Liberté pour Bartak Ali Oudoum

Liberté pour Bartak Ali Oudoum

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Comité LIBERTE POUR BARKAT ALI OUDOUM a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron

Monsieur le Président,

Barkat Abdoulwahab Ali Oudoum, petit-fils d’une personnalité qui a beaucoup contribué pour l’accession à l’indépendance de la République de Djibouti, est un blogueur pacifique qui dénonce la corruption au plus haut niveau de l’état et le système clanico-mafieux qui dirige Djibouti en terrorisant les populations.

Victime de menaces et d’agressions, il avait été contraint de fuir son pays pour trouver refuge en Éthiopie d’où il poursuivait son travail de dénonciation de la dictature sur les réseaux sociaux.

Sur requête émise par Djibouti, les autorités éthiopiennes, sous la direction d’Abyi Ahmed, Premier ministre et prix Nobel de la Paix, ont décidé de l’extrader illégalement lundi 5 avril 2021, à l’heure même où un juge éthiopien l’avait convoqué pour établir la réalité des faits qui lui étaient reprochés par Djibouti et qu’il n’avait pas pu commettre puisqu’il est prouvé qu’il était en Éthiopie.

À la suite de son transfert, il aurait été conduit manu militari au SDS (Service de Documentation et de Sécurité). Depuis il est incarcéré au secret “en préventive” dans la sinistre prison de Gabode.

Monsieur le Président vous avez rencontré le 12 février le président djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et vous avez "réaffirmé à cette occasion la force des liens qui unissent la France à la République de Djibouti, aussi bien en matière de défense que dans le domaine économique" selon le communiqué officiel du site de l'Élysée.

Nous sommes certains que, vu la force de ces liens, vous n'avez pas manqué de rappeler à Ismaïl Omar Guelleh l'absolue nécessité du respect des droits de l'Homme. À ce titre-là, nous vous demandons d'intervenir auprès du président djiboutien pour lui demander de mettre fin à la détention arbitraire de Barkat Abdoulwahab Ali Oudoum et de tous les autres prisonniers politiques.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de nos respectueuses salutations.

Croyez, Monsieur le président de la République, à notre meilleure considération

 

 

Premiers signataires

Khadra Abdillahi, activiste Droits Humains, membre du comité de soutien

Mohamed Moussa Aïnaché, ancien Directeur de la RTD, membre du comité de soutien

Mohamed Ali, ancien diplomate, membre du comité de soutien

Ibrahim Ali, fondateur du journal Salam Horn, membre du comité de soutien

Yasemin Altinisik, responsable de Karera France, membre du comité de soutien

Jean-Michel Arberet, ancien adjoint au maire d'Arcueil

Dominique Barjou, conseillère régionale

Mahdi Barreh, membre du comité de soutien

Pascal Boua, journaliste

Frédéric Bourdon, conseiller municipal et territorial de Vitry sur Seine

Daniel Breuiller, maire honoraire d'Arcueil

Damien Carême, député européen

Gilda Della Ragione, anthropologue, Université de Gêne

Etienne Dubern, analyste politique

Clément Fayol, journaliste et essayiste

Mahdi Ibrahim God, personnalité politique de l’opposition djiboutienne, personnalité politique de l’opposition djiboutienne, membre du comité de soutien

Mohamed Habib, artiste djiboutien, membre du comité de soutien

Capitaine Omar Ali Hassan, Capitaine Omar Ali Hassan

Ilias Hassan, caricaturiste, Canada, , membre du comité de soutien

Mohamed Houmado , membre du comité de soutien

Gilles Lafon, adjoint au maire de Villejuif, vice-président de l'établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre

Magid Nehme, ancien directeur du journal Afrique/Asie

Said Mohamed Said,, magistrat, ancien juge d’instruction

Sy Savane, consultant

Jean-Loup Schaal, président de l’Association pour le Respect Des Droits de l’Homme à Djibouti, membre du comité de soutien

Francesco Sincich, antropologue

 Ali Mohamed Sultan, membre du comité de soutien, Etats-Unis

Patricia Torjman, maire de Gentilly

Olivier Valet, économiste

Clément Yao, journaliste

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !