Contre l'autorité fonctionnelle des Départs/Régions sur les Adjoints gestionnaires - EPLE

Contre l'autorité fonctionnelle des Départs/Régions sur les Adjoints gestionnaires - EPLE

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !

Des élu·es locaux des conseils départementaux et régionaux de tous bords politiques font une fixation sur l’importance d’avoir une autorité directe sur les adjointes et adjoints gestionnaires dont ils ou elles souhaitent même la décentralisation.

Le premier ministre vient d’annoncer un amendement qui met en place "l’autorité fonctionnelle". C’est totalement inacceptable. Certes ce n’est pas la décentralisation mais c’est une solution incompréhensible et qui ne peut pas fonctionner.

Les personnels de direction et les adjoint·es gestionnaires sont particulièrement remonté·es et en colère

Cette décision est incompréhensible et inacceptable. Elle va fragiliser le fonctionnement des équipes de direction des Établissements scolaires. Les débats à la commission des lois de l’assemblée nationale montrent la méconnaissance de la réalité des métiers et du fonctionnement des établissements scolaires. Ces échanges caricaturaux et en dehors du réel sont inquiétants.

Il faut travailler l’articulation tripartite entre l’État, les collectivités et les EPLE, pour améliorer les relations entre les partenaires.

Le gouvernement  a lui-même écrit dans le dossier législatif (étude d’impact pages 359 à 385) à propos de l’autorité fonctionnelle des collectivités vis-à-vis des adjoints gestionnaires :

1/ « une telle « innovation » irait par conséquent à l’encontre du principe même d’autonomie de l’EPLE » 

2/ « un tel dispositif serait potentiellement dysfonctionnel » (…). « Il s’agit donc d’éviter de créer les conditions structurelles de possibles injonctions paradoxales permanentes » 

3/ Pour ces raisons, « ce scénario a été écarté » 

Pourquoi ce revirement ?  Les Adjoints gestionnaires sont au centre d' enjeux politiques qui les dépassent.

Pour défendre notre métier, pour un fonctionnement apaisé des EPLE, je signe la pétition

0 a signé. Prochain objectif : 1 500 !
Quand elle atteindra 1 500 signatures, cette pétition aura plus de chance d'être reprise par les médias et journaux locaux !