Non à « l'école de guerre » à Montpellier

0 a signé. Prochain objectif : 500 !

Quand elle atteindra 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée!.

Ecole de guerre à Montpellier : pas en notre nom !

Nos quartiers ont besoin d’écoles, pas de guerre !

« Ouvrir une école, c’est fermer une prison. » (attribué à Victor Hugo)

Ce lundi 19 avril, le Président Macron, aux côtés du Maire de Montpellier, a annoncé la création d’une « école de guerre ». Avant cela, une visite a été faite au commissariat central, puis à la CAF de La Paillade. Quel symbole !

Le message adressé à la population par le Président et le Maire de Montpellier est clair : ils se préparent à la guerre contre les quartiers populaires !

Nos organisations ne veulent pas de la guerre. Nos quartiers ont besoin d’écoles, de services publics, d’hôpitaux, d’emplois…

Nos organisations sont inquiètes du climat qui s’installe dans le pays.

Suite à la répression du mouvement des Gilets Jaunes, sont venues :  l’adoption des lois « séparatisme » et « sécurité globale », les trois décrets sur le fichage des militants la loi d’urgence sanitaire, le confinement/couvre-feu. On nous annonce maintenant un nouveau « tournant sécuritaire » du gouvernement qui aurait comme point de départ la création de cette « école de guerre ».

Ce dernier terme désignait jusqu’à maintenant une école de formation militaire : utiliser ces mêmes mots pour désigner la formation de la police (appelé aussi gardien de la paix de la police nationale) : qu’est-ce d’autre qu’un langage de préparation à la guerre civile ?

Clairement, nous disons : pas en notre nom !

Non à l’installation d’une école de guerre dans notre ville !

Oui aux écoles, à l’éducation, à l’emploi et à la paix !

 

Signé : CNT 34, Gilet Jaune du Rond Point des Près d’Arènes, Libre Pensée 34, ATTAC Montpellier 



Sami compte sur vous aujourd'hui

Sami BENJAFFEL a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Non à l'école de guerre à Montpellier”. Rejoignez Sami et 258 signataires.