NON à la réforme des institutions, OUI à la démocratie ! Pour un référendum populaire !

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Monsieur le Président, un référendum !

On nous annonçait un grand chantier constitutionnel et nous voilà avec un catalogue de bricolage. L’erreur serait de croire pourtant qu’il s’agit d’une réforme cosmétique et inoffensive alors qu’Emmanuel Macron entend revoir les grands équilibres de 1958. Il n’entend pas refaire la décoration intérieure au goût du jour mais est bien en train d’attaquer de fait les murs porteurs de la Vème République, au risque de faire écrouler l’ensemble.

  • 
Premier poison de la réforme : la « miniaturisation » de la représentation nationale. Le président de la République veut réduire la représentation nationale à 404 députés au lieu de 577, et 244 sénateurs au lieu de 348. Les Français seront demain moins bien représentés que les Allemands, les Britanniques et les Italiens !
  • 
Deuxième poison : la fameuse dose de proportionnelle, morphine censée apaiser la douleur du patient, est aussi une fausse bonne idée, elle n’a jamais porté chance à la France. Il y a un siècle, en 1917, la IIIème République essayait désespérément de s’en débarrasser au profit d’un scrutin plus stable, uninominal. Elle a été ensuite le mode de scrutin de la IVème République qui nous a amenés à son naufrage lors de la guerre d’Algérie.
  • Troisième poison : la limite du cumul des mandats dans le temps, c’est tout simplement amputer le citoyen de l’un de ses droits les plus fondamentaux, celui de choisir ses représentants en toute liberté. C’est au suffrage universel et à lui seul de décider de la fin d’un mandat. 

Enfin, cessons de torturer les collectivités à coups de textes législatifs souvent peu réfléchis. Laissons les élus locaux travailler en paix et donnons-leur un peu de stabilité dans la durée.  La décentralisation, oui, mais pas n'importe comment ! Les mêmes facultés pour tous, y compris celle d'expérimenter comme le permet la réforme constitutionnelle de 2003. N'est-ce pas finalement là qu'est la différenciation ? Nous combattrons ensembles, et si la République doit basculer dans le passé et renier les pères fondateurs, que ce soit parce que le peuple l’a choisi et non dans les coulisses des bureaux parisiens !

 

 



Oser la France compte sur vous aujourd'hui

Oser la France a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: NON à la réforme des institutions, OUI à la démocratie ! Pour un référendum populaire !”. Rejoignez Oser la France et 1 559 signataires.