Contre la précarité étudiante, pour nos retraites: des mesures d'urgence!

0 a signé. Prochain objectif : 5 000 !


Je m'appelle Imane, j'ai 21 ans et je suis étudiante en sciences du langage à l'université de Nanterre.

Si je lance cette pétition c'est parce que, comme beaucoup trop d'étudiant•e•s, la précarité, dont on parle beaucoup en ce moment, je la vis au quotidien.

Je n’ai pas de bourses car elles sont calculées sur le revenu de mes parents qui gagneraient « trop ». En réalité ils ne peuvent pas m’aider et j’ai un loyer à payer tous les mois en plus des frais de nourriture, les transports etc... J’ai dû me salarier pour pouvoir subvenir à mes besoins et cela me prends du temps sur mes études.

Mon quotidien c’est celui de beaucoup trop d’étudiant•e•s aujourd’hui, nous ne pouvons plus accepter de galérer tous les jours pour simplement avoir le droit de faire nos études !

Comme beaucoup de gens en témoignent sur les réseaux sociaux: #LaPrécaritéTue ! 

Un étudiant syndicaliste a tenté de se suicider du fait de sa situation financière, 2 jeunes ont été retrouvés morts de faim dans leur cité universitaire en 2015 et 2016, les étudiant•e•s salarié·e·s meurent aussi au travail comme c’est le cas en janvier 2019 d’un étudiant bordelais livreur Deliveroo pour financer ses études. 

Face à cela, le gouvernement nous répond par la création d’un numéro de téléphone et supprime 35 millions d’euros du budget de la vie étudiante pour 2019 !

Le système de bourse est à bout de souffle, il est aussi bien insuffisant (les bourses sont trop basses), injuste (nous devrions être plus nombreux•ses à toucher les bourses), infantilisant (on me renvoie à mes parents alors que je suis indépendante), incohérent (ils disent ne pas avoir d’argent mais ils mettent autant dans nos bourses que dans les exonérations d’impôt des familles les plus riches qui ont des enfants dans le supérieur). Nous n’avons pas assez de logement étudiant, l’accès à la santé est difficile (42% d’entre nous renoncent au soins), nous devons économiser sur l’alimentation (en plus le prix du resto U a augmenté cette année).

Emmanuel Macron, Édouard Philippe, Fréderique Vidal, membres du gouvernement vous devez prendre vos responsabilités ! Notre situation s’est aggravée depuis votre arrivée au pouvoir. Nous avons dû accumuler une baisse des APL (60€/an en moins depuis 2017, cela fait beaucoup sur 3 ans), un gel de nos bourses, une augmentation du RU, une nouvelle cotisation de 91€ censée remplacer la sécurité sociale mais pourtant beaucoup moins utile et qui augmente chaque année. Vous devez prendre des mesures fortes en urgence contre la précarité étudiante ! Nous voulons simplement étudier, il faut nous permettre de réussir. 

En plus de toutes les difficultés que nous rencontrons pendant nos études le gouvernement veut nous imposer une réforme des retraites qui ne nous laisse que deux choix: avoir une toute petite retraite ou travailler beaucoup plus longtemps que nos parents. Quel intérêt d’avoir une retraite si on n’est même plus en capacité d’en profiter ?

(Toutes les informations sur la réforme sont sur ce site: https://reformedesretraites.fr/ )

Contre la précarité étudiante il faut mettre en place en urgence: 

-Une revalorisation des bourses de 20%

-L’augmentation du nombre de boursier•e•s.

-La mise en place d’un complément de bourse pour les étudiant•e•s d’outre-mer vivant la vie chère

-L’augmentation du nombre de logements en cité universitaire afin d’atteindre 10% d’étudiant•e•s en cité universitaire 

-La baisse des loyers en cité universitaire, la mise en place de baux tels que ceux des HLM (contre l’absence de droits actuelles) ainsi que l’encadrement des loyers dans les villes universitaires 

-Des moyens financiers et humains pour les crous et les services de santé

-Le gel puis la baisse du ticket RU

-L’abandon des frais différenciés pour les étudiant•e•s étranger•e•s ainsi que la garantie qu’une carte étudiante permette d’obtenir un titre de séjour

Contre la précarité que l’on nous promet tout au long de la vie, abandonnez votre réforme des retraites ! Vous la faites pour les jeunes ? Pour nous ? Nous n’en voulons pas !

A tou•te•s ceux•elles qui lisent cette pétition. Il faut que nous soyons un maximum à agir si nous voulons nous faire entendre, signez massivement cette pétition !

Le 5 décembre je serais dans la rue contre la précarité, pour nos retraites. Le gouvernement ne nous entendra que si nous sommes de nombreux•ses jeunes dans la rue !

Enfin, pour ceux•elles qui veulent participer à la mobilisation étudiante rejoignez cette boucle whatsapp: https://chat.whatsapp.com/E7A6kwUBLQf376FL8wOD4S

Une pétition soutenue par l’UNEF