Légalisation du Cannabis en France

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Ce n'est plus un mystère, l'usage récréatif et médicinal du cannabis en France est en perpétuelle augmentation.

LE CANNABIS SUR LA SANTÉ 

Le cannabis ou chanvre comporte beaucoup de vertus thérapeutiques, mais le manque d’études pharmacologiques ne permet pas de connaître sérieusement tous les mécanismes de ses vertus.

Ainsi, le cannabis permettrait :

  • De soulager les migraines
  • L’arrêt de la progression du glaucome
  • La maîtrise de la spasticité et de la paralysie en cas de sclérose en plaque
  • L’allègement des nausées et des douleurs liées à la chimiothérapie du cancer ainsi que d’autres nausées sévères
  • L’empêchement des crises d’épilepsie
  • L’aide aux patients emphysémateux à respirer plus facilement par l’augmentation de leur transfert intrapulmonaire
  • L’assistance au traitement de personnes affectées par la pollution atmosphérique
  • Le soulagement des douleurs causées par l’arthrite et les rhumatismes ainsi que d’autres maladies chroniques
  • Le secours aux personnes anorexiques et aux personnes dépressives
  • Le traitement des spasmes du dos, la marijuana était le meilleur relaxant des muscles, si l'on exclut la morphine.
  • Le soulagement des crises d’asthme et l’amélioration de la respiration.
  • L’aide aux personnes atteintes du sida en soulageant leur détresse et déprime, en, réduisant leur douleur.

Sans oublier les effets antimicrobiens et antibactériens du cannabis, ni sa capacité à guérir les fistules, les cors et la fibromatose lorsqu’il est utilisé en cataplasme.

Il a été prouvé plusieurs fois que le cannabis ne peut être que bon, s'il est utilisé de façon responsable.

Voici les différentes études réalisées sur les bénéfices du cannabis : 

  • Actuellement, 82 études prouvent les bienfaits du cannabis sur le cancer. Consultable ici.
  • Une étude publiée sur Lepoint.fr et menée par Mark Ware de l'université McGill à Montréal confirme les bienfaits du cannabis sur les maladies chroniques. Consultable ici.
  • Newsweed, premier magazine français sur l'actualité mondiale du cannabis, recense 5 études dont celle du National Cancer Institue ainsi que celle de l'Académie américaine de neurologie entre autres. Consultable ici.
  • Un article publié dans L'OBS fait part d'une étude financée par le gouvernement fédéral américain sur les bienfaits du cannabis sur les poumons. Consultable ici.
  • Un article publié dans Lemonde, relate le bilan au bout de l'amendement 64 (légalisation des ventes de Cannabis à usage récréatif dans le Colorado). Consultable ici.
  • Une étude menée par le docteur Dirk W.Lachenmeier, spécialiste des boissons alcoolisées ainsi que par Jürgen Rehm, directeur de la politique des toxicomanies, démontre que le cannabis est 114 fois moins dangereux que l'alcool, ce qui fait d'elle la drogue la moins dangereuse. Consultable ici.

Les études misent en avant démontrent tous les bienfaits du cannabis sur la santé de l'Homme. Nous parlons bien entendu de cannabis cultivés par le biais de cultures contrôlées et non du marché noir. 

Comme la démontrée Terra Nova dans un rapport (ici), la mesure de répression mise en place depuis plus de 40 ans est un échec. 

POURQUOI LÉGALISER LE CANNABIS ?

Parce qu’il est une réalité culturelle depuis plus de 30 ans.

Parce que fumer du cannabis est assumé par une majorité d’usagers et que, jamais, ils ne passeront à une substance plus dure.

Parce que nombreux(ses) sont ceux(celles) qui sont interpellée(s) chaque année pour un simple usage, et que pour quelques grammes d’herbe ou de hasch, est jugé(s) et incarcéré(s).

Parce que selon la constitution, la « liberté consiste à faire tout ce qui ne nuit pas à autrui » (art.4 de la déclaration des droits de l’homme). Et donc fumer un joint ne peut nuire qu’à soi-même. Il y a donc une entrave aux libertés individuelles.

Parce que exprimé des propos contraires à la doctrine officielle est un délit susceptible d’entraîner des poursuites. Il y a donc une entrave à la liberté d’expression.

Parce que la prohibition du cannabis enrichit les mafias, encourage la corruption à tous les niveaux et le marché noir.

Parce que cela entraîne la circulation de produits frelatés dangereux pour la santé (Hash coupé à la colle, au henné, à la paraffine, etc...) et facilite l’escalade chez les jeunes vers des substances plus dures telles que l’héroïne, ce qui va à l’encontre de la santé publique.

Parce que au nom de la guerre à la drogue, on interdit les drogues du Sud en imposant celles du Nord comme l’alcool, le tabac et les médicaments.

Parce que en légalisant le cannabis, on sortira de la marginalisation nombreuse des consommateurs et cesser cette politique d’exclusion que crée la prohibition.

Parce que la prohibition mobilise actuellement des milliers de policiers et de douaniers, et que cela n’a pas diminué le nombre de consommateurs(trices), et aussi fait dépenser des sommes faramineuses.

Parce que boire de l’alcool ou fumer du tabac fait plus de morts que le cannabis.

Parce que à cause de la répression, les usagers sont obligés de se fournir sur le marché clandestin où circulent d'autres drogues bien plus difficiles à gérer. Il est temps de sortir le cannabis de la clandestinité pour que ses nombreux(ses) adeptes ne soient plus en contact avec les vendeurs(ses) d’autres drogues et de promouvoir un usage récréatif et raisonnable, ceci s’inscrivant dans une politique de réduction des risques.

L'ESCALADE VERS LES DROGUES DURS

Contrairement à ce qui est avancé, le cannabis ne constitue pas obligatoirement le premier échelon d’un passage aux drogues dures. Cette théorie dite « de l’escalade » qui veut que tout individu utilisant le cannabis, après un moment plus ou moins long, recherche une satisfaction plus intense. En pratique, le risque de consommer des drogues telles que l’héroïne, la cocaïne ou le crack après avoir fumé du haschisch n’est pas supérieur à 5 ou 10 %.

Si l’on estime de 150 000 à 200 000 les usagers de drogues dites dures en France et de 3 à 5 millions le nombre d’usagers occasionnels de drogues douces, on se rend compte que le passage de l’une à l’autre est loin d’être inéluctable. En fait, la dérive a souvent commencé par le tabac, l’alcool ou la consommation de médicaments psychotropes.

Pourtant, la France a signé le traité de Rome. Voilà ce qu’il évoque ainsi que les directives européennes concernant la culture de chanvre :

Ces textes, repris en droit français, non seulement définissent le taux maximal de THC admissible dans le chanvre (0,3%) mais expliquent comment procéder aux analyses, et là-dessus le texte est sans ambiguïté :

Il ne faut pas moins de 1000 plants pour définir le taux de THC d’une variété ! Ainsi, il est impossible de prouver juridiquement en dessous de 1000 pieds, que la variété du chanvre incriminé est psychotrope !

Il y a donc incompatibilité entre la loi de 1970 et le traité de Rome.

NOUS, CONSOMMATEUR DE CANNABIS, SOUHAITONS POUVOIR CONSOMMER, SE SOIGNER ET CULTIVER DU CANNABIS EN TOUTE LÉGALITÉ SUR EN FRANCE. 

Nous, consommateur de cannabis, remerçions les associations se battant au quotidien pour la légalisation du cannabis et tout particulièrement à "Cannabis sans frontières" et "Chanvre et liberté". 



Kevin NEHLIG compte sur vous aujourd'hui

Kevin NEHLIG a besoin de votre aide pour sa pétition “Emmanuel Macron: Légalisation du Cannabis en France”. Rejoignez Kevin NEHLIG et 1 355 signataires.