Réforme de la haute fonction publique: réglementation stricte du pantouflage.

Réforme de la haute fonction publique: réglementation stricte du pantouflage.

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
jean marie BURN a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron

En France jacobine, tous les pouvoirs se concentrent à Paris. Les Hauts Fonctionnaires sont avec les politiques de haut rang, les ultras privilégiés de ce système jacobin qui dispose, voire les dilapide, des richesses de la Nation au lieu d'en créer. La caste des hauts fonctionnaires est au cœur de ce système. Ils sont payés dès leurs études à l'ENA, ont la garantie de l'emploi à vie avec des grilles de salaires qui comportent aujourd'hui plus d'exceptions que de règles ce qui permet, par le truchement de primes multiples et discrétionnaires que personne ne contrôle, d'arriver à des rémunérations exorbitantes sachant que les  risques et sanctions sont inexistantes. Ces hauts fonctionnaires décident, avec les dirigeants politiques, de notre économie et gèrent, en les présidant, tous les organismes publics, semi publics voire les entreprises importantes notamment du CAC 40. Souvent même, on créé une telle entité (conseil de surveillance et autre machin de collecte ou de gestion) pour caser un politique ou haut fonctionnaire méritant en terme politicien).  Or, il suffit de lire les rapports de la Cour des Comptes pour voir la gestion catastrophique de ces entreprises et organismes qui sont de véritables gouffres pour nos finances. Par exemple, le gestion d'Areva: des milliards de pertes accumulés par une ancienne secrétaire générale de la Présidence devenue PDG par le fait du Prince, sans aucune sanction. La dame continue à siéger dans les CA de grandes entreprises et de présider des commissions qui nomment les grands PDG.!!! Le salaire des Hauts fonctionnaires doit être strictement encadré. S'ils souhaitent pantoufler, (c'est pour vendre leur pouvoir lobbyiste uniquement),ils devraient préalablement démissionner définitivement de la fonction publique et s'interdire toute activité dans le privé pendant un laps de temps certain (2 ans par exemple) car ce sont ces relations incestueuses qui gangrène notre économie (Voir dans le gouvernement Philippe, par exemple, les parcours de Péricault et Parly uniquement dus à leur activisme politicien). Les talents pour diriger sont aussi et surtout parmi les cadres du privé. Or, sans l'appui du pouvoir parisien, pas d'accès au succès! Quel quidam pourrait créer comme Benalla des sociétés privés qui passent des accords internationaux: impossible. C'est cela la plus grande injustice à l'origine de tous nos maux.   Idem pour les politiques qui deviennent avocats d'affaires pour "conseiller" habilement dans le privé (voir Dati, de Villepin, etc., etc.=.  la manière de profiter des mannes publiques. Ces pratiques doivent cesser pour que la concurrence devienne saine et transparente, pour que tous les organismes (supprimer les superflus) soient gérés avec rigueur (voir les salaires et taux d'absentéisme de tous ces organismes dénoncés par la Cour des Comptes). D'ailleurs, cette dernière devrait être dotée d'un droit de suivi,   ses recommandations restant aujourd'hui  lettre mortes: un double gâchis de plus! Il faut que les recommandations de la Cour des Comptes soient appliquées sous peine de destitution des personnes responsables (jusqu'au plus haut niveau). Cela veut dire faire des réformes profondes (voir EDF et ses excès inadmissibles par exemple). Il faut donc changer structurellement la Gouvernance de le France, décentraliser le pouvoir (il n'est pas normal que Macron puisse nommer jusqu'au directeur d'un hôpital de province sans avoir à rendre compte), donner aux Grandes Régions plus d'autonomie, faire émerger les vrais talents et non uniquement ceux issus des réseaux gravitant autour du pouvoir. Cela permettra de faire d'immenses économies et donc de moins taxer le contribuable méritant en lui laissant son pouvoir d'achat à dépenser, ce qui permettra de nourrir la croissance, un cercle vertueux car,  à chaque transaction, l'Etat empoche 20% de TVA. Et, cet argent ne tournerait pas qu'une fois dans l'année. Ainsi, l'impôt confisqué est stérile alors que s'il est dépensé par le citoyen contribuable, il créé des recettes de TVA et nourrit la croissance au lieu de l'anesthésier. Voilà, la vraie question qui doit être posée à un référendum.  

 

 

0 a signé. Prochain objectif : 100 !
Quand elle atteindra 100 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !