Interdiction paille en plastique

0 a signé. Allez jusqu'à 2 500 !


Chaque année, l'équivalent de cinq sacs remplis de déchets de plastique disposés tous les 30 centimètres le long de la côte, se répandent dans les océans. « Faire le choix de ne pas utiliser de paille en plastique c'est à la fois contribuer à la propreté des plages et prendre conscience des effets néfastes du plastique dans les océans, » explique Jenna Jambeck, un professeur en génie environnemental de l'Université de Géorgie dont l'étude pionnière en 2015 a permis de mesurer pour la première fois la quantité de débris pénétrant l'océan chaque année. « Si vous pouvez faire ce choix, alors peut-être que vous pouvez en faire davantage. » La raison pour laquelle la campagne anti-pailles se distingue des autres initiatives – et pourquoi elle pourrait être couronnée de succès – est que les militants ne cherchent pas à modifier les lois ni les réglementations : ils demandent simplement aux consommateurs de changer leur habitudes et de dire non aux pailles. Il y a dix ans, les pailles n'étaient pas si utilisées. Il fallait aller dans un bar pour en avoir une. Aujourd’hui, on vous en donne une même si ne commandez qu’un simple verre d’eau glacée,  s’insurge Douglas Woodring « Souvent, les gens se retrouvent dépassés par l’importance du problème et finissent par abandonner. Nous avons besoins d’établir des objectifs atteignables au quotidien pour tout un chacun. Si nous pouvons relever le défi d’éliminer les pailles, alors ce sera déjà un bon début. À partir de là, nous pourrons progresser dans la lutte. »