de transiter en poid lourd (ou obligation de fer-routage), favoriser l’utilisation de carburants “moins sales”, tels que le bioéthanol et le biogazole, issus de la production agricole non-alimentaire (par exemple de la betterave). Ce qui doit s’accompagner d’un remplacement progressif de la betterave sucrière dans l’alimentaire par, par exemple, la stevia. Il faut aussi défavoriser ou rejeter les véhicules électriques. C’est surprenant dit comme cela, mais en réalité la construction d’un véhicule électrique présent de graves problèmes environnementaux, notamment pour l’extraction du lithium, dont la présence sur Terre est de toute insuffisante à fournir suffisamment de batteries aux 9 milliards d’êtres humains. Enfin, la question des rejets ne doit pas être traitée sous l’angle fiscal : les pollueurs doivent cesser leurs rejets et mettre en place des processus de réparation.


SUR LE THÈME DE LA DÉMOCRATIE

Le système actuel de démocratie représentative est en panne : abstention, élus illégitimes, jusque boutistes, refus de rendre des comptes, manque de transparence, ….

De fait, il faut envisager une nouvelle forme de république. On en pourra pas mettre en oeuvre un système de votation comme en Suisse, mais on peut réfléchir à plusieurs éléments, comme par exemple, ajouter 500 sièges à l’Assemblée, sièges réservés à des citoyens tirés au sort et dont la mandature serait, à chaque fois, d’un ou deux mois, période pendant laquelle l’état s’engage à fournir un travailleur de remplacement à l’employeur bien sur, sans frais supplémentaire.

Il faut aussi, à mon sens, nettoyer l’assemblée des “professionnels de la politique”, qui rendent les textes trop complexes, vivent aux crochet de la société et sont nuisibles. pour ce faire, je propose :

que le mandant électif devienne “obligatoire” : les députés portent notre parole, il leur faut savoir quelle position défendre
qu’on ne puisse pas être député élu plus de 2 fois
que le mandat soit réduit à 2 ans
que la rémunération du député soit, à l’euro près, la même que le salaire qu’il percevait lorsqu’il était dans la société civile (exemple : contrôleur de gestion à 2000€ net devient député à 2000 nets)
qu’ils soient au régime général
que les assistants parlementaires soient des fonctionnaires de l’assemblée, techniciens du droit, dont le rôle est d’aider les parlementaires (élus et tournants) à comprendre et appréhender les textes
que les textes soient simplifiés : il faut distinguer la loi qui fixe l’objectif, et la mise en oeuvre qui est processée par les fonctionnaires
que le gouvernement soit approuvé par le parlement à la majorité des deux tiers, pour mettre en oeuvre la politique votée par ce même parlement
que les surcouches soient supprimées (fin de l’empilement entre commune, agglo, département, région, et état)
que les fonctionnaires soient assignables dans toute organisation publique, qu’elle soit d’état ou territoriale afin de mettre le bon nombre de bonnes compétences au bon endroit
mise en place d’un serment pour les députés élus


Enfin, il faudra mettre en place une procédure d’exception afin de juger les événements de ces 4 semaines : la violence qui se déchaîne à Paris depuis plusieurs n’est pas acceptable. Je parle de la violence et des pillages de la part de casseurs, mais aussi de la violence et de l’organisation de l’Etat. il faudra donc mener une enquête approfondie afin de savoir si les actuels “responsables” politiques, Emmanuel Macron - Castaner - Grivaux - Philippe - Bergé inclus, ont manipulé ou déformé la réalité et donné des instructions allant à l’encontre de la libre expression du mouvement. Selon les faits avérés et leur gravité, ce sera au “nouveau parlement” de décider de la peine d’exception qui sera infligée. Une peine qui devra être juste, sans excès ni complaisance, et ne devra pas être ni ressembler à une vengeance.


Voilà, ce sont des propositions qui visent à rétablir un équilibre dans notre société, et, surtout, à mettre un peu plus de justice, d’équité, et à apaiser notre société.

 

0 a signé. Prochain objectif : 500 !
Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !