N'abandonnons pas Julian Assange aux mains de ses bourreaux

0 a signé. Allez jusqu'à 7 500 !


Julian Assange, informaticien et cybermilitant australien, fondateur, rédacteur en chef et porte-parole de WikiLeaks - dont l'objectif est de publier des documents pour partie confidentiels ainsi que des analyses politiques et sociales à l'échelle mondiale afin de donner une audience aux lanceurs d'alertes - se meurt en ce moment même à Londres dans les oubliettes de l’ambassade de l’Équateur où il s'est réfugié en juin 2012.
Il dépérit de jour en jour avant d'être, tôt ou tard, extradé vers les États-Unis où il risque d'être détenu sans limite de durée, sans procès et donc sans défense.
Les menaces qui pèsent sur lui - s'il devait être extradé - vont d'un emprisonnement à Guantánamo Bay en passant par la torture, une condamnation à 45 ans de prison en quartier de haute sécurité voire... la peine de mort.

Son crime ?
Avoir été un courageux lanceur d’alerte afin que nous soyons informés et avertis des invraisemblables abus des maîtres du Monde.

Allons nous oublier Julian Assange ?

Allons nous l'abandonner aux mains de ses bourreaux ?

« Le moment est venu de dire ça suffit ! Nous ne resterons pas les bras croisés et ne regarderons pas mourir ce courageux journaliste », lance aujourd'hui Christine Assange, sa mère, aux citoyens épris de démocratie, de justice et de liberté.

  • Nous, signataires de la présente pétition, exigeons avec Christine Assange que soit mis fin à cette persécution politique qui frappe Julian Assange ;
  • Nous, signataires de la présente pétition, en appelons avec Christine Assange à tous les journalistes pour qu’ils se mobilisent, parce Julian est leur collègue et parce qu'ils seront les prochains si rien n'enraye le processus de destruction mis en œuvre ;
  • Nous, signataires de la présente pétition, en appelons avec Christine Assange à tous les politiciens – toutes opinions et tendances confondues - pour qu’ils se dressent contre cet assassinat d’État programmé ;
  • Nous, signataires de la présente pétition, en appelons avec Christine Assange à tous les militants qui soutiennent les droits de l’homme, les réfugiés, l’écologie et qui sont opposés à la guerre, à se dresser maintenant parce que WikiLeaks a servi les causes qu'ils défendent,
  • Nous, signataires de la présente pétition, en appelons avec Christine Assange, à tous les citoyens attachés à la liberté, à la démocratie et à la justice et leur demandons instamment de mettre de côté leurs divergences politiques, de s’unir et de se mobiliser avant qu'il ne soit trop tard,
  • Nous, signataires de la présente pétition, exigeons avec Christine Assange la libération immédiate et sans condition du journaliste lanceur d'alerte Julian Assange.

                                                             *****

Appel de Madame Christine Assange, mère de Julian Assange.

