Dans chaque ville-préfecture, un médiateur chargé du dialogue entre élus et citoyens

0 a signé. Allez jusqu'à 1 500 !


Dans chaque département, le Président de la République doit nommer un Médiateur chargé d'animer des réunions de travail réunissant :

1/ des élus locaux : députés, conseillers départementaux, sénateurs, maires...

2/ des syndicalistes représentatifs des employeurs et des salariés, des dirigeants élus dans les domaines sociaux, économiques, culturels, des chefs d'entreprises, des auto-entrepreneurs

3/ des citoyens volontaires délégués par des mouvements en lutte (lire gilets jaunes)

Au Médiateur de désigner en fonction des réalités locales les participant(e)s à ces réunions. Leur nombre doit être proportionné à l'importance démographique et économique du département (entre 30 et 80). Et à lui d'établir l'agenda de ces travaux. Les réunions se tiennent dans le chef-lieu du département, sauf dérogation. Le Médiateur est assisté par des conseillers et des experts dans sa tâche de préparation des réunions.

Comment alimenter les débats ?

L'ordre du jour de ces réunions doit reposer sur les principales propositions et doléances transmises par les électrices et les électeurs. Un courrier postal doit être envoyé à l'ensemble de l'électorat pour lui donner les références (code, mot de passe) lui permettant d'accéder à un site Internet sécurisé où il pourra remplir un questionnaire abordant l'ensemble des questions susceptibles d'être débattues : institutions, politique sociale, environnement, fiscalité, réforme de la retraite, services publics, système électoral, culture, vie économique etc.. Avec une place libre pour les propositions originales. Les réponses les plus nombreuses seront prises en compte par le Médiateur. Un rapport de synthèse adopté par la majorité des participant(e)s sera envoyé au Président de la République.

Selon un calendrier fixé d'abord par le Président de la République puis amendé par les réunions départementales, au regard des travaux sur le terrain,  les rapports seront collationnés par le Gouvernement puis transmis, sous forme de projets de loi, à l'Assemblée nationale puis au Sénat pour être soumis au vote des parlementaires.

Une fois votés, ces rapports donneront lieu à des projets de réforme soumis à des référendums populaires, sans que ceux-ci dépassent la demi-douzaine, pour éviter l'inflation des dispositions et des textes.

Ce processus démocratique d'initiative populaire doit répondre à l'attente du peuple français au niveau national et dans chaque territoire. En associant les citoyens et les élus de la Nation pour un dialogue direct, conjuguant démocratie participative et démocratie représentative.

 

 

 


Voulez-vous partager la pétition ?