Mieux éduquer sur l'histoire de l'esclavage, la colonisation et leurs conséquences

Mieux éduquer sur l'histoire de l'esclavage, la colonisation et leurs conséquences

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !
Sitraka RATIANARIVO a lancé cette pétition adressée à Emmanuel Macron (Président de la République française.) et à

Cher Monsieur le Président de la République, cher Ministre de l'Education Nationale et de la Jeunesse, chères et chers signataires,

J'ai l'honneur de m'adresser à vous, en particulier à cette occasion.

Devant les événements récents qui touchent le monde dans lequel nous vivons ainsi que des luttes qui tiraillent des populations entières, je ne puis me taire.

Face au réveil dans les territoires d'Outre-mer sur le passé colonial de la France et l'honneur attribué aux chefs coloniaux, le racisme quotidien dans tous les domaines de la vie, ou encore aux Etats-Unis avec les crimes haineux dont nous recevons l'échos de notre côté de l'Atlantique, je ne puis garder le silence.

Ces luttes font ressurgir ce qui était caché dans les archives et les caisses des musées. Ce qui était partagé dans les familles concernées, dans le secret des repas de famille. Il faut aujourd'hui, que la vérité soit sue.

Ces luttes, quelles sont-elles?

Elles sont le cri de l'âme de générations entières de descendants d'esclaves, de descendants de ceux qui ont été arraché à leurs terres ou à qui les colonisateurs avaient menti, pour finir dans des zoos humains, de descendants des combattants venus des quatre coins de l'Empire colonial français dans les deux Guerres mondiales sans jamais recevoir la gratitude dont ils étaient dignes, des descendants des populations nommées "primitives" qui sont aujourd'hui décimées.

Je peux citer encore d'autres événements, fort douloureux et méconnus du grand public, dont je n’ai pu avoir connaissance que dans le cadre d'une éducation personnelle. Cette éducation est passée par la recherche, la visite de musées, des discussions avec des personnes concernées.

Le grand oublié est l'Education nationale française. Par exemple, il ne m'a été fait mention de l'histoire du génocide des Amérindiens d'Amérique qu'en classe de Première L, au lycée et dans un cours spécifique dénommé "Littérature étrangère en langue étrangère". En dehors de ce cours, je n'en ai jamais entendu parler. Le soucis fondamental est que je ne suis pas la seule dans ce cas. Qu'en est-il de toutes celles et tous ceux qui n'ont pas pu accéder à de telles informations?

Actuellement, la jeunesse ne connaît pas des pans entiers de l'Histoire mais aussi de leur histoire. C'est le rôle de l'Education nationale d'éduquer la population, en commençant par les élèves dans l'enseignement primaire et secondaire, sur ces thématiques extrêmement importantes.

Mon appel est le suivant : UNE RÉFORME DES PROGRAMMES DE L’ÉDUCATION NATIONALE POUR L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE pour que dans les livres d'Histoire-Géographie, dans les cours à cet effet, dans les cours pouvant s'y afférer, il y ait ces événements et ceux du même type, éduquons les élèves à ce qui s'est réellement passé dans l'Histoire, ne choisissons plus quelle partie de l'Histoire partager et laquelle taire. Éduquons les élèves à la vérité historique. Arrêtons de glorifier par une accentuation d'événements moins dérangeants le passé de la France et de ce monde. Enseignons la vérité historique, sans modifier, sans être biaisé, recherchant l'objectivité tout en ayant conscience de ce que les populations soumises ont vécu. Éduquons. Il faut absolument la visibilité et la connaissance nécessaires à ces événements. Pour certains événements, il y a un grand besoin d’approfondissement. Pour d’autres, il faut les y initier. 

Cela va être complexe. Certainement angoissant car il faudra regarder le passé, parfois non glorieux, de notre Nation et du monde entier.

Néanmoins, nous obtiendrons un fruit beaucoup plus extraordinaire  : une population qui sait ce qui est vrai, renouant avec son passé, rejetant ce qui est intrinsèquement mauvais. Des populations qui pourront enfin faire le deuil de leurs ancêtres et le deuil de leur passé. Des individus pourront voir que la vérité est reconnue comme telle, qu'elle est enseignée aux enfants de la République. Les luttes pourront être mieux appréhendées par tous les acteurs sociaux. Le dialogue social sera plus apaisé, ouvert. Il sera moins ardu d'atteindre une forme de paix sociale.

Cela devra se passer par une coopération des différents champs du savoir : l'Histoire, la Géographie, l'Anthropologie, l'Ethnologie, la Sociologie et toutes les Sciences Humaines et Sociales; avec le plus grand champ de spécialistes et chercheurs français, occidentaux et d'autres origines afin d'obtenir la vérité historique. Historia signifie enquête. Utilisons les ressources (depuis lors abondantes) historiques et autres pour éduquer. Puis enquêtons en approfondissant davantage nos recherches pour une connaissance non erronée mais véritable, pleine et entière de l'Histoire. Que les livres et manuels reflètent intégralement et fidèlement l’Histoire. 

Nous sommes en 2020, il est plus que temps que les élèves de l'école primaire et secondaire soient vraiment informés, enseignés sur ces événements et ceux du même type.

Il est impossible de construire la société actuelle et future sans guérir du passé. La guérison et la possibilité de ne pas recommencer les erreurs du passé sont accessibles par l'éducation. La civilisation française se doit d'apporter sa pierre à l'édifice de la connaissance des élèves, de la génération actuelle, des futurs adultes et des générations futures.

"Ce qui empêche l'homme d'accéder au bonheur ne relève pas de sa nature, mais des artifices de la civilisation." Claude Lévi-Strauss

Cessons les artifices et enseignons la vérité.

J'espère, cher Monsieur le Président et cher Ministre de l'Education Nationale, avoir attiré votre attention. J'espère sincèrement avoir pu toucher votre conscience et votre cœur. J'espère davantage que le changement sera accompli dans un futur très proche.

J'espère, chères et chers signataires, avoir réveillé en vous l'urgence, la nécessité de notre action afin que ce projet puisse aboutir.

Recevez, cher Monsieur le Président et cher Ministre de l'Education Nationale et de la Jeunesse, chères et chers signataires, mes salutations les plus chaleureuses,

 

Madame RATIANARIVO Sitraka Tamby

0 a signé. Prochain objectif : 200 !
Quand elle atteindra 200 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être inscrite comme pétition recommandée !