2 réponses

Pour un accès responsable à la nature en période de confinement

0 a signé. Prochain objectif : 200 000 !


La deuxième vague est là, la situation sanitaire est grave. Nous sommes de nouveau confinés, et de nouveau le gouvernement a décidé d'interdire l'accès à la nature au delà d'un kilomètre et d'une heure quotidienne.

Pourtant, nous avons pu constater les effets délétères d’un confinement sans sortie possible dans la nature sur l’augmentation des violences familiales, de la dépression, de la sédentarité ou encore des comportements d’addictions, qui constituent parfois des facteurs de risque pour la Covid-19.

A l'inverse, le contact avec la nature et la pratique d’activités de pleine nature répondent à un besoin essentiel et vital, avec des effets bénéfiques largement démontrés sur la santé physique et mentale, notamment sur le plan immunitaire en réduisant le stress et l’anxiété.

Nous avons appris du virus depuis le printemps. Les études montrent que le risque de transmission en extérieur est très faible.

Nous savons aussi à quel point les inégalités du confinement sont fortes, et à quel point l'accès à la nature permet de les réduire.

Monsieur le Président, nous avons besoin de pouvoir respirer et nous ressourcer dans la nature pour affronter cette période difficile, qui va durer "de nombreux mois" d'après le conseil scientifique.

C'est pourquoi nous vous demandons d'autoriser un accès encadré aux espaces naturels de proximité, dans le strict respect des gestes barrières. Ces gestes sont d'ailleurs beaucoup plus faciles à appliquer dans la nature, où le virus n'est pas présent.

----------------- TEXTE INITIAL du 17 avril 2020 ----------------

#RestezChezVous

Nous prenons très au sérieux l’épidémie de Covid-19, qui a déjà fait plus de 130 000 morts dans le monde, plus de 17 000 en France, et en fera certainement beaucoup plus. Nous sommes par ailleurs conscients de la situation de tension qui demeure dans certains hôpitaux.

Mais, alors qu'en Allemagne, la pratique responsable des sports et activités de plein air est autorisée pendant le confinement, et a même été encouragée dès sa première allocution par la chancelière Angela Merkel, en France ces activités sont interdites, et les moyens mobilisés pour faire respecter cette réglementation dans les espaces naturels sont considérables (hélicoptères, drones, quad, motocross etc).

Pourtant, ces interdictions ne reposent sur aucun critère de sécurité sanitaire. En effet, se promener dans la nature ne porte pas atteinte aux règles de distanciation sociale et ne conduit pas à une augmentation des accidents.

En revanche, elles portent préjudice à notre santé physique et mentale. De nombreuses études médicales démontrent l’effet bénéfique du contact avec la nature sur le stress, l’anxiété, ou encore la dépression. Il est aussi démontré que cet effet bénéfique se répercute sur le système immunitaire et sur les comportements d’addictions (alcool, tabac, anxiolytiques, psychotropes) et probablement même sur les violences familiales.

Par ailleurs, en favorisant la motivation à « bouger » dans un environnement naturel agréable (beauté, silence, odeurs), ces activités permettent de lutter contre la morbidité liée à la sédentarité (prévention des maladies cardiovasculaires, obésité, diabète, insuffisance veineuse, douleurs articulaires, mal de dos, etc.) inhérente au confinement.

Monsieur le Président de la République, nous vous demandons de modifier le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 qui instaure le confinement jusqu’au 11 mai au moins, afin d'autoriser l’accès aux espaces naturels, à condition de respecter strictement les règles de distanciation sociale, et exclusivement pour les activités qui ne présentent objectivement pas plus de risque que des activités domestiques ou de jardinage. Nous laissons le soin aux autorités de définir ce cadre, y compris en prévenant  d'éventuelles surfréquentations dommageables pour la faune, la flore et les milieux.

Oui #RestonsChezNous, mais restons aussi en contact avec la #Nature

Billy FERNANDEZ, Accompagnateur en montagne

Dr Solène PETITDEMANGE, Médecin généraliste

16 personnalités du monde médical, de la montagne, de la mer, du monde politique et intellectuel nous ont apporté leur soutien en signant avec nous une tribune dans le quotidien en ligne Reporterre : https://reporterre.net/Il-faut-autoriser-l-acces-aux-espaces-naturels-pendant-le-confinement

- Christophe ANDRE - Psychiatre, psychothérapeute
- Alexia BARRIER - Navigatrice, Skipper du Vendée Globe 2020, Fondatrice de      4myplanet
- Delphine BATHO - Députée, ancienne ministre de l’écologie, présidente de Génération Écologie
- Philippe BOURDEAU - Enseignant chercheur, spécialiste des pratiques sportives de nature
- Dominique BOURG - Philosophe, professeur honoraire à l’Université de Lausanne
- André CICOLELLA - Toxicologue, président du Réseau Environnement Santé
- Lionel DAUDET - Alpiniste et écrivain engagé, auteur « le tour de la France, exactement »
- Pascale d’ERM - Auteure de « Natura - Pourquoi la nature nous soigne... et nous rend plus heureux »
- François LABANDE - Alpiniste, écrivain, administrateur du Parc national des Écrins
- Xavier de LE RUE – Snowboarder, double champion du monde et triple vainqueur du Freeride World Tour
- Henri MALOSSE - 30e président du Comité économique et social européen
- Frédi MEIGAN - Acteur de la montagne, ancien gardien du refuge du Promontoire
- Guillaume NERY - Champion du monde d’apnée
- Xavier RICARD - Philosophe, ethnologue, essayiste, cofondateur de la revue Terrestres
- Marie TOUSSAINT - Députée européenne, juriste, à l’origine de la pétition « l’Affaire du siècle »
- Guillaume VALLOT - Journaliste, éditeur et alpiniste