« Ceci n’est pas un exercice. C’est une urgence. La vie de mon fils, le journaliste Julian Assange, est en danger imminent et grave. Je vous remercie tous d’entendre l’appel d’une mère qui vous demande de l’aider à le sauver.
Bien que Julian soit un journaliste primé à maintes reprises, très aimé et respecté pour avoir courageusement dénoncé, dans l’intérêt du public, des crimes graves et la corruption à haut niveau, il est actuellement seul, malade, souffrant et réduit au silence et à l’isolement, coupé de tout contact et torturé au cœur de Londres. La prison moderne des prisonniers politiques n’est plus la Tour de Londres mais l’Ambassade de l’Équateur.
Voici les faits : Julian est détenu depuis près de huit ans sans inculpation. Vous avez bien lu : sans inculpation.
Au cours des six dernières années, le gouvernement britannique a refusé ses demandes d’accès aux soins de santé de base : air frais, exercice, soleil pour la vitamine D et accès à des soins médicaux et dentaires appropriés. En conséquence, sa santé s’est sérieusement détériorée et les médecins qui l’examinent mettent en garde contre ces conditions de détention qui mettent sa vie en danger. Un assassinat lent et cruel se déroule sous nos yeux à l’ambassade de Londres.
En 2016, après une enquête approfondie, les Nations Unies ont statué que les droits de Julian avaient été violés à plusieurs reprises, qu’il était détenu illégalement depuis 2010, et ont ordonné sa libération immédiate, un sauf-conduit et son indemnisation. Le gouvernement britannique a refusé de se conformer à la décision de l’ONU.
Le gouvernement américain a déclaré que l’arrestation de Julian était une priorité. Ils veulent contourner la protection des journalistes américains en vertu de leur Premier Amendement [de la Constitution US] en l’accusant d’espionnage. Ils ne reculeront devant rien pour le faire.
En raison de la menace que les États-Unis font peser sur l’Équateur, son droit d’asile est maintenant directement menacé. Les pressions exercées par les États-Unis sur le nouveau président équatorien ont conduit Julian à être placé en isolement cellulaire strict et sévère au cours des sept derniers mois. Privé de tout contact avec sa famille et ses amis. Seuls ses avocats peuvent lui rendre visite.
Il y a deux semaines, la situation s’est considérablement aggravée. L’ancien président de l’Équateur, Rafael Correa, qui a légitimement accordé à Julian l’asile politique devant les menaces américaines contre sa vie et sa liberté, a publiquement averti que lorsque le vice-président américain Mike Pence s’est récemment rendu en Équateur, un accord a été conclu pour livrer Julian aux États-Unis. Il a déclaré que parce que le coût politique d’une expulsion de Julian était trop élevé, le plan consiste à le briser mentalement. Un nouvel ensemble de règles et de protocoles inhumains, impossibles à mettre en œuvre, a été mis en place à l’ambassade pour le torturer au point de le faire craquer et le forcer à partir.
En même temps, un membre du gouvernement équatorien a tenté à plusieurs reprises d’annuler la citoyenneté équatorienne [de Julian] afin qu’il puisse être extradé directement vers les États-Unis.
Alors que ses avocats contestaient cette dernière violation de ses droits humains en vertu de la Constitution équatorienne, l’avocat du gouvernement a averti Julian que même son témoignage décrivant ses souffrances pourrait constituer une violation du nouveau protocole et un motif d’expulsion de l’ambassade. Ils lui ont refusé la visite de ses avocats pendant quatre jours, avant l’audience de lundi prochain, ce qui compromet la préparation de son dossier et accroît encore son isolement, son anxiété et son stress.
Ils sont en train de piéger mon fils pour avoir une excuse pour le livrer aux États-Unis, où il fera l’objet d’un simulacre de procès.
Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. A chaque étape, c’est l’injustice qui a prévalu, avec un énorme déni de justice. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement à l’avenir. Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, a quatre procureurs mais pas de défense ni de juge.
Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader Julian vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve prima facie. Une fois aux États-Unis, la National Défense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Julian risque d’être emprisonné à Guantánamo Bay et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou la peine de mort.
Mon fils est en danger critique à cause d’une persécution brutale et politique par les tyrans au pouvoir dont il a courageusement dénoncé les crimes et la corruption quand il était rédacteur en chef de WikiLeaks. Les entités corrompues qui, au gouvernement, parlent d’intimidation, de fausses nouvelles et de droits humains sont les mêmes brutes qui poussent mon fils à la mort.
Il semblerait que le journalisme courageux, honnête et primé à plusieurs reprises soit devenu une activité dangereuse.
Les voies légales ont été subverties, et il est donc peu probable qu’elles puissent le sauver.
Parce qu’il s’agit d’une persécution politique transnationale par une superpuissance sauvage en collusion avec ses alliés, sauver Julian nécessite l’indignation des peuples du monde.
Je vous demande de faire du bruit, beaucoup de bruit, et de continuer à en faire jusqu’à ce que mon fils soit libéré. Nous devons protester contre cette brutalité assourdissante.
J’en appelle à tous les journalistes pour qu’ils se dressent, parce qu’il est votre collègue - et parce que vous serez les prochains.
J’en appelle à tous les politiciens qui disent qu’ils sont entrés au Parlement pour servir le peuple, pour qu’ils se dressent maintenant.
J’en appelle à tous les activistes qui soutiennent les droits de l’homme, les réfugiés, l’environnement, et qui sont contre la guerre, à se dresser maintenant parce que WikiLeaks a servi les causes que vous défendez, et Julian souffre maintenant pour cela, à vos côtés.
J’en appelle à tous les citoyens attachés à la liberté, à la démocratie et à la justice, à mettre de côté leurs divergences politiques et à s’unir et à se mobiliser maintenant.
La plupart d’entre nous n’ont pas le courage des lanceurs d’alerte, ni des journalistes comme Julian Assange qui les publient, afin que nous soyons informés et avertis des abus de pouvoir. Mais nous pouvons nous mobiliser en masse et les protéger.
Tout au long de l’histoire, lorsque les abus de pouvoir sont devenus insupportables pour le peuple, celui-ci s’est uni et s’est levé pour les faire cesser.
Le moment est venu de dire « ça suffit ! Nous, les gens, ne resterons pas les bras croisés et ne regarderons pas mourir ce courageux journaliste ».

Texte de la déclaration de Madame Christine Assange, mère de Julian Assange traduit en français par VD pour site le Grand Soir à partir de la transcription d’un document sonore diffusé par le site #Unity4J



Christian compte sur vous aujourd'hui

Christian JACQUIAU a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: N'abandonnons pas Julian Assange aux mains de ses bourreaux”. Rejoignez Christian et 5 247 signataires.