Pour que E. Macron considère la destruction environnementale comme crime contre l'Humanité

0 a signé. Allez jusqu'à 100 !


Lors de la campagne présidentielle française de 2017, le candidat Emmanuel. Macron a montré sa volonté de responsabilité devant l'Histoire face aux crimes contre l'Humanité commis au nom du peuple français.

Cette volonté de responsabilisation de l'Etat Français face à ses crimes passés est salutaire pour l'honneur de la France. Or, cet honneur est aujourd'hui ensanglanté par les crimes contre l'Humanité commis actuellement au nom de la France.

La destruction de l'environnement est un phénomène aux conséquences mondiales grandement imputable aux pays développés, dont la France.

Les responsables de ces destructions sont rarement impactés par les conséquences meurtrières de leurs choix politiques. Ils agissent pourtant bien souvent en conscience de leurs actes.

Or, ces actes, par l'ampleur de leur mortalité, peuvent entrer dans la définition de Crime contre l'Humanité définie par le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

La destruction de l'environnement actuel se constate sous plusieurs formes:

- Le dérèglement climatique : Le constat est alarmant selon le Forum humanitaire mondial: le réchauffement climatique serait directement responsable de 300 000 morts morts par an et 250 millions de migrants d'ici 2050 avec des conséquences humaines désastreuses (trafics humains, déstabilisations sociétales...) Les 325 millions de personnes les plus pauvres de la planète seraient les plus affectées. 
Dans le même temps, les 50 pays les moins avancés contribuent à moins d' 1% des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Il existe un risque de "famine de masse, de migration de masse, de maladies de masse et de morts en masse" selon l'ONU. Le réchauffement climatique est considéré comme la plus grande crise humanitaire en puissance de notre temps.

Si les statistiques actuelles sont déjà inquiétantes, les prévisions pour les décennies à venir le sont encore plus. Ainsi, selon l'ONU, les morts dues au réchauffement climatique pourraient atteindre le million par an à l'horizon 2030 et son coût s'élever à 300 milliards de dollars. Pour éviter ce scénario catastrophe, lié à une dégradation progressive de l'environnement, les responsables appellent les pays développés à multiplier "par un facteur cent" leurs efforts pour s'adapter au changement climatique.

- La destruction de la biodiversité: La dépendance des sociétés humaines, et de toute vie sur Terre, à ses services écosystémiques démontre que le bien-être humain est indissociable de la santé des écosystèmes. La destruction de la biodiversité nous privera dramatiquement des médicaments, des aliments et plus globalement de la chaîne biologique mondiale de demain.

-Les pollutions locales des sols, de l'air provoquant cancers, maladies et autres conséquences sur la santé: selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé, 12,6 millions de personnes sont décédées en 2012 du fait d’avoir vécu ou travaillé dans un environnement insalubre, soit près d’un quart des décès dans le monde. Ces pollutions sont souvent mondialisées par le système économique ou de par leur ampleur, comme l'a démontré la présence d'un continent de plastique dans le pacifique.

Face à ces immenses responsabilités des dirigeants du monde entier, essentiellement des pays développés et plus particulièrement nous concernant, de la France, il est demandé au président de la république Française Emmanuel Macron de reconnaître que l'application d'un programme présidentiel écologiquement non soutenable doit être considéré comme crime contre l'Humanité.

Son honneur est alors d'agir en conséquence de cette prise de conscience et de montrer au monde entier que la France prend ses responsabilités face au plus grand crime Humain actuel.



jean-philippe compte sur vous aujourd'hui

jean-philippe SIMAND a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Pour que E. Macron considère la destruction environnementale comme crime contre l'Humanité”. Rejoignez jean-philippe et 19 signataires.