Face au coronavirus, exigeons des soins dès le début et la liberté de prescription!

Face au coronavirus, exigeons des soins dès le début et la liberté de prescription!

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !

Nous revendiquons un changement radical de doctrine officielle face cette épidémie, avec l’abandon de l’injonction inique faite aux malades d’attendre sans traitement la dégradation de leur situation pour être hospitalisés. Nous voulons que les malades soient soignés dès le début de la maladie avec le protocole du professeur Raoult, ou un autre traitement, selon le libre choix du malade et de son médecin traitant.

C’est pourquoi nous exigeons l’abrogation du décret d’interdiction de la chloroquine du 26 mai 2020 et des conditions abusives dans les décrets des 24 mars et 11 mai (article 19), ainsi que le rétablissement de la liberté de souscription, avec l’annulation du communiqué du 23 avril de l’Ordre National des médecins.

La France a échoué face à la première vague de la Covid19. Nous ne pouvons pas échouer face à une seconde vague. Nous devons être prêts pour ne pas revivre un deuxième drame sanitaire et une deuxième catastrophe économique.

Partout dans le monde des pays très différents ont réussi à faire face avec une mortalité très faible, la Grèce, le Portugal, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, le Sénégal, la Corée du Sud, l’Australie, l’Inde, … Leur point commun, l’utilisation massive de la chloroquine, nom populaire du protocole du Professeur Raoult, l’association de l’hydroxychloroquine avec l’azithromycine. Ainsi, la moitié des médecins du monde l’utilisent avec succès. D’ailleurs, la comparaison entre les pays montre clairement qu’une corrélation peut être établie entre une mortalité faible et un fort usage de la chloroquine, et inversement, entre une mortalité forte et un faible usage.

En plus de l’expérience sur le terrain, toutes les études honnêtes montrent son efficacité. La Chine et les USA l’ont même prouvée dans 2 études randomisées. En France, l’étude comparative de l’Hôpital Raimond Poincaré de Garches et les 3 études de l’IHU de Marseille la prouvent aussi. En Corée du Sud, au Brésil, au Paraguay, en Italie, en Inde, … toutes les études vont dans ce sens. Une étude nigériane montre même son utilité en administration prophylaxique.

Des études très médiatisées ont été menées pour tenter de discréditer la chloroquine. L’étude européenne Discovery a volontairement utilisée l’hydroxychloroquine seule sans l’azithromycine prévue dans le Protocole du Pr Raoult. L’étude britannique Recovery a volontairement utilisée des doses trop fortes, 2400 mg soit 4 fois la dose requise. L’étude parue dans The Lancet s’est vite révélée n’être qu’un faux grossier, ce qui n’a pas empêché le ministre de la santé Olivier Véran de s’en servir comme prétexte pour se précipiter à interdire la chloroquine !

Nous citoyens français avons le droit d’être protégés contre une seconde vague. Le gouvernement a le devoir de tout mettre en œuvre pour nous protéger. Ce décret du 26 mai et les clauses abusives des décrets des 24 mars et 11 mai ont été pris sous la pression de lobbies qui, il faut oser le dire, espéraient faire des profits en commercialisant le Remdesivir du laboratoire Gilead. Notre première revendication est donc leur abrogation. Notre deuxième revendication est le rétablissement de la liberté de prescription en France. Nous exigeons que le Conseil National de l’Ordre des Médecins renie son communiqué abject du 23 avril 2020 qui menace tous les médecins de radiation s’ils soignent la Covid19. Nos médecins, qui ont déjà été sacrifiés par le manque de masques au début de la pandémie, ont le droit d’exercer leur métier librement comme c’est leur vocation. Respect du serment d’Hippocrate et liberté de prescription sont les bases d’une médecine libre. Aucun lobbie ne doit plus jamais s’y opposer.

Parce qu’il est odieux de laisser des malades sans traitement voir leur situation se dégrader alors qu’un traitement existe ; parce que l’efficacité du protocole du Professeur Raoult ne fait aucun doute ;  parce que le sacrifice de la liberté de prescription et du serment d’Hippocrate par collusion avec des lobbies est la pire injure faite à la médecine ; parce que la France ne peut pas se permettre de rater une seconde vague comme elle a ratée la première, la santé de chaque citoyen ne doit plus être sacrifiée pour des intérêts mercantiles ! Le droit au soin, dont le « droit à la chloroquine », et la liberté de prescription ne sont pas négociables !

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !